5 juillet 1962

Dernièrement, il est passé un documentaire sur la télé, Fr3 (?), à propos du 5 juillet 1962 et du massacre des européens présents à Oran, sans que l'armée française ne bouge... Là, un poème ; il sera toujours temps de disserter

Le cheval d'Istrati tombe à genoux                                                                                                                                                            Il a les pattes cassées par les charges

À Oran en 1962 l'ordre était "de ne pas bouger"                                                                                                                                        Quand on empilait les cadavres d'Européens dans les camions

Vive la fête de la mort                                                                                                                                                                                Vous êtes censés applaudir à tout rompre

Les écrans pétulants envoient des cadavres léchés                                                                                                                                    À brûler les figures des cantines en repas

N'est qu'une femme grise encore une fois                                                                                                                                                Une décharge pour l'expédier dans les cailloux

Partout la tête et les tibias                                                                                                                                                                          Croisés pour entériner les débuts millénaires

Quelquefois que quelquefois que                                                                                                                                                                Le cheval ne se relèvera pas avant la fusillade

 

     Gérard Lemaire   2012

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.