Gaza, 2014, ce n'est pas si loin

on aimerait bien que le massacre ne recommence pas

Vaincre l'indicible

Même sans y croire

 

Cette nuit je me suis réveillé terrorisé

C'était dans une lucidité insoutenable

 

Pas une larme de pitié d'espace pour m'évader

Pour échapper

 

Mon visage me trahissait partout

Et mon corps poursuivi était une disparition

 

Les autres – tous – me détruisaient parce que j'étais un épouvantail

Je sentais cette odeur qu'ils voulaient surtout fuir

 

Le lit ne suffisait pas pour me retourner

J'étais pris au vol / tiré par des chasseurs hilares

 

Et dans l'actualité la veille il y avait

Ce jeune Palestinien de seize ans brûlé vif

 

« Avec des cendres dans ses poumons »   

 

          Gérard Lemaire        7 juillet 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.