leo le calvez
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

5 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2017

Dette publique : un mensonge public ?

Cela fait des années qu’on nous le répète, il y a des efforts à faire sur l’argent public, on ne résoudra rien, soi-disant. Mais au final s’il n’y avait pas de dettes qu’est-ce qui se passerait ?

leo le calvez
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Cela fait des années qu’on nous le répète, il y a des efforts à faire sur l’argent public, on ne résoudra rien, soi-disant. Mais au final s’il n’y avait pas de dettes qu’est-ce qui se passerait ?
Eh bien si les Etats ne s’endettaient pas il n’y aurait pas d’économie, vous imaginez un Etat épargner en attendant de dépenser publiquement ?
L’Etat a un rôle crucial, il permet d’aider à la création d’emplois, de nationaliser éventuellement s’il y a une perte d’emplois et une mauvaise gestion…en clair, ses compétences sont grandes.
Mais voilà, auparavant, les états empruntaient près des banques centrales et la dette s’effaçait progressivement, puis il y a eu une loi Pompidou en 1973 qui a interdit à l’Etat d’emprunter aux banques centrales. L’article 123 du traité de Lisbonne stipule que les Etats doivent faire appel aux banques privées qui sont elles-mêmes régulées par les banques centrales.
Dommage…car il y a des taux d’intérêts exorbitants qui sont très lucratifs pour les banques.
Donc nous avons des états qui vont dire que s’il y a une crise financière et une dette publique qui s’allonge, c’est parce que l’Etat a mal géré le budget et que le pays n’est pas assez compétitif.
C’est bizarre, on dirait le discours du MEDEF…
De plus, les solutions préconisées sont dignes d’un cercle vicieux.
« Si pour résoudre la dette, il faut prendre un emprunt, pourquoi pas, mais cet emprunt est plus gros et donc avec un taux d’intérêt plus gros et ainsi de suite. » 
Ainsi donc, en guise de solutions, on décide de privatiser l’économie et d’appliquer l’austérité.
Pour quel résultat ? Est-ce la solution?
La solution est de stopper les banques privées et revenir aux banques centrales. On pourrait même aller plus loin dans les solutions. Mais avant d’énumérer les solutions, il reste une question cruciale: Pourquoi les politiques ne s’y attaquent pas sérieusement? Tout simplement parce qu’il y a des choses qu’ils n’aimeraient pas que vous sachiez.
En premier, tous les cadeaux fiscaux qu’ils ont faits aux entreprises qui viennent s’ajouter au montant de la dette, il faudrait qu’ils reconnaissent qu’ils ont joué avec l’argent public. De plus, cela voudrait dire que le modèle actuel n’est plus soutenable.
On nous répète que la dette fait presque 100% du PIB (95% environ), mais il faut savoir que la durée des titres de dette est de 7 ans et 19 jours. Si on prend la valeur totale de la dette (1985 milliards en 2014) et qu’on la divise par 2567 jours, cela fait par an à peine 13% du PIB annuel. De plus, on met la pression à tout le monde en ramenant la nécessité de rembourser à une année. Vous imaginez ? On demande à tout le monde de se serrer la ceinture en appliquant des politiques d’austérité, en comparant un stock pluriannuel à un flux annuel.
On nous dit que le pays n’a pas les épaules pour supporter la dette...Et pourtant la France possède 35000 milliards de patrimoine économique (comprenant logements, immeubles, etc et actifs financiers).
Au final, la dette représente à peu près 5.6% des avoirs du pays.
Il y a beaucoup de pays sur lesquels on devrait prendre exemple et surtout sortir du modèle actuel qui nous répète depuis des années ces trois phrases :
-Il n’y a pas d’alternative au modèle où nous sommes !
-La finance et la technologie finiront par nous sauver !
-C’est l’affaire d’experts, contentez-vous d’être de simples consommateurs et ouvriers.
Sortir mais comment ?
-En imposant un impôt universel (taxer les gens où qu’ils soient et faire payer la différence à ceux hors de France par rapport à ce qu’ils auraient payés en France)
-En augmentant les salaires pour permettre à l’économie de fonctionner et relancer l’économie par la demande.
Ne pas lésiner sur les dépenses publiques surtout ! Je conclus sur un formidable retour sur investissement que pourrait avoir la France si elle réduisait le temps de travail mais pour un même salaire. Si un travailleur travaille moins, il a le temps de faire des achats et de faire marcher l’entreprise. S'il consomme, on aura un retour sur investissement pour l’entreprise qui réduit le temps de travail car cela lui permettra de la faire tourner et d’embaucher. Le deuxième retour sur investissement pour l'Etat concerne la sécurité sociale. Actuellement des gens qui travaillent énormément se déplacent majoritairement en voiture, créant de la pollution de l’air qui coûte extrêmement cher à l’Etat. Ensuite ces personnes ne réparent pas leurs objets, achètent sans cesse des produits neufs, ce qui crée des déchets qui coûtent très cher à traiter. Pour finir, ces personnes achètent des plats préparés car elles n’ont pas le temps de cuisiner et donc sont en surconsommation et parfois en obésité et développent des problèmes de santé qui coûtent cher à l’Etat. Nous voici devant un formidable retour sur investissement qui se fera si l’Etat intervient financièrement auprès des entreprises pour que le premier retour sur investissement ait lieu.

Voici une vidéo qui l'explique avec humour: La Dette

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B