Vous reprendrez bien un peu de progrès technologique ?...

Rien n'est jamais épargné aux populations. Y compris le déni des pouvoirs publics chargés de leur protection. Fatalité acceptée (fatalisme) ? ou bien fatalité infligée (oppression) ?

Une nuit en ville. Rouen, jeudi 29 septembre 2019. Incendie dans une usine “Seveso seuil haut IEO” (usine à 500 m du centre ville – donc “en ville”) le plus dangereux et polluant.

Extrait succinct des résultats.

Panache du nuage de 22 km, retombées, pluies noires, boues, eau, sols, agriculture, villes... jusque dans l'Oise ou le Nord et le Pas de Calais (au-delà de 65 km). Etc.

Gravissime +++

Négation de la préfecture (qui prétend que ce ne serait pas toxique !!!!) 

Horreur patente tangible au quotidien sur place. 

Population ni évacuée ni confinée. 

Écoles fermées... seulement jusqu'à lundi !

PPI (plan particulier d'intervention) déclenché à 500 mètres seulement ! Et levé 24 h après !!!

Scandale majeur à tous les niveaux.

site Lubrizol à Rouen, prise jeudi 29 septembre 2019 à 5h28 par une riveraine © Edwina Patin (document Radio France) site Lubrizol à Rouen, prise jeudi 29 septembre 2019 à 5h28 par une riveraine © Edwina Patin (document Radio France)

Preuve est une fois de plus que nos États n'ont pas vocation à protéger leurs populations. Une fois de plus, après les expérimentations atomiques, après les extractions de charbon, de fer, de pétrole, de gaz, d'uranium, de coltan, après les répressions d'opposants, après la pollution des eaux de toutes nos rivières, de nos mers, de nos terres, de notre air... ils nient et abandonnent les populations à leur sort.

Vous avez aimé les scandales de Seveso Milan 1976, de l'amiante, du sang contaminé, de la vache folle, des vaccins avec aluminium, des compteurs communicants, des pétroliers échoués sur nos plages, de Total AZF à Toulouse 2001 ?... vous avez aimé l'indifférence des autorités ? vous adorerez emboîter le pas aujourd'hui des plus grands dénis de l'histoire humaine, quelques célèbres pour mémoire : Fukushima 2011, Tchernobyl 1986, Hiroshima et Nagasaki 1945.

Leurs intérêts d'État sont ailleurs et nous les laissons tuer nos enfants (et nos illusions de société vivable). Ce sont des ogres, et nous leurs sacrifions le monde. Tant pis pour nous ?... Tous ?... Vraiment ?... J'enrage de la passivité larmoyante de mes contemporain.e.s au moins autant que du cynisme des dirigeants et des possédants.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.