Adresse aux maires : STOP INDIGNITÉ – Accès aux droits à tou.te.s dans nos villes

Eau coupée, tentes lacérées, personnes frappées, affaires personnelles jetées, impossibilité de se soigner, allocations supprimées, etc., etc., etc. Pour la protection des personnes à la rue et des aidant.e.s COVID-19 : STOP À L'INDIGNITÉ ! NOS ÉLU.E.S DOIVENT RÉAGIR ET AGIR !!!...

Solidarité migrants WilsonL' Assiette MigranteCollectif Audonien Solidarité Migrants (CASM)DAL - Droit Au LogementLa gamelle de JaurèsLes Midis du MieParis d'ExilP'tits Dej's Solidaires

(Vous pouvez rédiger votre propre interpellation à vos élus et candidats en piochant dans le texte complet qui est dans le post : Nous sommes les maillons d'une grande chaîne humaine, et chaque geste compte ! les Mails d'élu.e.s figurent en fin de ce post)

de Solidarité migrants Wilson
15 h

à #AnneHilago #LaurentRussier #MeriemDerkaoui #WilliamDelannoy, nous demandons des engagements fermes

mairie-a-la-porte

Hier, avec d'autres collectifs et associations de terrain, nous avons envoyé à nos maires des demandes très précises pour faire cesser l'indignité en bas de chez nous. Pour chaque proposition nous leur demandons s'ils souhaitent s'engager ou pas.

INTERPELLATION DES COMMUNES (TEXTE INTÉGRAL)
STOP À L'INDIGNITÉ !
Nos villes doivent être des sanctuaires POUR TOUTES ET POUR TOUS,
– pas seulement pour les populations déjà protégées –

Les communes doivent protéger concrètement les personnes à la rue et les exilé.e .s
La situation des personnes à la rue, loin d'être facilitée en cette période de pandémie, se trouve bien au contraire toujours plus aggravée. D'un bout à l'autre de l'Europe, des politiques visant les personnes migrantes ont déjà fait des dizaines de milliers, des centaines de milliers de morts.

S'il est nécessaire et légitime de continuer à dénoncer et interpeller avec force les États auteurs de ces politiques de la honte, l'urgence et la décence nous imposent d'agir maintenant, à notre échelle, dans nos villes !
C'est pourquoi à Paris, comme d'un bout à l'autre du continent, des millions de citoyen.ne.s résistent et agissent.
C'est pourquoi nous demandons également aux élu.e.s, aux maires de Paris et de la région parisienne de :

  • Ne plus tolérer qu'on maltraite, frappe, gaze, humilie des enfants ou des adultes, encore moins que cela devienne une sorte de norme dans nos rues ! Les élu.e.s doivent parler haut et fort pour dénoncer ces violences devenues quasi quotidiens à Paris, Saint-Denis, Aubervilliers Saint-Ouen…
  • Ne plus permettre le déplacement incessant des personnes, nuit et jour, jour et nuit. Cette politique absurde, qui mobilise des dizaines de milliers de policiers aux frais du contribuable, épuise psychiquement et physiquement les personnes à la rue et rend inopérante toute forme d'aide comme toute mesure de santé publique.
  • Ne plus accepter de participer à la destruction de matériel vital, notamment tentes et couvertures jetées par centaines de milliers ces quatre dernières années, et inlassablement rachetées par les particuliers et les associations !
  • Ne plus couper l'eau, notamment en période de canicule ou d'épidémie. S'assurer que l'accès à l'eau, droit humain inaliénable, est effectif pour les populations à la rue.
  • Protéger les mineur.e.s en attente de reconnaissance de leur minorité. Les enfants ne doivent plus être à la rue soumis aux violences et aux trafics.
  • S'assurer du ramassage des ordures afin que personne ne doive vivre au milieu d'immondices. Donner aux populations les moyens d'assurer la propreté sur leurs lieux de survie (sacs poubelle, balais).
  • Protéger les personnes à la rue et les aidant.e.s du Covid 19, notamment par l'accès au gel et aux masques de protection.

Après plus d'un mois de confinement, il est temps de prendre la mesure de la situation et...

  • ... D'user du pouvoir de réquisition des communes pour la mise à l'abri des personnes, avec une priorité pour les handicapé-e-s, les femmes et les mineur.e.s. Toutes les chambres d'hôtels sont actuellement vides.
  • ... Rouvrir immédiatement toutes les sanisettes dans les quartiers parisiens. L'entreprise multimilliardaire JC Decaux a un marché public et doit l'honorer. Il en va de la dignité des personnes et de la santé publique.
  • ... Renoncer à la pose systématique et coûteuse de « mobilier urbain anti SDF ».

Nous vous demandons par ailleurs de mettre tout en œuvre pour la mise en place de mesures dignes (et moins coûteuses) pour l'accès aux soins et aux droits de tou.te.s. Nous tenons toujours à votre disposition le listing des mesures urgentes fourni lors de notre Demande Solennelle de protection à Mme Hidalgo.

Face à ces situations extrêmes, nous vous demandons d'agir avec force morale et fermeté. Dans l'attente de votre retour précis sur les propositions concrètes que nous vous soumettons, nous vous remercions de nous indiquer les mesures pour lesquelles vous pouvez vous engager et celles pour lesquelles vous ne le souhaitez pas.

à PARIS : Anne.hidalgo@paris.fr
Dominique.versini@paris.fr et maires d'arrondisemn

à SAINT DENIS : Laurent.Russier@ville-saint-denis.fr
jaklin.pavilla@ville-saint-denis.fr

à AUBERVILLIERS : meriem.derkaoui@mairie-aubervilliers.fr
Anthony.daguet@mairie-aubervilliers.fr
sophie.vally@mairie-aubervilliers-fr

à SAINT OUEN : wdelannoy@mairie-saint-ouen.f
mventurini@mairie-saint-ouen.fr
jacqueline.rouillon@ville-gennevilliers.fr

#Paris #SaintDenis #Pantin #Aubervilliers #SaintOuen #Pantin

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.