Puig Antich, anarchiste catalan, 1948-1974

26 ans, c'est bien jeune pour mourir, être exécuté ; peu de temps avant la mort de Franco ; dernière exécution au garrot en Espagne et dans le monde ; vivre anarchiste et payer de sa vie

       Rue Ahmed Chayeb.

 

Rue Ahmed Chayeb

Tu as lu dans le journal

Qu’un anarchiste avait été condamné à mort en Espagne

 

La chambre d’hôtel n’a pas tressailli

Et nous non plus

 

Comment s’appelle-t-il t’ai-je demandé

… Puig Antich … Puig Antich …

Tu as répété plusieurs fois

Le nom incompréhensible

 

Et puis et puis

Tu m’as caressé

Parce que je t’aimais

Et puis et puis

Tes caresses m’ont déshabillé

Parce que je t’aimais

Et puis et puis

Je t’ai fait l’amour

Avec violence

Parce que je t’aimais

Parce que je t’aimais

 

Dans cette rue Ahmed Chayeb à Alger

Cette rue qui chantait dans l’après-midi

Comme chantent toutes les rues en hiver et en été

À Alger

 

Et toi

Avec qui je fuyais

Je ne sais quoi

Toi que j’appelais Guelsomina

Par ton âme et par ton corps qui me brûlaient

Qui me sauvaient

De je ne sais quel charnier

Dans la rue Ahmed Chayeb

Quelle vie bête klaxonnait

 

… Puig Antich … Puig Antich …

Même si la mort demeure sans propriétaire

Et même si ça n’a aucune importance

 

Je voulais t’aimer

 

     Gérard Lemaire   1975

p16 dans L'Ouvre-Monde /exercices pour un poème/, 1975   collectif d'Apostrophe  Paris

page326 du livre "Gérard Lemaire, un poète à hauteur d'homme", le Contentieux  Toulouse

                                                                                                                                                                        

Né le 30 mai 1948 à Barcelone, Salvador Puig i Antich était un anarchiste catalan, membre actif du Mouvement Ibérique de Libération. Le 2 mars 1974, il fut exécuté par le régime franquiste. Il avait 26 ans. En 2006, Manuel Huerga réalise le film "Salvador". En 1974, Joan Miro peint : "l'espoir du condamné à mort" ; il a écrit ces quelques lignes : 

« Il est étonnant, et pourtant significatif, que j'aie terminé ce tableau le jour même où ce pauvre garçon, Salvador Puig Antich, a été exécuté au moyen du lacet étrangleur. […] une ligne noire sur fond blanchâtre, une ligne noire comme un fil que quelqu'un coupe car il a la force mais aucune pitié. »

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.