De Mossoul et Palmyre aux attentats de Paris

Dans mon livre L'Enigme Bogdanov, un sous-chapitre intitulé De l'Astronomie à la Cosmologie (page 102 de l'édition parue le 5 novembre) rappelle le rôle précurseur, culturel et scientifique, de l'ancienne Mésopotamie. A cette occasion, je dénonce les pertes de vies humaines et les destructions du patrimoine intervenues notamment à Mossoul (l'ancienne Ninive) et à Palmyre. Des zones de l'Irak et de la Syrie passées sous le contrôle de l'Etat Islamique. En écrivant pendant l'été ce sous-chapitre de L'Enigme Bogdanov, j'étais loin de me douter que je devrais aujourd'hui exprimer ma profonde solidarité et mes condoléances attristées aux victimes des attentats de Paris et à leurs familles.

Précisément, les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis sont intervenus dans un contexte qui se rapporte très directement à la situation actuelle dans les Etats ayant hérité du territoire et des richesses culturelles de la Mésopotamie de l'Antiquité. Les effroyables tueries d'avant-hier soir chez nous ont eu lieu juste avant le sommet de Vienne sur la Syrie tenu le 14 novembre. Peut-on raisonnablement nier l'existence d'un rapport direct entre les attentats et le sommet ?

Parmi les participants au sommet de Vienne du 14 novembre 2015 figurent le secrétaire d'Etat US John Kerry, le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, le représentant de l'ONU Staffan de Mistura... La France était représentée par Laurent Fabius.

Le sommet de Vienne ayant sévèrement condamné les attentats de Daesh qui à ce jour ont fait 132 morts et 349 blessés connus, une suite des attaques terroristes ne peut pas être exclue et la plus grande vigilance s'impose. Saluons, remercions et encourageons, à ce sujet, les soldats et agents publics chargés de nous protéger contre le terrorisme.

En réalité, l'évolution des positions du sommet de Vienne était prévisible par l'engament croissant de l'armée française contre les moyens du Califat de l'Etat Islamique. Y compris en Syrie, où un centre pétrolier de Daesh a été bombardé il y a une semaine. Voir, par exemple, sur Slatehttp://www.slate.fr/story/110035/frappes-daech

Ce dimanche 15 novembre commence un deuil national de trois jours. Le décret est paru au Journal Officiel du 15 novembre, accessible notamment à l'adresse de Legifrance http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031474493

C'est ainsi qu'un pont indélébile, marqué par la mort et la destruction, est tristement apparu entre des souffrances inattendues de la population française et la violence dévastatrice évoquée dans L'Enigme Bogdanov à propos de la situation actuelle dans les territoires de l'ancienne Mésopotamie.

 

Luis Gonzalez-Mestres

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.