lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

La révolte des fouines

Petite erreur de titre et d'introduction. Que diable ! Cela arrive ! C'est rectifié maintenant, prenez plaisir à lire "La révolte des fouines", premier épisode.

lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Mais quelle manque de responsabilité, dit la vache, vous voulez tous devenir Roi, mais il ne peut y en avoir qu'un seul. A vous battre pour manger l'os du chien vous finirez juste la queue entre les jambes, continua-t-elle.

Le Renard, équipé d'une calculatrice à boulette (on nomme ça communément un "boulier"), semblait doucement affairé, main au menton, binocle sur l’œil gauche, fronçant les sourcils, il était certain qu'il allait bientôt rompre le silence qui avait suivi la remarque avisée de la vache.

"Tout calcul fait, dit-il de sa voie stridente sur un ton grave, plus il y a de candidats, plus la voix de la natuuuuuure, dit-il en s'attardant sur le "u", le Renard était persuadé que le "u" était une lettre particulièrement honorable, il pensait la même chose pour le "a", mais il n'aimait pas le "i", ni le "o", il trouvait ces lettres insipides, infantiles ou  odieuses, donc, disais-je, plus la voix de la natuuuuuure prend le risque de prendre celle des oubliettes."

La voix du Renard était souvent écoutée avec attention. C'est que la réputation du Renard était célèbre et tout le monde connaissait, bien entendu, tous ses tours de passe-passe, sa malice et ses ruses. Il était bien plus que malin, il était, selon certain, trop calculateur. Il n'était pas toujours bienveillant,  il lisait dans l'esprit de ses adversaires, et au regard de beaucoup il était malfaisant. Au regard d'autres, il avait bien plus d'empathie et de compassion que beaucoup qui se revendiquaient meilleur que lui. Le Renard était pour de nombreux partisans une personne à la fois fascinante, intrigante et dangereuse. Mieux valait l'avoir comme ami. Et beaucoup étaient satisfaits qu'il n'ait jamais choisi l'autre camp. "Qui sait ce qui aurait pu subvenir à chacun d'entre-nous si nous l'avions eu comme ennemi", confiait en chuchotant à sa voisine de palier une grande oie, connue pour envahir la cour de ses jacasseries. S'il y avait un personnage ici à qui l'on ne pouvait rien confier, c'était bien elle. Si le renard était  parfois un vil personnage, la grande oie avait pour qualité d'être son inverse, fielleuse parfois, mais surtout particulièrement crédule, elle voyait de toute part des conspirations qu'elle dénonçait parce qu'elle avait entendu dire quelque chose et donc elle était certaine que c'était vrai, et puisque toutes les autres oies pensaient comme elle, alors il ne faisait plus de doutes. Et elle et ses congénères se faisaient un grand plaisir à prêcher les nouvelles sans se donner la peine d'en vérifier les sources, du moment que ces informations leur faisaient vibrer les ailes, à quoi bon douter ? C'est si excitant de balancer aux vents un flot de nouvelles surtout si celles-ci sont particulièrement salaces. Et le Renard ne cessait de se démener pour contrer ces infamies mais comme Renard était connu pour ses ruses, personne ne croyait ce qu'ils disaient. "Qu'il est donc dure de ne pas être un imbécile", disait le Renard par dépit lorsqu'il finissait une journée épuisée par les cancans des oies. 

La vache, quant à elle, était éprise d'un grand sentiment de justice. Elle réfléchissait longtemps avant de parler. Elle ruminait chaque mot, chaque idée, chaque concept. Jamais elle ne riait, ne haïssait, ou ne moquait, elle était perpétuellement à la recherche de ce que pouvait signifier la sagesse, se demandait quel sens donner aux mots "égalité", "fraternité" et "liberté". "Doit-on faire confiance en l'expertise d'une cour de Renard ou doit-on se fier à la basse-cour ? se demandait-elle pour la millième fois sans ne jamais trouver de réponses satisfaisantes.

"Nous allons perdre ces élections si nous continuons à chahuter comme des enfants dans la cour d'une école !" dit un castor, casque de chantier sur la tête, bleu de travail et lunette de lampe à souder sur le front. "Comme toujours d'un côté, les oies jacassent et répètent à l'unisson ce que notre adversaire dit, de l'autre, la vache ne prend jamais parti, et nous les castors, nous bâtissons et nous œuvrons chaque jour pour que cette ferme soit un lieu où la communauté vive en harmonie. Grace à nous, vous avez accès aux biens dont chacun a besoin pour vivre. Nous sommes les gardiens du bien commun. Mais comme toujours, il y a quelques viles personnes qui veulent détourner notre valeur ajoutée à leurs portefeuilles ! Comme il serait donc doux qu'un jour nous puissions dormir sur nos deux oreilles sans nous soucier des manigances d'une classe œuvrant pour son seul intérêt !"

"Ça suffit !"

Une voix sifflante agressa l'oreille de chacun présent à l'Assemblée. L'hermine aux poils soyeux et luisants, aux longs sourcils et aux yeux en amandes, de son corps svelte et souple comme une anguille, fit une entrée remarquable.

"Ca suffit ! Vous n'êtes tous que des usurpateurs !", déclara-t-elle.

(la suite sur votre chaîne préférée...)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay