fêter les massacres

ce poème n'a pas besoin d'être daté ; malheureusement il est toujours d'actualité ; il pourrait même venir du fond des âges !

                  à Elias Sanbar.

 

Le désespoir n’a pas de fond

Voilà la pire arme de l’Énigme

Cette descente a lieu sous les yeux de tous

Sous les regards les plus lucidement avertis

Des gens parfois réellement presque généreux

se jettent en travers

Mais le flot ne s’arrête pas et il gagne

Recouvrant des terres où vivre aurait pu

redonner quelque sens

Les hommes ont été si loin dans l’ignominie

Tous les massacres ont eu lieu et ils ont été fêtés

Mais d’autres exterminations ont lieu à cette heure-ci

Sans que rien de vrai ne bouge

D’immenses tueries encore fomentées demain

et après-demain

Derrière les défilés de carnavals

Sous couvert de la puissance des jeux

 

                   Gérard Lemaire

 

Né le 16 février 1947 à Haïfa, Élias Sanbar est un historien, poète et essayiste palestinien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.