UN NOUVEAU CADEAU DE 800 MILLIONS D’EUROS AUX RICHES

À l’occasion de sa visite clownesque à l’oncle Sam, Macron, président des riches, dans une interview accordée au magazine américain « Forbes », annonce vouloir supprimer l’an prochain un impôt sur les plus-values mobilières qui touche les contribuables français les plus riches partis s’installer à l’étranger.

L’exit tax : « Une grave erreur pour nos start-ups parce que nombre d’entre elles, quand elles considéraient la France moins attractive, décidaient de lancer leurs projets en partant de zéro à l’étranger dans le but d’éviter cet impôt » affirme le Président. Les macronistes surenchérissent en affirmant qu’elle rapporterait moins de 100 millions d’euros par an. Or, un rapport du Conseil des prélèvements obligatoires du mois de janvier 2018, une institution associée à la Cour des comptes, annonce « un rendement de 803 millions d’euros en 2016 » de cette taxe appliquée, sous conditions, aux riches contribuables français partis s’installer à l’étranger. Il est vrai que le président Macron n’est pas à une contre-vérité près. Pour preuve, ses récentes affirmations faites aux infirmières lors de sa visite au CHU de Rouen le 5 avril dernier : « Les budgets sont en hausse, je peux vous le dire les yeux dans les yeux, j'assume ces choix ». Aujourd’hui, la ministre de la santé annonce 960 millions d’euros d’économie sur les hôpitaux.

 

 

Après le somptueux cadeau fiscal de huit milliards d’euros fait cette année aux plus riches par la suppression de l’impôt sur la fortune, compensé par la hausse de la CSG appliquée à neuf millions de retraités, une ponction sur leur pouvoir d’achat de 4,5 milliards d’euros, un nouveau cadeau de 800 millions d’euros va être accordé par le pouvoir à quelques centaines de nantis exilés à l’étranger, et une baisse de 960 millions d’euros pour les hôpitaux. Pour ce qui est de la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune, les informations communiquées par Bercy indiquent que les 100 premiers contribuables de cet impôt devraient bénéficier, chacun, de plus de 1,5 million d'euros de gains par an grâce à la réforme de l'ISF cumulée à l'instauration du prélèvement forfaitaire unique à 30 % sur les revenus du capital. Pour ce président des riches, la solidarité ne peut être qu’une vertu réservée à ceux qui vivent de leur travail.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.