lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2021

Agents doubles du capital et "fouille-merde"

On vire Ken Loach du parti travailliste, on espionne François Ruffin, on arrête des journalistes contestataires au Maroc... Bien plus qu'une chasse aux sorcières, c'est une réaction face à l'offensive des radicaux contre les agents du Capital dans le champ politique.

lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On vire Ken Loach du parti travailliste, on espionne François Ruffin, on arrête des journalistes contestataires au Maroc...   Bien plus qu'une chasse aux sorcières, c'est une réaction face à l'offensive des radicaux contre les agents du Capital dans le champ politique. Qui est "on" ? Ce sont souvent des agents politiques au service du Grand Capital. Ils agissent parfois comme des "agents doubles" d'un bon film d'espionnage. Ces agents-doubles forment une véritable petite armée de collaborateur du Capital que l'on retrouve, entre autres, dans le champ politique de gauche (et à droite, cela va de soi...).

Tous ces faits ne font qu'éclaircir le champ politique en permettant d'identifier mieux qu'auparavant qui est à gauche et qui est à droite. En France lorsque Macron est apparu sur le champ politique, toute une frange de la gauche a glissé vers ce parti néolibéral qu'est LREM. Cette "glissade" a permis d'y voir plus clair sur les complicités des uns et des autres avec les agents du Capital. Le PS, pour autant, reste toujours un parti de droite quoiqu'en disent les petits bourgeois bien pensants, les militants du PS continuent à refuser une analyse plus radicale du monde et, pour une part d'entre-eux, continuent à agir comme des "agents doubles" (nous verrons un peu plus loin de quoi il s'agit). Tout cet ensemble d'hommes et de femmes complices du Capital continue à constituer un frein à la constitution d'une gauche plus radicale. Ils agissent avec haine et rage pour conserver leurs fauteuils, ils contribuent à la chasse aux sorcières, ils combattent les radicaux, ils se positionnent contre ceux qui défendent l'idée d'une guerre contre le Capital, alors même que cette guerre est en cours depuis très longtemps et a été déclarée par les propriétaires du Capital eux-mêmes.

Qui sont-ils ces agents politiques du Capital qui sévissent avec une étiquette de gauche ?

Sont-ils inconscients, bêtes, égoïstes, ou simplement opportunistes et complices du Capital ces anti-radicaux ? Je crains qu'ils soient un peu tout ça à la fois... Ces pseudo-militants politiques sont complices d'un Capitalisme toujours plus mafieux et violents (prostitution, guerres, ventes d'armes, dérèglement climatique, meurtres...) souvent à leur insu, ils sont les agents plus ou moins conscients du Capital, et peuvent participer directement ou indirectement à la suppression physique (meurtres, emprisonnement, expulsion) ou symbolique (mis à l'écart, placardisation, éviction, réputation salie...) des opposants si ces agents le jugent nécessaire pour défendre leurs intérêts et ceux du Capital. Ces pseudo-militants dits de gauche sont complices d'agents du Capital. Ils sont les agents doubles du Capital. Ces collaborateurs providentiels avancent avec un fanion de gauche au-dessus de la tête, ils sont les agents inespérés du Grand Capital, ils ont sombré dans le cynisme total, ils combattent leurs propres camarades, comme nous avons pu le voir avec l'éviction de Ken Loach. Ils participent à détruire toute résistance.

Ce sont les salauds utiles du Capital. Ils agissent comme des agents doubles, ils sont à la fois dans le camp de l’ennemi et dans le camp des résistants.  Ils sont capables de tout pour conserver "une bonne place au chaud". Ils ont de beaux carnets d'adresse bien remplis. Ils défendent leurs intérêts personnels et se moquent bien du Commun. Le "Commun" n'est plus qu'un alibi pour justifier leurs complicités. En réalité, ils n'aiment pas qu'on dénonce leurs faits d'arme (d'agent double), c'est pour cette raison qu'aujourd'hui ils deviennent plus nerveux. Ce n'est pas qu'une chasse aux sorcières contre les radicaux, c'est une réaction face aux offensives qu'eux-mêmes subissent. Ils ne veulent pas que l'on révèle leurs faits et actes, leurs secrets, leurs réseaux de connaissance. Ils ne veulent pas que le contenu de leurs carnets d'adresse deviennent publics.

Donc ils font la chasse aux "fouille-merde" pour utiliser leur beau langage...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et CNews condamnés pour « injure raciste » et « provocation à la haine »
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal
Didier Raoult : deux ans d’enquête sur une imposture
Depuis l’arrivée du Covid-19 en France, Didier Raoult est devenu une figure nationale. D’abord en faisant la promotion d’un traitement inefficace contre la maladie, l’hydroxychloroquine, puis en niant la possibilité d’une seconde vague ou en remettant en cause l’efficacité de la vaccination. Mediapart revient en vidéo sur deux ans d’enquête sur le directeur de l’IHU.
par Youmni Kezzouf, Mathieu Magnaudeix et Pascale Pascariello
Journal
Le boycott, ou l’abstention par le versant politique
Boycotter l’élection présidentielle pour imposer l’idée d’un processus constituant : l’idée resurgit à l’occasion du scrutin d’avril 2022. Des militantes et militants politiques à gauche veulent faire des abstentionnistes une force politique.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses
Billet de blog
Aujourd'hui les enfants handicapés, et qui demain ?
Comment résister au dégoût qu'inspire la dernière sortie en date de Zemmour concernant les enfants handicapés ? Réaliser exactement où nous en sommes d'un point de basculement collectif.
par Loïc Céry
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire