Solidarité ouvrière – Communiqué CNT-Gilets noirs

Mise à jour des infos CHRONOPOST SANS PAPIERS

Avec la pétition : http://chng.it/5rNxskmzwp

L’ami de mon ennemi est mon ennemi

cnt-gilets-noirs-lami-de-mon-ennemi

Nous, immigré.e.s sans-papiers, habitant.es des foyers, locataires de la rue,
Nous Les Gilets Noirs en Lutte et les militants de la CNT-SO menons une campagne de rage et de colère.
Nous nous organisons contre le racisme, l’État et la colonisation
Pour une vie qui en vaut la peine,
Pour des papiers et logements pour tout.e.s,
Pour la liberté de circuler et de s’installer,
Pour l’égalité, la dignité et la justice,
Les Gilets Noirs sont, et seront de toutes les luttes qui s’attaquent au pouvoir parce que ce pouvoir divise, exploite, réprime, tue.
C’est une campagne contre la peur et la honte. Pour attaquer au cœur le système raciste qui fabrique des sans-papiers, qui fabrique leur exploitation
Parce que nous sommes là partout où un.e étranger.e ou immigré.e subit une injustice,
nous réaffirmons notre courage et notre détermination devant les mensonges d'Elior.

Le 12 juin, nous avons occupé le siège d’Elior à La Défense, le numéro 4 mondial en restauration collective, contre l’exploitation des sans-papiers par les patrons.
Nous exigeons qu’Elior se retire des centres de rétention, des tribunaux et des préfectures qu’elle nettoie et arrête d’y faire travailler les sans-papiers contre eux-mêmes.

On a fait des négociations 2 fois. Sur plus de 200 Gilets Noirs travaillant à Elior, ils ont pris 23 dossiers pour donner seulement 10 CERFA et rien n'est abouti, même pour eux.
Pendant la 1ère négociation, ils ont dit qu'ils allaient donner un CERFA mais en réalité ils ont licencié trois camarades. Ils ont trahi, ils ont menti. Nous ne voulons pas du cas par cas, nous voulons des papiers pour tous. Elior nous a attaqué en licenciant nos camarades. On va attaquer par la force.
Nous sommes déterminés à nous défendre. Nous travaillons dans des conditions indignes. Il faut défendre nos droits. Il ne faut pas se décourager, baisser les bras si on veut avoir ce bout de papier. L'objectif c'est ce bout de papier pour tout le monde !

Il n'y a pas de formule magique pour obtenir les papiers. Mais en licenciant ils essaient de nous faire peur alors que c’est eux qui ont peur et veulent casser les Gilets Noirs.
On va leur faire perdre de l'argent comme ils nous font perdre notre temps. Nous n'avons pas arrêté de lutter nous continuons d'attaquer et de nous battre tant que nous n'obtiendrons pas ce qui nous est dû.

À partir d’aujourd’hui, on va chercher et attaquer tous les clients d’Elior, tous les complices. Aujourd’hui c’est Nespresso demain ça sera un autre. Ils nous ont humiliés, il va falloir payer.
Ils sont tous responsables du système qui torture les immigré.e.s, l’État et sa police, Elior et ses clients comme Nespresso.
Le racisme d'État donne un sentiment d'impunité à Elior et à tous les exploiteurs.
L’État kidnappe nos camarades comme Diakité pour nous empêcher de lutter pour nos droits. Mais quand ils coupent une tête, des centaines repoussent à sa place.
Elior est une très grande société, mais nous les Gilets Noirs, sommes plus grands.
À force de coups, ils nous donneront ce qu'on veut.

Nous exigeons :
– La réintégration de tous nos camarades licenciés par la répression d’Elior ;
– La signature d’un protocole de négociation pour qu’Elior donne tous les documents nécessaires à tous nos camarades pour trouver les papiers ;
– La fin immédiate de la collaboration d’Elior avec les lieux de torture des immigré.e.s (centres de rétention, prisons, commissariats, tribunaux, etc).

Nous sommes solidaires de celles et ceux qui sortiront le 5 décembre pour bloquer l’économie française. Nous serons dans la rue avec nos camarades. Nous sommes et seront de toutes les luttes qui s’attaquent aux patrons et à l’État.
Seule la lutte paie et libère.

Vive la lutte des Gilets Noirs !
Vive la lutte syndicale !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.