Aubervilliers : la police évacue un camp de fortune en période de pandémie

Quai François Mitterrand à Aubervilliers : des personnes privées d'eau potable par la mairie d'Aubervilliers ont été expulsées ce matin mardi 7 avril à 6h suite à l'assistance solidaire des bénévoles.

Une trentaine de tentes ont été virées par une trentaine de policiers entre 6h et 8h sans indication précise sur la provenance des ordres, sans doute la mairie de Paris. Des demandeurs d'asile venus d'Iran et de Somalie se sont ainsi vus dégagés de force sans aucune explication en dépit de l'aide nécessaire en temps de pandémie.

 Lien vers la prise d'images :

Quai désert après évacuation de personnes en détresse © Valérie Osouf Quai désert après évacuation de personnes en détresse © Valérie Osouf

Posted by Valérie Osouf on Tuesday, April 7, 2020
Confinement dehors : près d'une centaine de demandeurs d'asiles expulsés © Valérie Osouf

 

Témoignage de Clarisse Bob :

« Journée éreintante. La police a jeté toutes les tentes des personnes à la rue ce matin. Toutes leurs affaires perso (papiers, etc.) aussi pour ceux qui n'étaient pas sur place. A jeté aussi les bidons d'eau amenés hier. Avec la bénédiction (et la collaboration) des villes de gauche alentour.

[...] La police a encore passé la journée à pourchasser les gens. Réquisissionnant comme chaque jour des milliers de fonctionnaires pour harceler, humilier dézinguer des sdf, des demandeuses d'asile, des gosses. Il me semble qu'en plein épisode de Covid 19, ces manières et ces dépenses horriblement habituelles sont plus que jamais la priorité ! Don't you think ?! ?{Tu ne penses pas ?]

Tous ceux qui veulent continuer d'ignorer ces réalités vont avoir un réveil très dur un de ces prochains jours. »

communication urgente auprès de 7 rapporteurs spéciaux des Nations Unies (santé, eau, logement, nourriture, migrants, extrême pauvreté, défenseurs des droits de l'homme).

 

Action :

Communication urgente auprès de 7 rapporteurs spéciaux des Nations Unies (santé, eau, logement, nourriture, migrants, extrême pauvreté, défenseurs des droits humains) :

Bref résumé de la communication en français :

  • Point détaillé sur l'impact du COVID-19 pour l'ensemble des personnes vivant à la rue, dans des squats ou des bidonvilles en France;
  • Accès au système de santé: les mesures de protection COVID-19 ne sont, pour la plupart, pas applicables à ces personnes et, quand des évacuations sont organisées (Aubervilliers, 24 mars 2020), elles sont faites en dépit des préconisations ;
  • Accès à l'eau potable et l'assainissement: accès nul ou restreint pour la plupart des lieux de vie, alors que l'hygiène est plus que jamais essentielle pour éviter la propagation du COVID-19 ;
  • Accès à l'alimentation: impact significatif sur les distributions alimentaires ;
  • Accès au logement: amendes distribuées à des SDF, démantèlements de camps à Calais et Grande-Synthe (malgré les demandes d'un syndicat de police!), mesures de relogement inadaptées ;
  • Protection des enfants encore plus problématique ;
  • Protection des défenseurs des droits humains: nécessité d'assurer la continuité de leurs opérations (pas le cas à Calais et Grande Synthe notamment) et nécessité de distribuer du matériel de protection ;
  • Saisine afin d'interpeller le gouvernement français et adoption d'un communiqué de presse en urgence.

Également un point de contexte : cette communication a déjà été discutée avec Leilani Farha, la Rapporteure des NU sur le logement, ainsi que les interasso de Calais / Grande-Synthe et Paris (MdM), Utopia 56 et MSF.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.