Lénaïg Bredoux
Journaliste, responsable éditoriale aux questions de genre
Journaliste à Mediapart

18 Billets

3 Éditions

Billet de blog 22 sept. 2013

Lénaïg Bredoux
Journaliste, responsable éditoriale aux questions de genre
Journaliste à Mediapart

Le "coup de folie" de La Provence sur les violences conjugales

On dirait presqu’une farce. Un exercice pour illustrer ce que féministes et chercheurs documentent depuis de longues années sur le traitement médiatique des violences conjugales.

Lénaïg Bredoux
Journaliste, responsable éditoriale aux questions de genre
Journaliste à Mediapart

On dirait presqu’une farce. Un exercice pour illustrer ce que féministes et chercheurs documentent depuis de longues années sur le traitement médiatique des violences conjugales. Vendredi, le quotidien La Provence a publié un article relatant le procès d’un élu socialiste, conseiller communautaire de Marseille, qui a menacé d’incendier son épouse qu’il croyait infidèle. Jugé en comparution immédiate, il a reconnu les faits et a été condamné à 18 mois de prison, dont 10 mois ferme.

Il ne s’agit pas ici de juger – la justice s’en est chargée -, de disserter sur les circonstances atténuantes ou aggravantes, et sur la personnalité d'Antoine Rouzaud – là encore, c’est le travail de la justice. Je ne sais pas quelle doit être sa peine ; je ne sais pas si celle prononcée est juste. Je n’en sais rien. Le journaliste de La Provence, lui, sait.

Jamais, dans son article, il n’écrit clairement ce que la justice reproche à Antoine Rouzaud. Ce n’est que dans la légende de la photo et au détour du 5e paragraphe que l’on comprend qu’il s’est présenté devant sa femme en la menaçant avec un bidon d’essence et des allumettes scotchées les unes aux autres. Jamais non plus, il ne dit clairement pour quel chef d’accusation ce socialiste, empêtré dans l'affaire Guérini, a été condamné.

Sa femme n’est qu’une ombre silencieuse, dont on sait seulement qu’elle ne s’est pas constituée partie civile et qu’elle a expliqué aux policiers qu’il n’avait jamais été violent auparavant. Elle est juste « présente dans la salle ».

L’acte de son mari n’est donc, forcément, qu’un « coup de folie » - c’est le titre de l’article. Comme l’idée que tuer sa femme est toujours moins grave que son voisin, “crime passionnel” oblige. La violence est d’autant moins compréhensible pour ce journaliste qu’Antoine Rouzaud n’est pas n’importe qui. Le président du tribunal, écrit Denis Trossero, « veut comprendre comment un homme comme lui a pu en arriver à un tel coup de folie ». « Un homme comme lui. » Ah bien sûr, j’oubliais : un élu n’est tout à fait celui qu’on imagine avec un bidon d’essence à la main.

Le journaliste donne d’ailleurs un indice dès les premières phrases de son article : « La justice réserve parfois de sacrées surprises. À quelques minutes d'intervalle, elle a dû juger, hier, un sans domicile fixe soupçonné de violences sur des personnels de santé et un élu de la République qui, mardi, au terme d'un vif différend avec son épouse, a failli commettre l'irréparable. » Un bidon d’essence dans les mains de ce « sans domicile fixe », ce serait la routine, rien que du très normal, de l’ordinaire qui fait dire que l’insécurité, c’est dramatique. Sauf que, contrairement aux idées reçues, les violences conjugales touchent à peu près indifféremment tous les milieux sociaux – de nombreuses études l’ont montré. Et parce que les élus sont des gens comme les autres, Antoine Rouzaud est loin d'être le premier à être condamné pour de tels faits.

En lisant La Provence, on ne peut qu’être en empathie avec celui qui est jugé. « L'élu ne se cache pas. Il sera sincère jusqu'au bout, ne truquant rien, ne niant rien. (…) C'est un homme désespéré qui s'est expliqué avec courage. (…) Un homme qui a perdu les élections cantonales, auquel son parti a "tourné le dos". (…) C'est un monde qui vacille, celui d'un élu, rejeté par ses électeurs, qui doute désormais de sa femme », tel est le récit qu’en fait le journaliste – chef du service faits-divers-justice du principal quotidien marseillais. Tout cela est peut-être vrai. Antoine Rouzaud a perdu son mandat de conseiller général, emporté par l’affaire Guérini (c’est un ami d’Alexandre Guérini, le frère de Jean-Noël, président du conseil général et sénateur PS). Il est peut-être désespéré. Mais le récit qu’en fait Denis Trossero est à tel degré de clichés sur les violences conjugales qu’on ne peut qu’en douter.

Ah, et j’oubliais, pour La Provence, la peine prononcée par les magistrats est évidemment « une peine sévère ».

(Sur le même sujet, voir aussi ce billet paru sur Le Plus du Nouvel Obs)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Comment l’exportation de viande et de produits laitiers démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost