lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

88 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 juil. 2022

lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques

[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?

lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il n'y a sans doute pas de meilleurs exemples qu'un incendie de forêt pour démontrer que le service public est indispensable à toute civilisation durable. La forêt a besoin de surveillance pour réagir le plus tôt possible à un départ d'incendie, mais il ne s'agit pas que de ça. Il s'agit d'entretenir les forêts pour éviter les facteurs d'incendie en opérant des défrichages, des débroussaillages, en entretenant des couloirs coupe feu, et en maintenant mobiliser des garde-forestiers en nombre suffisant. Cela pose:des questions nombreuses sur la baisse des effectifs dans le service public (l'ONF, Office National des Forêts), sur la désertification de certaines zones rurales (l'exploitation "traditionnelle" des forêts pour la coupe du bois de chauffage garantissait le débroussaillage de milliers de mini-parcelles), des châtaigneraies, et l'exploitation décroissante des bois servant aux "poteaux" électriques et téléphoniques (la forêt des Landes a été créée pour ça). Nous avons observé ces 50 dernières années une véritable mutation de notre relation à la forêt. L'urbanisation des populations a diminué notre relation d'interdépendance avec la forêt. Les débroussaillages et défrichages opérés auparavant par les paysans ont disparu. Les zones de friches sont autant de zones incendiaires potentielles parce que nous y trouvons alors des plantes, parfois, hautement inflammables qui tendent non seulement à offrir la possibilité de départs de feu accidentels ou criminels, mais aussi permettent une extension du feu plus rapidement. D'anciens chemins forestiers sont parfois devenus des friches.

VLOG : la lutte contre les feux de forêt commence dès l'hiver avec l'ONF © Office national des forêts

Les couloirs de feu semblent moins bien entretenus qu'auparavant. C'est à vérifier. Mais la baisse des effectifs à l'ONF et le manque de moyen dans les services de pompier pose de nombreuses questions même sur les mesures préventives. Des gardes forestiers à cheval peuvent parcourir un long périmètre, signaler des zones à débroussailler (encore faut-il le personnel pour débroussailler efficacement), contribuer à l'entretien des couloirs coupe feu (peut-être faudrait-il élargir ces couloirs ?), contrôler et surveiller les activités humaines, se déplacer sur des chemins difficilement accessibles avec un véhicule motorisé. 

L'Office national des forêts (ONF) en plein tourment - interview de Philippe Busché © Caroline André

Des tourelles de surveillance pour quadriller la forêt (comme si l'on voyait chaque autre tourelle à l'horizon) devraient être installées avec un gardiennage 24 heures sur 24 au moins pendant la période critique estivale, comme des gardiens de phare (les militaires pourraient servir à ça si l'ONF manque d'effectifs, pourquoi ne viendraient-ils pas en renfort ?). Évidemment, si l'on veut que cette surveillance soit efficace, il faut que le personnel soit traité correctement (des logements décents...). Il faut des hommes et des femmes sur le terrain prêt à réagir, à agir, à faire de la pédagogie aussi, et surtout à faire de la prévention. Des drones pourraient sans doute être utilisés pour surveiller la forêt, mais ça pose quelques problèmes éthiques (surveiller la forêt c'est aussi surveiller des zones privées, des gens en ballade, la vie des gens, il faudrait donc une législation stricte, je ne sais pas ce que dit le législateur à ce sujet...).

En bref, si la forêt brule plus c'est aussi que les moyens de prévention des incendies ont baissé. Le gouvernement va-t-il attendre que la loi du marché règle le problème des incendies de forêt ou va-t-il enfin prendre conscience de l'importance des services publics pour garantir l'existence durable d'une civilisation ?

La forêt des Landes avait déjà brulé en 1949. En réaction à ce "méga-feu", l'Etat avait mis en place la DFCI (Défense de la Forêt contre les Incendies), avait créé les couloirs anti-feu, la surveillance, organiser les défrichages, renforcer les moyens pour éteindre les incendies...

1949 DFCI feu de foret © SNSPP-PATS 33 GIRONDE

Il serait sans doute important d'enquêter aujourd'hui sur les moyens dont dispose cette institution essentielle pour la lutte contre les incendies de forêt.

Il serait temps de sortir de l'urgence et de renforcer les moyens de prévention, voire, peut-être, de les améliorer.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte