Raffinerie de la Mède : Une reconversion controversée

Total veut convertir sa raffinerie de la Mède près de Marseille en bioraffinerie. Tout d’abord, il était prévu de collecter des huiles usagées mais ce n’était pas suffisant. Total prévoit donc d’importer 500 000 tonnes d’huile de palme. Je vais reprendre l’article d’une bloggeuse qui explique très bien ce scandale et je vous invite à signer la pétition qu'elle propose.

Total veut convertir sa raffinerie de la Mède près de Marseille en bioraffinerie. Tout d’abord, il était prévu de collecter des huiles usagées mais ce n’était pas suffisant. Total prévoit donc d’importer 500 000 tonnes d’huile de palme. Je vais reprendre l’article d’une blogueuse qui explique très bien ce scandale et je vous invite à signer la pétition qu'elle propose.
Blog huile de palme biocarburants
Tout d’abord, il faut vous expliquer que Total compte produire 500.000 tonnes par an de biodiesel HVO. L’ONG Les Amis de la Terre a fait les comptes : Total utilisera 650.000 tonnes d’huiles, dont 100.000 tonnes d’huiles usagées, 100.000 tonnes de dérivés d’huile de palme et 450.000 tonnes d’huiles végétales surtout d’huile de palme brute, ce qui doublera la consommation française d’huile de palme. Les conséquences sont nombreuses: aggravation de la déforestation, source de gaz à effet de serre, appauvrissement des populations locales, esclavage des travailleurs, des enfants et surtout chantage à l’emploi. Total menace de licencier des travailleurs si elle n'a pas l'autorisation d'importer de l'huile de palme.
Les 100000 tonnes d'huiles usagées suffisent pour respecter les directives de l'Union Européenne concernant les biocarburants (limitation à 7%).
Le groupe Suez, partenaire du projet de reconversion, a décidé de collecter ces huiles usagées.
Suez partenariat avec Total
Pour les salariés restants il faut convertir la raffinerie. Le même scénario s'était produit quand la raffinerie de Dunkerque avait fermé en 2009. Il serait temps de ne pas faire les mêmes erreurs et d'allier préservation de l'environnement et création d'emplois.A Dunkerque, les salariés avec les membres de la CGT avaient porté un projet de transformation de l'eau en hydrogène mais ce projet n'a pas été pris en compte.
Fabriquer des emplois en France sans pétrole
L'idée était de profiter des éoliennes pour produire de l'électricité, la stocker dans de l'eau et produire de l'hydrogène par électrolyse qu'on peut stocker facilement. Une autre idée était qu'en attendant que les stations et voitures à l'hydrogène se développent de mélanger hydrogène et co2 sortant des installations afin d'en faire du méthane et de le réinjecter dans le réseau de gaz naturel de ville ou le stocker. Un moyen propre de sauvegarder les emplois en investissant assez peu car il y a tout ce qu'il faut dans les équipements. A la raffinerie de la Mède il y a une ferme photovoltaïque, autant utiliser son électricité. Je vous ai donc présenté un scénario de reconversion. Il n'a pas été fait à Dunkerque, la raffinerie a été convertie en un centre de stockage de produits pétroliers, de pétrochimie et de formation aux métiers du raffinage. Ce n'est pas le moment de suivre cet exemple pour assurer une transition énergétique. Il serait préférable de suivre celui de l'hydrogène.
Voici un article qui explique la reconversion de la raffinerie de Dunkerque: Dunkerque: la vie après la raffinerie
Il faut que l’État s'en mêle, quitte à nationaliser totalement pour qu'il y ait une production de biocarburants seulement à partir d'huiles usagées et d'hydrogène et de méthane. De plus, Total ne paye pas d'impôts en France, si l’État nationalise ces raffineries, il ne perdra pas d'avantage d'argents qu'il n'en perd déjà.
Mais pour qu'il s'en mêle, il faut se mobiliser en signant la pétition.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.