LeNous
Bateau sur l'eau
Abonné·e de Mediapart

149 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 juil. 2020

Jean-Marie Massou, de Marminiac, est mort, et je ne le savais pas !

Sous le coup de la nouvelle, je reproduis le beau papier publié par le journal local et je fournis à la suite quelques liens impressionnants concernant le personnage que je regrette n'avoir pas eu l'occasion de rencontrer (ce défaut de toujours reporter à plus tard d'accomplir certaines de ces promesses pourtant importantissimes qu'on aura eu pu se faire).

LeNous
Bateau sur l'eau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Marie Massou © Le Vert Pituite La Belle

Jean-Marie Massou était un homme sauvage, pas un sauvageon.
Le message et les trésors qu’il laisse au cœur des cavités, des puits et du gouffre qu’il a creusé seul dans la forêt de Marminiac, dans le Lot, nous emmènent vers un autre monde, un ailleurs qui le faisait rêver. L’artiste vient de rendre l’âme. Mais son art est bien vivant et immense dans cette nature qu’il n’a jamais dénaturée tout en la magnifiant. Découverte du formidable héritage de Massou dans le silence de sa forêt qui sait tout de lui. 

Il est mort comme il a vécu : seul et dans le silence de son art que l’ont dit primitif. Un art à part, plein de sens et de symboles. Un art sous-terrain dans un monde surréaliste compléteront certains. Apocalyptique ajouteront d’autres. Ils se tromperont dans ce jugement hâtif. Pour mieux comprendre le message qu’a voulu laisser cet homme sauvage au sens noble et pur du terme, il faut s’immerger dans son univers naturel. La forêt.

Jean-Marie Massou vient de la terre. Il a vécu dans les bois et retourne en terre ce mercredi 3 juin au cimetière de Marminiac où il sera enterré à 16 heures. Il a vécu avec sa mère jusqu’à l’année 1998 puis tout seul, indompté, indomptable. Libre comme l’art.

Il est mort à 70 ans. Nous avions retrouvé sa trace quatre jours avant son décès et devions le rencontrer vendredi dernier. Il s’est éteint la veille.

C’est André Bargues, l’ancien maire de Marminiac, notre contact et notre guide pour ce rendez-vous dans le monde de Massou, qui a découvert son corps inerte affaissé au pied de son lit.

« Je le connais depuis les années 70. Jean-Marie est originaire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne). Je le voyais régulièrement. Mais beaucoup moins depuis 6 ans. Il se plaignait de douleurs à la poitrine et au ventre ces derniers temps. Il ne souhaitait jamais se faire hospitaliser, mais recevait la visite du docteur Sadek » explique-t-il. Le médecin, ainsi que Rachel French, nouvelle maire du village, accompagnaient André Bargues lors de cette macabre découverte. André Bargues, l’ami de toujours, est ému.

Un gouffre en pleine forêt

Pour lui, Jean-Marie Massou était loin d’être un illuminé dans son univers sauvage où il était déterminé à poursuivre son œuvre pour livrer un message fort. Sa passion c’était les pierres qu’il trouvait extraordinaires. Les pierres bleues.

« Il en a ramené des tonnes et des tonnes avec son tracteur. Il sculptait les pierres. Il a aussi eu envie de creuser et d’ouvrir des galeries, puis des grottes et aussi bâtir une pyramide. Ce sont, avec son gouffre, des créations titanesques. Il m’expliquait que tant qu’il pouvait creuser dans la terre, c’est qu’il y avait eu un passage » souligne André Bargues.

« En fait, à chaque galerie, puits ou gouffre, Massou considérait qu’il remettait à jour un passage, une ouverture vers un monde meilleur, parfois mystique, mystérieux ou carrément extraterrestre. Il recherchait et rêvait d’un monde sans violence. La nature lui offrait cette opportunité » poursuit l’ancien maire.

Un artiste inclassable

Difficile d’évaluer la valeur des œuvres de Jean-Marie Massou. Aucun expert ne s’y est vraiment penché jusqu’à présent. Le nombre d’heures passées pour la réalisation de ses mystérieux passages sous terre a de quoi impressionner.

En 2010, le réalisateur Antoine Boutet a consacré un documentaire intitulé Le Plein Pays pour parler du travail magistral de Massou, puis de sa personnalité d’homme sauvage et de sage à sa façon.

Jean-Marie Massou a aussi enregistré avec Olivier Brisson le disque Sodorome. Ses sculptures où l’on peut deviner des visages ainsi qu’une nef au-dessus de la porte de ce qu’il reste de sa ferme et d’autres créations dignes d’intérêt méritent une véritable expertise.

L’art primitif est omniprésent dans son travail. Mais que signifient certains symboles et écritures. Où cet artiste, finalement inclassable, a-t-il vu de tels signes?

Fasciné par l’univers de Disney

Outre ses créations naturelles sur un vaste périmètre interdit d’accès, Massou a laissé des mots et des phrases qui décrivent son spleen, mais aussi sa volonté. La procréation l’inquiétait. Beaucoup ont dit que Massou était misogyne. Faux!

« Il est grand temps d’arrêter de procréer, mieux vaut adopter. L’apocalypse est bientôt là. Nous sommes plusieurs milliards sur cette terre. Les enfants, c’est fini. Ils n’ont plus d’avenir. Plus de travail. L’ozone décortiqué, le soleil blanc qui commence, plus aucun avenir à attendre. Si vous voulez faire l’amour, embrassez-vous dans une glace ou alors prenez la photo d’une copine » a-t-il déclaré à son ami André Bargues. Fascinant !


L’un des abris de Massou, au cœur des bois de Marminiac. – Photo DDM, J.-L.G.

Massou était attiré par le monde merveilleux de l’enfance. Celle qu’il n’a pas eue. « Il a vécu une enfance particulièrement difficile. André lui portait parfois des DVD de dessins animés. Jean-Marie adorait La Belle au bois dormant et tout l’univers de Disney » se souvient Rachel French.

L’avenir le glaçait. Il y voyait la mort et voulait prendre une autre direction dans ses galeries. Massou rêvait d’aller vers un ailleurs plus serein. Y est-il parvenu? Peut-être. Si La Belle au bois dormant a réveillé son instinct d’enfant, il trouvera le chemin qui l’apaisera.

Un site dangereux interdit au public

En immersion dans le monde de Jean-Marie Massou, au fond des bois, il est aisé de comprendre que l’accès jusqu’à chacune de ses étonnantes galeries est un véritable périple où les bonnes surprises comme le danger se trouvent à chaque pas.

Les cavités et les galeries souterraines sont nombreuses, recouvertes de feuilles mortes et de branches pour la plupart.
Le territoire de cet artiste hors normes est un véritable gruyère.


Une cavité creusée par Massou. Il a rouvert des passages cachés dans la forêt.. – Photo DDM, J.-L.G.

Jean-Marie Massou n’a pas voulu faire des pièges en recouvrant des failles. Il a juste souhaité préserver son œuvre, empêcher la découverte de plusieurs galeries peut-être. Plusieurs d’entre elles sont inachevées.
On suppose qu’il a rencontré quelques problèmes légitimes pour acheminer des pierres aussi lourdes aussi loin.

« Son vieux tracteur l’y aidait parfois, mais il a accompli l’essentiel de ce travail gigantesque avec ses seules mains, une force inouïe et beaucoup de volonté. On s’interrogera toujours sur la façon dont il y est parvenu. Il ne nous a pas tout dit » soupire André Bargues.

« S’aventurer dans ces bois, c’est risquer sa vie »

Que deviendra ce site caché derrière les arbres à Marminiac? La pyramide, les pierres sculptées, le gouffre? La maire de ce village de 374 âmes y réfléchit très sérieusement.


Rachel French, maire de Marminiac et André Bargues, ex-maire proche de Jean-Marie Massou, examinent ici une pierre sculptée par l’artiste dans les bois.
Elle sera la stèle de sa tombe. – Photo DDM, J.-L.G.

« Il faut bien sûr préserver l’œuvre authentique de Jean-Marie Massou et éviter toute forme de pillage ou de destruction. Mais ma principale préoccupation, pour l’instant, c’est d’éviter toute incursion sur le site. C’est très dangereux. On voit bien qu’il y a des failles partout, surmontées de voûtes. Ces dernières sont très instables. Elles peuvent s’affaisser, s’écrouler et entraîner la mort des curieux qui se seront hasardés sur ce secteur. Son accès est strictement interdit. J’ai pris un arrêté municipal stipulant bien cette interdiction. S’aventurer dans ces bois, c’est risquer sa vie » insiste Rachel French.

Comme un immense musée à ciel ouvert

L’élue locale s’est rendue sur le territoire de Massou dans le cadre de cette immersion particulière et pour rendre, d’une certaine manière un hommage à l’artiste dont le musée à ciel ouvert livrera sans doute d’autres secrets. On retient son souffle devant le gouffre qui demeure incontestablement le clou du spectacle.

Comment un homme seul a-t-il pu se lancer dans une telle besogne herculéenne? André Bargues et Rachel French se posent cette question récurrente sans obtenir de réponse.

Jean-Marie Massou survivait grâce à l’allocation d’adulte handicapé (AHH) dans une ancienne ferme dévorée par la végétation. Il avait l’électricité. L’eau lui parvenait par un simple tuyau. Il se contentait seulement de ça dans son monde à lui au milieu de sa forêt.

Parfois, il dormait à la belle étoile ou dans cette ruine (notre photo) envahie par la végétation comme l’était sa ferme. Cet artiste qui aura marqué le Lot faisait corps avec la nature. C’était son seul décor. Sa vie à l’état sauvage où il exprimait pleinement ses états d’âme.

Jean-Luc Garcia La Dépêche

_________________________________________

Et aussi :

Dernier hommage (autre article du même auteur, même journal) : https://www.blogdesbourians.fr/le-dernier-hommage-a-massou/

Article des Inrocks : « Rencontre en 2017, trois ans avant sa mort ce 28 mai 2020 » https://www.lesinrocks.com/2017/10/30/arts/arts/lart-brut-de-jean-marie-massou/

« L'homme qui creusait des trous » (Article de GAZOGÈNE rapprochant le travail de J.-M. Massou du chapitre bachelardien consacré à « L'eau et les rêves ») : https://gazogene.wordpress.com/2011/04/24/jean-marie-massou/

Bande-annonce du film PLEIN PAYS, d'Antoine Boutet, 2010, consacré à notre personnage, sa vie, son œuvre (le trouver aux Champs-Libres, le commander directement aux Films du Paradoxe) :

LE PLEIN PAYS BANDE-ANNONCE © Les Complaintes

Interview du réalisateur Antoine Boutet :

Les Lutins 2011 / Interview d'Antoine Boutet pour le film "Le Plein pays" © leslutinsducm

Brut, émission de France Musique consacrée au disque SODOROME, le personnage, toujours, et sa voix, ses chants : https://www.francemusique.fr/emissions/le-cri-du-patchwork/le-cri-du-patchwork-du-mardi-12-septembre-2017-36477

 LA CITERNE DE COULANGES, disque vinyl sous le label Vert Pituite La Belle : https://vertpituitelabelle.bandcamp.com/album/la-citerne-de-coulanges

Et, cadeau particulièrement émouvant par sa simple sincérité, près de 10 mn de confession intime publique : La complainte de Marie-Ange (cette séquence qui se déroule justement dans les entrailles de la terre, au fin fond d’une cavité que Massou a désobstruée de ses mains. C’est là en effet, à l’occasion d’une complainte adressée à Marie-Ange, sa compagne d’enfance, que l’homme dévoilait inopinément son adresse aux spectateurs du film [Antoine Boutet, “Le Plein pays”, Les Films du paradoxe, 2009 : 39’01’’] « Marie-Ange, oh oh oh oh oh, j’espère que je te verrai bientôt, je te donne mon adresse, je te donne mon adresse, monsieur Massou, à Limoges, à Limoges de Marminiac, monsieur Massou à Limoges de Marminiac ; c’est dans le Mididans le Lot, c’est dans le Midi, dans le Lot, dans le Lot, près de Cazals, à six kilomètres de Cazals, à Limoges, à Limoges, mais c’est pas la ville, c’est la maison qui s’appelle comme ça, c’est la maison qui s’appelle comme ça, c’est pas la ville, c’est pas la ville, mais c’est la maison qui s’appelle comme ça ; à Limoges, à Limoges, à Limoges de Marminiac, à Limoges, à Limoges de Marminiac, faut demander, faut demander, vous trouverez, vous trouverez, c’est une propriété, c’est une propriété magnifique, elle a que six hectares, six hectares mais magnifique, plein de gravures, plein de gravures avec des cristaux magnifiques, j’y ai passé des années des années à faire des aventures... »

La Complainte de Marie-Ange, de et par Jean-Marie Massou © Damien Chemillé

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent