La métaphore guerrière

On fait la guerre contre un semblable auquel on dénie son humanité. Avec Macron on prétend la faire contre un agent mal identifié qu'on humanise en en faisant un ennemi.

La guerre ce sont toujours les États qui les ont faites au nom de la patrie en envoyant les gens se faire tuer pour lui, et quand on a la chance de s'en être sorti on s'aperçoit qu'on s'est battu pour l'industrie. 

La métaphore guerrière est une insanité. C'est une image de la France dans ce qu'elle a de plus laid. Rappel de toutes les défaites annoncées, prétexte à tous les abus d'autorité, aveu de soumission de l'État au complexe militaro-industriel et financier. 

Surgit la conscience de la gestion prévisionnelle des catastrophes au bénéfice de ce dernier, expert en l'art de les provoquer sous le sceau du secret, depuis Uruk. 

Ne laissons pas la colère étouffer la compassion, la gratitude et la solidarité. Mais prenons garde aussi à ne pas oublier que ce n'est pas la première fois que l'humanité aura été confrontée à la menace de son élimination graduée. C'est son plus ancien mythe. 

Eyquem 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.