LeNous
Bateau sur l'eau
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2020

LeNous
Bateau sur l'eau
Abonné·e de Mediapart

“Indio”, l’un des derniers romans de Cesare, paru au Seuil

Il raconte l’aventure méconnue de Cosme Fernandes, un colon portugais qui voulut faire du Brésil une utopie fraternelle.

LeNous
Bateau sur l'eau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À Cananéia, au sud du Brésil, un homme nommé Indio Pessoa est retrouvé noyé au large de la baie. L'un de ses amis descend de Sao Paulo pour enquêter sur cette mort suspecte. La victime n'a laissé derrière elle que de mystérieuses notes sur un certain Bacharel, fondateur de la ville du même nom, que l'histoire officielle semble avoir oublié.


Presse :
- la présentation du roman par Serge Quadruppani sur Lundi matin, avec également un extrait,
et une proposition surprenante à retrouver en tout bas de page : participer au prochain roman en envoyant ce que vous pourrez trouver de la documentation nécessaire à Cesare pour l'écrire.
- L'article de Gilles Martin-Chauffier sur Paris Match :

Devenu bateau, le tronc ne redevient jamais un arbre. Cesare Battisti pensait qu’il serait toujours un nomade.
Après qu’il a fui l’Italie, il est passé au Mexique, en France, au Brésil, ailleurs encore.
Une existence étroite comme un ruisseau qui n’a jamais le temps de devenir un fleuve.
Les exilés poursuivis par la loi vivent en sourdine, installés dans leur quotidien comme dans une salle d’attente.
Les années glissent sur eux comme l’eau sur la pierre, sans laisser de traces apparentes.

Derrière ses barreaux en pointillé, il a pourtant toujours gardé les yeux ouverts.
Là où sa cavale le menait, il se passionnait pour l’histoire, la géographie, la langue ou la culture du pays qui l’accueillait.

« Indio », son dernier roman, se passe au bord de l’Atlantique, au sud de São Paulo.
On baigne dans la torpeur de Cananéia, une petite ville de pêcheurs où les cocotiers ondulent sous une brise exténuée de chaleur.
Pas du tout l’endroit pour préparer le grand soir auquel Battisti songeait dans sa jeunesse.
Au mieux, les idées vont et viennent au rythme assoupi d’une marée paresseuse.
Entre l’océan, la lagune, les mangroves, les dunes et les îles, on pourrait se croire au paradis.
Sauf qu’il y a les moustiques gros comme des mouches, assoiffés de sang et toujours en grande forme la nuit.
Le narrateur y est appelé à la mort par noyade d’un de ses amis qui lui a laissé des malles de papiers.
Des textes anciens et confus évoquant la découverte de l’Amérique.
Hasard étrange, trois jours après, un pêcheur à son tour est retrouvé sans vie sur la rive avec une marque de corde sur les poignets.
On pourrait se croire dans un polar.
Le narrateur pose des questions, se promène sous le regard de tous.
Dans ces villages, de même que personne ne voit le carillon que chacun entend, nul ne vous parle mais tout le monde vous remarque.
Au point qu’il est même convoqué par le milliardaire en train de faire main basse sur les zones de pêche.
Le genre d’homme qui vous menace à voix basse comme un serpent qui piquerait poliment.
L’atmosphère de polar se renforce encore.
Mais ce ne sont pas des meurtres que l’on découvre peu à peu.
C’est une nouvelle version de la colonisation du Brésil.
Rien à voir avec la saga des soutanes, épée à la main et crucifix au cou, partis bénir les Indiens à coups d’eau bénite.
Les documents de son ami racontent la découverte de Cananéia par maître Cosme Fernandes, un ingénieur portugais arrivé sur les lieux dans un navire arabe. Trente ans avant le débarquement officiel de ses compatriotes ! Et là, aucun massacre mais la création d’une cité indienne, d’un chantier naval et d’une armée de plusieurs milliers de guerriers.
On a quitté le roman noir pour aborder chez Alexandre Dumas.
Tout repose sur des faits établis.
Au Brésil, maître Cosme Fernandes est devenu une légende sous le nom de Mestre Bacharel.
Pour les besoins du récit, il se révèle l’ancêtre de l’ami qui a mené le narrateur à Cananéia.
Battisti a dû beaucoup s’amuser. À défaut d’écrire l’Histoire en Italie, il l’aura réécrite au Brésil.
C’est ainsi : une petite hache abat un grand arbre et un simple stylo efface les grands mensonges.
Passionnant. n ■
Par Gilles Martin-Chauffier

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar