Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

136 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2018

L’indignité d’un journaliste de BFM

Eric Drouet, l’un des porte-parole des « gilets jaunes » fait l’objet d’une enquête de police, après qu’un journaliste de BFM l’ait acculé à dire qu’il voulait entrer à l’Élysée.

Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Le mercredi 5 décembre sur BFM TV, une caricature d’émission intitulée « Gilets jaunes, sortir de la crise », avec deux journalistes « suffisants », et deux ministres « déconnectés », François de Rugy et Marlène Schiappa, font le show. Face à ces quatre élites de la politiques et de la presse, s’expriment, parfois maladroitement, quatre « gilets jaunes ». Au cours de l’émission, l’un des journalistes accule Eric Drouet à déclarer qu’il souhaitait « s’approcher » et « rentrer dans l’Élysée ». Dès le lendemain, il est visé par une enquête pour « provocation à la commission d'un crime ou d'un délit » et « organisation d'une manifestation illicite », à la suite du signalement auprès du parquet par le préfet de police de Paris. Son domicile est perquisitionné, son épouse et lui auditionnés par la police. Mais où est le crime ? A-t-il menacé d’aller chercher le monarque dans son palais ? Non ! Eric Drouet se défend : « J'ai jamais dit que je voulais aller à l'Élysée pour tout casser, mais pour se faire entendre ».

Ce journaliste bien-pensant, ne confond-il pas sa mission d’informer avec celle d’auxiliaire de police ? Cette médiocrité dans l’exercice d’une profession aujourd’hui tant décriée, n’a d’égale que la suffisance de ce personnage, valet d’un média propagandiste au service du pouvoir et de l’idéologie qu’il incarne. Quant au préfet de police, si prompt à réagir à une phrase maladroite, sans aucune allusion agressive, faut-il lui rappeler qu’il a été auteur d’un manquement à la loi en ne pas signalant au parquet l’action violente de Benalla, lors des manifestations du 1er mai à Paris. Ce collaborateur de l’Élysée mis en examen pour « violences en réunion n’ayant pas entraîné d’incapacité temporaire de travail »« immixtion dans l’exercice d’une fonction publique en accomplissant des actes réservés à l’autorité publique »« port et complicité de port prohibé et sans droit d’insignes réglementés par l’autorité publique », « recel de violation du secret professionnel » et « recel de détournement d’images issues d’un système de vidéo protection ». Faut-il considérer le zèle du préfet de police comme une tentative d’intimidation à l’encontre de l’un des initiateurs historiques du mouvement des « gilets jaunes » ?

Depuis le début de la mobilisation des gilets jaunes, BFM s’emploie à servir le pouvoir macroniste, par un matraquage médiatique qui atteint son summum la semaine précédant la manifestation du 8 décembre. N’arrivant pas à discréditer le mouvement, le pouvoir tente de le museler par la peur. BFM, comme les autres chaînes d’information en continu, se livrent à une campagne de diffusion d’images très sélectives de violences contre les forces de police, accompagnées de déclarations menaçantes du ministre de l’Intérieur et de commentaires alarmistes de journalistes et commentateurs. Ministres et politiciens se succèdent sur les écrans de télévision, pour appeler à ne pas aller manifester à Paris. Une stratégie sécuritaire qui se solde par un échec. Les manifestations parisiennes ont rassemblé massivement, et en province la mobilisation n’a pas faibli.

Il est vrai que durant la campagne présidentielle de 2017, ce média s’est distingué par un soutien sans retenue au candidat Macron. Et pour cause, n’est-ce pas Macron, locataire de Bercy, alors ministre de Hollande, qui en 2016 a autorisé Patrick Drahi, homme d’affaires sulfureux, à acheter SFR pour 14 milliards d’euros. Patrick Drahi, troisième fortune de France, propriétaire de SFR, de Libération, de L'Express, de RMC, et de BFM TV. Rappelons que Bernard Mourad, banquier conseil de Patrick Drahi, rejoint le candidat Macron pour organiser son mouvement « En Marche ». Sur la liste de soutien au candidat Macron, nous trouvons Patrick Drahi (patron de SFR, LibérationL'ExpressRMC, BFM TV), Bernard Arnault (1ère fortune de France), Vincent Bolloré (10e fortune de France, patron de Canal+), Pierre Bergé (copropriétaire du groupe Le Monde), Pierre Gattaz (président du MEDEF), Loïc Armand (président de la commission Europe du MEDEF), Claude Perdriel (propriétaire de Challenges), Stéphane Richard (PDG d’Orange). Elle est longue, la liste des patrons de la presse et de l’argent qui ont conduit le président des riches au pouvoir. Qui détient aujourd’hui en France le pouvoir d’informer ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS