Au bout de l'abandon, Geo Milev, poète bulgare, 1895-1925

combien de poètes ont été contraints à l'exil ou bien emprisonnés, assassinés parce qu'ils ont pris parti ? et restent dangereux pour les pouvoirs...

 

Au bout de l’abandon

Face à ce fantôme qui te regarde

 

Toi ce poète bulgare Milev

Mort assassiné par une clique fasciste

 

Au bout du vague désespoir

Au bout de la vague sans fin

 

Celle qui nous détruit

Celle qui se trouve partout exactement là

 

Elle nous enlève bras œil voix

Nous nous éloignons de morceaux à tâtons

 

Au bout des cuirs défaits

Je ne sais par quels micros tonitruants

 

Peut-être restes-tu dangereux

Au bout de ces méandres de boue

 

Gérard lemaire    2008

p338 du livre "Gérard Lemaire, un poète à hauteur d'homme", le Contentieux, Toulouse (mai 2019)

 

Né le 15 janvier 1895 à Radnevo, Geo Milev était un poète bulgare. D'abord théoricien des tendances du symbolisme et du modernisme (revue La Balance), il évolue vers la doctrine marxiste (revue La Flamme). Il adhère au Parti Communiste bulgare en 1922. Jeté en prison après l'insurrection de 1923, il meurt à Sofia le 15 mai 1925, victime des persécutions policières et sans avoir condamné. En 1924, il écrit "Septembre" qui évoque l'enthousiasme des insurgés et la cruelle répression qui s'est abattue sur eux,

Dictionnaire des littératures, Quadridge, PUF

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.