L'occupation continue pour les 30 Sans-Pap’ inaugurant le nouveau siège du Monde !

Accord signé jeudi 27 février pour les grévistes sans-papiers occupant le chantier #EIFFAGE du futur siège du groupe Le Monde. Une belle journée de lutte. Mais au lendemain, à peine quelques cas isolés avaient obtenu satisfaction. La grève avec occupation sur le chantier du futur siège du Monde continue donc ! Besoin de soutiens sur place !

http://www.cnt-so.org/Les-travailleurs-sans-papiers?fbclid=IwAR3WZoSqayHJhXW1xNxYwXDpzEjsMqfCc65-4PgCfaOfuMFCdZ-RoUDsa9Q

Faute pour l’entreprise GOLDEN CLEAN d’avoir respecté les clauses du protocole d’accord signé dans la soirée du jeudi 27 février 2020, les travailleurs sans papiers maintiennent tout le week-end l’occupation du chantier du futur siège du groupe Le Monde.

La société s’était en effet engagée à remettre des bulletins de salaire à ses salariés le 28 à midi, en contrepartie les salariés devaient ensuite lever l’occupation. Dans les faits, la société GOLDEN CLEAN a été incapable de fournir ces documents ! Saisie de cette situation, la direction du Monde a de nouveau fait pression sur son prestataire, sans aucun effet.

Les grévistes en assemblée générale ont donc décidé de maintenir l’occupation jusqu’à lundi 14h date d’une prochaine rencontre entre les différends protagonistes.

La CNT-SO dénonce une nouvelle fois les pratiques de cette société qui se rend coupable de travail dissimulé et appelle à renforcer le soutien
auprès des grévistes pour obtenir le respect de leurs droits sociaux et leur régularisation
.

Piquet de grève au 67 av P. Mendes France, Paris 13, gare d’Austerlitz

JPEG - 1.6 Mo

Communiqué du 28/02

Inauguration réussie du nouveau siège du journal Le Monde pour les travailleurs sans-papiers !

Les travailleurs sans-papiers, sous-traités d’EIFFAGE, qui occupaient, depuis tôt le 27 février, le chantier du nouveau siège du journal Le Monde, ont obtenu gain de cause. Après une journée de mobilisation et 5 h de négociation, un accord a été conclu dans la soirée, en présence de la direction du groupe Le Monde entre les différentes parties (CICAD, bureau d’étude sans relation juridique avec EIFFAGE, GOLDEN CLEAN et le syndicat CNT-SO du nettoyage).

Approuvé par les grévistes l’accord prévoit : la remise dès le 28 février des bulletins de salaire des 17 travailleurs affectés sur le site du journal, la régularisation des salaires pour respecter la convention collective des entreprises de propreté ainsi que la réintégration sur le site de tout les salariés. La société GOLDEN CLEAN s’engage à la remise des CERFA et les accompagner dans leurs démarches de régularisation auprès des Préfectures.
Il est par ailleurs convenu que cet accord sera applicable à tout les salariés des différents site de GOLDEN CLEAN notamment à la vingtaine de grévistes affecté au site de Saint-Denis. Les signataires se sont donné jusqu’au 20 mars pour se rencontrer et régler les situations des salariés de ces dernier site.

Cette victoire, sous réserve du respect de ces premiers engagements par GOLDEN CLEAN permet aux grévistes de lever l’occupation dès aujourd’hui.
Les grévistes et la CNT-SO remercient chaleureusement les nombreux soutiens reçus : élu.e.s du CSE du groupe Le Monde, Gilets Noirs, militants syndicaux CGT et SUD étudiants...

Après cette victoire, la lutte continue, la CNT-SO s’inscrit dans un combat global pour la dignité et l’émancipation ouvrière. Le patronat pratique le « dumping social » à grande échelle en exploitant les travailleurs.euses sans-papiers, revendiquons la régularisation et l’égalité des droits !

Seule la lutte paie !

JPEG - 535.1 ko

Communiqué initial du 27/02


La trentaine de salariés qui travaille pour la société EIFFAGE et ses sous-traitants CICAD et GOLDEN CLEAN occupe, avec leur syndicat, la CNT-Solidarité ouvrière, depuis le jeudi 27 février le chantier du nouveau siège du journal Le Monde, 67 avenue Pierre Mendès-France (Paris 13e).

Ils travaillent sans contrat ni bulletins de salaires, certains sont payés 40€ par nuit et 5€ pour les heures supplémentaires. Tous exigent :

- la fin de la sous-traitance et leur embauche directement par la société EIFFAGE ;
- le paiement de toutes les heures travaillées aux taux horaires en vigueur ;
- la remise de leurs bulletins de salaire ;
- le respect du Code du travail, des normes de sécurité et des conventions collectives ;
- la remise des documents pour permettre leur régularisation.

Le journal Le Monde qui a confié la réalisation de son nouveau siège à des « patrons voyous » doit aujourd’hui faire pression pour que le groupe EIFFAGE régularise la situation de tous ces travailleurs.

 

Depuis 6h du matin jeudi 27 février, une trentaine de salariés travaillant pour la société EIFFAGE et ses sous-traitants CICAD et GOLDEN CLEAN, occupaient, avec leur syndicat, la CNT-Solidarité ouvrière, le chantier du futur siège du journal Le Monde.

Ils travaillent sans contrat ni bulletins de salaires, certains sont payés 40€ par nuit et 5€ en heures supplémentaires.

Les salariés sans-papiers occupent toujours leur chantier en ce deuxième soir, vendredi 28 février.

L'occupation du futur siège du journal Le Monde perdure contre la sous-traitance et leurs conditions de travail scandaleuses (paiement en liquide, salariés sous-payés, etc.).

*** Occupation toujours en cours au 67 avenue Pierre Mendes-France Paris 13e (juste à côté de la gare d'Austerlitz)***

La peau de chagrin  :

  • Seuls 5 bulletins de salaire sur les 17 que l'employeur devait fournir ont été communiqués pour l'instant.
  • Pour Golden clean, la société qui emploie les travailleurs sans-papiers en grève, les autres travailleurs n'existent pas.

Donc le blocage continue tout le week-end. Prochaine réunion lundi à 14 h avec les différents protagonistes.

Faites tourner et venez nombreux/ses. Besoin de couverture, à manger et boisson chaudes,  et surtout de votre présence !

http://www.cnt-so.org/Les-travailleurs-sans-papiers

Les 30 salariés sous-traités balançaient leurs singes, LE MONDE et EIFFAGE MÉTAL : après une journée d'occupation et cinq heures de négociations, ils ont obtenu gain de cause.

Ils sont trente, tous exigent pour chacun :

- la fin de la sous-traitance et leur embauche directement par la société EIFFAGE ;
- le paiement de toutes les heures travaillées aux taux horaires en vigueur ;
- la remise de leurs bulletins de salaire ;
- le respect du Code du travail, des normes de sécurité et des conventions collectives ;
- la remise des documents pour permettre leur régularisation.

Le journal Le Monde qui avait confié la réalisation de son nouveau siège à des « patrons voyous » a dû faire pression durant toute la journée d'hier pour que le groupe Eiffage régularise enfin la situation de tous ces travailleurs.

SUR PLACE !
67 avenue Pierre Mendès-France (Paris 13e)
futur siège du quotidien Le Monde

victoire-eiffage

Approuvé par les grévistes, l'accord prévoit :

– la remise dès ce 28 février des bulletins de salaire des 17 travailleurs affectés sur le site du journal ;

– la régularisation des salaires pour respecter la convention collective des entreprises de propreté ainsi que la réintégration sur le site de tous les salariés ;

– la société GOLDEN CLEAN s'engage à la remise des CERFA et les accompagner dans leurs démarches de régularisation auprès des préfectures ;

– Il est par ailleurs convenu que cet accord sera applicable à tous les salariés des différents sites de GOLDEN CLEAN, notamment à la vingtaine de grévistes affectés sur le site de Saint-Denis.

Les signataires se sont donné jusqu'au 20 mars pour se rencontrer et régler les situations des salariés de ces derniers sites.

victorieux-eiffagiens

Contact : Étienne Deschamps Zéro-Six 05 81 32 15

--
CNT - Solidarité Ouvrière
4 rue de la Martinique - 75018 PARIS
Zéro-Neuf 87 53 87 56

eifage

Déclaration :

Jusqu'alors et depuis des mois, plusieurs dizaines de travailleurs sont affectés sur le site du futur siège du quotidien Le Monde pour le compte d’EIFFAGE MÉTAL.

Plusieurs sociétés sous-traitantes font écran entre le donneur d’ordre et ses travailleurs : c’est le cas de CICAD et de GOLDEN CLEAN qui envoient les travailleurs sur le chantier.

  • Les salariés ne sont pas déclarés, ils ne reçoivent aucun bulletin de salaire.
  • Certains d’entre eux ne sont payés que 40 € par nuit !
  • Les heures supplémentaires sont payées 5 € !

EIFFAGE EST RESPONSABLE !

 L’esclavage, ça suffit ! Nous exigeons :

  • la remise de tous les bulletins de salaires ;
  • le paiement de toutes les heures travaillées aux taux horaires conventionnels ;
  • l’embauche de tous les salariés par EIFFAGE MÉTAL et la remise de tous les documents pour déposer un dossier de régularisation.

Union départementale Île de France
4 rue de la Martinique
75018 Paris

Zéro-Neuf 81 53 87 56
www.cnt-so.org
www.fecebook.com/cnt.so

solidarite-ouvriere

Post Scriptum : les chiffres d'affaires 2018 des structures patronales (les « singes ») impliquées dans ce genre de montage financier :

  • La CICAD : chiffre d'affaires de 1 255 000,00 €.
  • GOLDEN CLEAN à  Évry-Courcouronnes : chiffre d'affaires de 171 200,00 €.
    à Villeneuve Saint-Georges : chiffre d'affaires de 279 000,00 €.
  • EIFFAGE MÉTAL : chiffre d'affaires de 254 740 900,00 €.
  • LE MONDE : chiffre d'affaires de 1 278 300,00 €.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.