Message de l'étudiant immolé devant le CROUS à Lyon 2

Son identité n'était pas révélée(1). Un étudiant de Lyon 2, âgé de 22 ans et originaire de Saint-Étienne, a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu, ce vendredi 8 novembre 2019 vers 14h50, devant le 367, rue Garibaldi dans le 7e arrondissement de Lyon.

Juste avant de s’asperger d’essence devant le bâtiment du CROUS (Centre régional des œuvres universitaires et scolaires), il a publié un long message sur Facebook, dans lequel il évoque ses difficultés financières et se revendique de la lutte contre le fascisme et le libéralisme.

Message publié sur Facebook par l'étudiant :

Message de l'étudiant immolé devant le CROUS de Lyon 2 © Capture d'écran Message de l'étudiant immolé devant le CROUS de Lyon 2 © Capture d'écran

 « Bonjour,

  • Aujourd'hui, je vais commettre l'irréparable, si je vise donc le bâtiment du CROUS à Lyon, ce n'est pas par hasard, je vise un lieu politique du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, et, par extension, le gouvernement.

    Cette année, faisant une troisième l2, je n'avais pas de bourses, et même quand j'en avais, 450 €/mois, est-ce suffisant pour vivre ?
    J'ai eu de la chance d'avoir des personnes formidables autour de moi, ma famille et mon syndicat, mais doit-on continuer à survivre comme nous le faisons aujourd'hui ?
    Et après ces études, combien de temps devrons-nous travailler, cotiser, pour une retraite décente ? Pourrons-nous cotiser avec un chômage de masse ?

    Je reprends donc une revendication de ma fédération de syndicats aujourd'hui, avec le salaire étudiant et, d'une manière plus générale, le salaire à vie, pour qu'on ne perde pas notre vie à la gagner.
    Passons à 32 heures de travail par semaine pour ne plus avoir d'incertitudes vis-à-vis du chômage, qui conduit des centaines de gens comme moi chaque année à ma situation, et qui meurent dans le silence le plus complet.

    Luttons contre la montée du fascisme, qui ne fait que nous diviser et créer... et du libéralisme qui crée des inégalités.
    J'accuse Macron, Hollande, Sarkozy et l'UE de m'avoir tué, en créant de l'incertitude sur l'avenir de tou-te-s. J'accuse aussi Le Pen et les éditorialistes d'avoir créé des peurs plus que secondaires.

    Mon dernier souhait, c'est aussi que mes camarades continuent de lutter pour en finir définitivement avec tout ça.

    Vive le socialisme, vive l'autogestion, vive la sécu.
    Et désolé pour l'épreuve que c'est.
    Au revoir »

(1) Son identité vient de m'être révélée par l'article de David Dufresne, il s'appelle ANAS ! https://blogs.mediapart.fr/david-dufresne/blog/111119/anas-22-ans-simmole-par-le-feu-et-nous-regardons-ailleurs

Scène de crime

Un témoin de la scène qui travaillait sur un chantier s’est précipité avec un extincteur pour éteindre les flammes et des pompiers de passage ont prodigué les premiers secours, avant l’arrivée des équipages alertés par les témoins.

Le jeune homme, originaire de Saint-Étienne, a été transporté dans un état très grave à l’hôpital Édouard-Herriot où il a été admis au Centre de Brûlés de Lyon.

D'après les pompiers il est brûlé à 90 degrés.

Communiqué du syndicat SOLIDAIRES ÉTUDIANTS LYON, où milite le jeune homme :

  • Samedi 9 novembre 2019
    « La précarité détruit nos vies.

    Depuis hier vendredi après-midi, un de nos camarades et ami est entre la vie et la mort, à l’hôpital. En grande précarité financière, privé de bourse, désespéré, il s'est immolé par le feu devant le bâtiment du CROUS de Lyon. Nous n'avons pas suffisamment de mots pour crier notre douleur et notre tristesse. Notre dégoût, aussi, à l'égard de ces institutions qui l'ont poussé à l'irréparable, comme il l'a expliqué dans un message poignant
    .

    Car ce sont bien ces institutions inhumaines, cette précarité, cette violence trop commune que l'État et l'Université exercent contre les étudiant-e-s dans l'indifférence générale qui ont guidé son geste, profondément politique, acte désespéré mais aussi et surtout geste de lutte contre un système fascisant et raciste qui broie. Elles sont à ce titre responsables et coupables. »

Communiqué de presse suite à l'immolation d'un étudiant © Front syndical de Classe Communiqué de presse suite à l'immolation d'un étudiant © Front syndical de Classe

Appel à rassemblements devant les CROUS mardi 12 novembre à 10h

RAPPEL : 11 agents de l’Education nationale se sont suicidés depuis la rentrée de septembre

voir l’article Les syndicats ont réclamé des mesures d’urgence aujourd’hui lors d’une réunion extraordinaire du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail).

- Rappelons-nous aussi les suicides à France Telecom, à la Poste, à la SNCF, dans les services hospitaliers, même des policiers se sentent « abandonnés » et se suicident alors que pourtant le régime a bien besoin d’eux pour se maintenir par la force.

La précarité, la pression permanente, la tendance à l’extrême-droitisation, la libéralisation, la perte de sens, la violence du travail, les atteintes à la santé, les privatisations, la brutalité des plans de "réformes" et des hiérarchies ne sont pas juste un hasard, un dysfonctionnement, c’est une stratégie ferme voulue et planifiée par les autorités et le capitalisme.

Des améliorations réelles ne viendront pas de quelques réformes, non-reculs et projets bloqués/reportés. Notre survie impose de lutter collectivement pour un changement radical de système. Ce mode de production, cette civilisation industrielle sont fondamentalement néfastes, les repeindre en vert où limiter certaines conséquences ne changera rien.
A l’image des gilets jaunes et d’autres, nous devons à présent lutter ensemble au lieu de subir, de juste protester et manifester, de nous suicider ou de subir des burn out.
Ne faisons pas plaisir aux tyrans et autres capitalistes, ne nous suicidons pas, ne sombrons pas dans l’apathie et la résignation, (re)levons-nous !
Peut-être que les étudiants vont se mettre eux aussi en grève illimitée à partir du 5 décembre, voir avant ?

Que ce soit pour les questions sociales, écologiques, pour la liberté d’expression, pour lutter contre les ghettos et la répression policière généralisée, seule l’autodéfense populaire, le déploiement partout d’une résistance multiforme organisée et offensive peuvent renverser la vapeur et permettre de sortir de la résignation et de la peur.
L’autodéfense populaire, la résistance collective, sont nos armes contre la guerre que mènent les puissants et le capitalisme.

#REVOLUTIONEVERYWHERE

(Et toujours, toujours, toujours le concert assourdissant des dépêches tragico-comiques et leurs porte-voix médiatiques destinées à minimiser la portée politique de « l'événement » (sic !), disculper les administrations et isoler la victime tout en en maintenant le cap de leurs directives criminogènes auprès de leurs personnels).

  • La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, s'est rendue à Lyon ce samedi. Pour rencontrer la présidente de l'université et des équipes du CROUS. L'université Lyon 2 indique qu'une cellule d'écoute sera mise en place mardi à 14h au campus Porte des Alpes, à Bron.
  • Le jeune homme, 22 ans, était membre du syndicat étudiant "Solidaires étudiants Lyon". Le syndicat va appeler à des rassemblements dans toute la France devant les CROUS le mardi 12 novembre. À Lyon, un rassemblement est d'ores et déjà prévu mardi à 10h devant le siège du CROUS de l'académie de Lyon, rue de la Madeleine, là où le jeune homme s'est immolé vendredi après-midi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.