Lemaire Marie Josèphe
Abonné·e de Mediapart

1061 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2022

Où aller ? peu importe, en lisant les vers d'Hâfiz

Lemaire Marie Josèphe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Où aller ?

Je m'en fous

Mon chameau traverse mille et mille dunes

Le sable vient dans ma bouche

Et je ne vois pas l'ombre d'un lion à

l'horizon

Avancer comme ça

À coups d'épaules

Les gencives à vif

C'est presque merveilleux

Cette aventure

Je hoquette à la vue d'un filet d'eau

d'un étang là-bas

L'eau a quelque chose d'une fontaine

projetée du paradis

Mon chameau mâche un brin d'herbe sèche

Les mâchoires de granit ironiques

Où aller

Chaque nuit

En attendant une goutte de pluie

En disant les vers d'Hâfiz à ma houri

                 Gérard Lemaire     2002

Né à Chīrāz dans la première moitié du XIVe siècle, Khādje Shams al-Dīn Muḥammad, plus communément connu sous le pseudonyme de Ḥāfiẓ (« celui qui connaît le Coran par cœur »), est l'une des plus brillantes figures de la poésie lyrique persane. Avec Sa‘dī et Firdowsī, c'est l'un des trois poètes unanimement reconnus comme les plus illustres de l'Iran.

Au mépris des contraintes religieuses et sociales qui sévissaient à cette époque de fanatisme et d'obscurantisme virulents, où les moindres écarts aux conventions établies dans la société étaient taxés d'hérésie, cet « interprète des mystères » – pour reprendre l'expression de Djāmī, le dernier grand poète de l'époque classique persane – a su sentir et exprimer, mieux qu'aucun autre, l'esprit et l'âme des Iraniens. C'est sans doute en raison du talent avec lequel il interprète les sentiments populaires qu'il a gardé, à travers les siècles, une aussi large audience ainsi qu'une autorité incontestée auprès de ses compatriotes, mais aussi dans tout le monde oriental.

écrit (extraits) parMohammad Hassan REZVANIAN : docteur d'État ès lettres, professeur de littérature comparée aux universités de Téhéran, traducteur-expert auprès de la cour d'appel de Paris (encyclopédie Universalis)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart