Pays sous influence

Gouvernance par ordonnance de l’incurie des pouvoirs face aux pandémies : Dans les départements où le couvre-feu à 18h est entré en vigueur le 10 janvier, le taux d'incidence aurait dû diminuer une semaine après son application... la courbe montre un effet inverse selon Santé publique France.

Ni les politiques ni les commerciaux ni les policiers ni les tribunaux ni les militaires n'ont vocation à faire de la médecine.  Mais, de plus, quand les médecins, les personnels et les chercheurs médicaux eux-mêmes (ou une partie d'entre eux) se laissent déposséder de leurs prérogatives médicales statutaires (prévenir, diagnostiquer, prescrire et soigner nos maladies, coronavirus ou pas, variant anglais ou pas), si les patients ne se mettent pas en colère, c'est qu'alors les propagandes politiques, commerciales, policières, juridiques et militaires se seront imposées massivement face aux (en dépit des) seules réalités d'évidence, puisqu'après tout, toutes ces mesures sont aussi inefficaces qu'au-dessus des lois de l'humanité. Puisqu'avec ça, aucune de ces mesures ne remplit réellement, objectivement, dans les faits, l'objectif affiché. Le déni des réalités porte un nom : c'est une maladie mentale, c'est la folie. Et la folie dirige ici depuis plus d'un an à tous les niveaux tous les peuples de tous les pays. Jusqu'à les dépouiller de la plus petite raison d'être. De la plus petite once de raison raisonnante. Finie la lucidité. La folie s'est universalisée avec force partout, et les armes à la main s'il le faut.

« VAE SANUS »
Malheur aux êtres sains !

La santé, non seulement plus personne ne la défend vraiment, mais tout le monde se met à l'attaquer, maintenant. Nous vivons les temps des pires folies humaines. Nous entrons dans l'ère de la folie furieuse, l'INSANOCÈNE !

 

Ce tableau est pourtant significatif de l'incurie de nos pouvoirs à enrayer la pandémie :

Taux d'incidence et couvre-feu © Santé publique France 2021 Taux d'incidence et couvre-feu © Santé publique France 2021

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.