La mauvaise foi érigée en principe d'opposition confine à la haine et le cas Onfray

Il est impossible que tout ce que décide un président ou un gouvernement quel qu’il soit, soit systématiquement mauvais, il y a forcément un minimum de décisions bonnes, or quand on écoute n'importe quel opposant répondant à n'importe quelle question sur n'importe quelle action du gouvernement la réponse est toujours du type : « ce n'est pas ce qu'il fallait faire »

La suite sur Le Kiosque aux Canards

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.