lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

La révolte des fouines

Petite erreur de titre et d'introduction. Que diable ! Cela arrive ! C'est rectifié maintenant, prenez plaisir à lire "La révolte des fouines", premier épisode.

lecteurfid
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Mais quelle manque de responsabilité, dit la vache, vous voulez tous devenir Roi, mais il ne peut y en avoir qu'un seul. A vous battre pour manger l'os du chien vous finirez juste la queue entre les jambes, continua-t-elle.

Le Renard, équipé d'une calculatrice à boulette (on nomme ça communément un "boulier"), semblait doucement affairé, main au menton, binocle sur l’œil gauche, fronçant les sourcils, il était certain qu'il allait bientôt rompre le silence qui avait suivi la remarque avisée de la vache.

"Tout calcul fait, dit-il de sa voie stridente sur un ton grave, plus il y a de candidats, plus la voix de la natuuuuuure, dit-il en s'attardant sur le "u", le Renard était persuadé que le "u" était une lettre particulièrement honorable, il pensait la même chose pour le "a", mais il n'aimait pas le "i", ni le "o", il trouvait ces lettres insipides, infantiles ou  odieuses, donc, disais-je, plus la voix de la natuuuuuure prend le risque de prendre celle des oubliettes."

La voix du Renard était souvent écoutée avec attention. C'est que la réputation du Renard était célèbre et tout le monde connaissait, bien entendu, tous ses tours de passe-passe, sa malice et ses ruses. Il était bien plus que malin, il était, selon certain, trop calculateur. Il n'était pas toujours bienveillant,  il lisait dans l'esprit de ses adversaires, et au regard de beaucoup il était malfaisant. Au regard d'autres, il avait bien plus d'empathie et de compassion que beaucoup qui se revendiquaient meilleur que lui. Le Renard était pour de nombreux partisans une personne à la fois fascinante, intrigante et dangereuse. Mieux valait l'avoir comme ami. Et beaucoup étaient satisfaits qu'il n'ait jamais choisi l'autre camp. "Qui sait ce qui aurait pu subvenir à chacun d'entre-nous si nous l'avions eu comme ennemi", confiait en chuchotant à sa voisine de palier une grande oie, connue pour envahir la cour de ses jacasseries. S'il y avait un personnage ici à qui l'on ne pouvait rien confier, c'était bien elle. Si le renard était  parfois un vil personnage, la grande oie avait pour qualité d'être son inverse, fielleuse parfois, mais surtout particulièrement crédule, elle voyait de toute part des conspirations qu'elle dénonçait parce qu'elle avait entendu dire quelque chose et donc elle était certaine que c'était vrai, et puisque toutes les autres oies pensaient comme elle, alors il ne faisait plus de doutes. Et elle et ses congénères se faisaient un grand plaisir à prêcher les nouvelles sans se donner la peine d'en vérifier les sources, du moment que ces informations leur faisaient vibrer les ailes, à quoi bon douter ? C'est si excitant de balancer aux vents un flot de nouvelles surtout si celles-ci sont particulièrement salaces. Et le Renard ne cessait de se démener pour contrer ces infamies mais comme Renard était connu pour ses ruses, personne ne croyait ce qu'ils disaient. "Qu'il est donc dure de ne pas être un imbécile", disait le Renard par dépit lorsqu'il finissait une journée épuisée par les cancans des oies. 

La vache, quant à elle, était éprise d'un grand sentiment de justice. Elle réfléchissait longtemps avant de parler. Elle ruminait chaque mot, chaque idée, chaque concept. Jamais elle ne riait, ne haïssait, ou ne moquait, elle était perpétuellement à la recherche de ce que pouvait signifier la sagesse, se demandait quel sens donner aux mots "égalité", "fraternité" et "liberté". "Doit-on faire confiance en l'expertise d'une cour de Renard ou doit-on se fier à la basse-cour ? se demandait-elle pour la millième fois sans ne jamais trouver de réponses satisfaisantes.

"Nous allons perdre ces élections si nous continuons à chahuter comme des enfants dans la cour d'une école !" dit un castor, casque de chantier sur la tête, bleu de travail et lunette de lampe à souder sur le front. "Comme toujours d'un côté, les oies jacassent et répètent à l'unisson ce que notre adversaire dit, de l'autre, la vache ne prend jamais parti, et nous les castors, nous bâtissons et nous œuvrons chaque jour pour que cette ferme soit un lieu où la communauté vive en harmonie. Grace à nous, vous avez accès aux biens dont chacun a besoin pour vivre. Nous sommes les gardiens du bien commun. Mais comme toujours, il y a quelques viles personnes qui veulent détourner notre valeur ajoutée à leurs portefeuilles ! Comme il serait donc doux qu'un jour nous puissions dormir sur nos deux oreilles sans nous soucier des manigances d'une classe œuvrant pour son seul intérêt !"

"Ça suffit !"

Une voix sifflante agressa l'oreille de chacun présent à l'Assemblée. L'hermine aux poils soyeux et luisants, aux longs sourcils et aux yeux en amandes, de son corps svelte et souple comme une anguille, fit une entrée remarquable.

"Ca suffit ! Vous n'êtes tous que des usurpateurs !", déclara-t-elle.

(la suite sur votre chaîne préférée...)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d’un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — France
Mélenchon à Nantes : un show pour satelliser ses adversaires
Dans une salle entourée d’écrans projetant des images de l’espace, le candidat insoumis à la présidentielle a évoqué sa ligne en matière de politique spatiale et numérique. Il a aussi beaucoup parlé d’écologie et, un peu, d’union de la gauche.
par Pauline Graulle
Journal
La Gauche révolutionnaire rattrapée par la vague #MeToo
Ce mouvement d’inspiration trotskiste, qui opère depuis Rouen, affronte une sérieuse crise interne avec la remontée à la surface de violences sexuelles supposément commises par l’ancien dirigeant du mouvement, au début des années 2010. L’affaire arrive devant la justice.
par Manuel Sanson (Le Poulpe)
Journal — France
Élèves handicapés : les vilénies de Zemmour, le tollé, et après ?
Les adversaires d’Éric Zemmour ont fait part samedi de leur indignation après ses propos sur « l’obsession de l'inclusion » scolaire, qui serait « une mauvaise manière faite aux autres enfants ». Une « obsession » qui manque pourtant cruellement de moyens en France. Et jusque-là, de propositions à la hauteur.
par Caroline Boudet

La sélection du Club

Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin