Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2022

Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

POUR GOUVERNER ENSEMBLE !

Questions à se poser pour pouvoir gouverner ensemble.

Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qui a mené l’extrême droite aux portes du pouvoir, si non Hollande par la trahison de ses engagements une fois élu en 2012 ? Si non, le Parti socialiste qui a fait élire Macron en 2017 et fourgué ses ministres à la Macronie ? Si non Macron ex-ministre de Hollande, qui après un quinquennat de violences sociales et policières nous joue une fois encore l’hymne à la peur ? Si non Hidalgo, Roussel et Jadot qui ont permis ce second tour mortifère ? Il est trop facile de venir aujourd’hui jouer hypocritement les moralisateurs en appelant à voter Macron. Vouloir donner des leçons de démocratie, alors que Hollande, Macron et les sociaux-démocrates – avec leurs alliés de droite –, serviteurs zélés du patronat et de la finance ont réprimé les mouvements sociaux, voté les pires lois antisociales, appauvri les classes moyennes et populaires, faisant ainsi le lit à l’extrême droite. Vous qui avez magouillé, trahi, gouverné au profit de vos amis oligarques Bolloré, Bouygues, Drahi, Mohn, Lagardère, Dassault, Pinault, et autres McKinsey, vous aussi avez des comptes à rendre au peuple. C’est vous, par votre cupidité, vos ambitions, vos trahisons, par vos idéologies au service de l’ordre établi et de la mondialisation, ou par intérêt de classe, c’est vous qui avez tracé le chemin par lequel le racisme et la haine sont aux portes du pouvoir. Vos appels à l’union sans vous remettre en cause sont indécents, et insultants pour ces 21,95 % d’électeurs qui ont voté Mélenchon. Entendez ces colères qui montent, de ceux qui n’arrivent plus à se nourrir ; de ceux qui n’arrivent plus à se chauffer ; de ceux qui n’arrivent plus à se soigner ; de ceux qui n’arrivent plus à se déplacer ; de ces personnels soignants, enseignants, ouvriers, employés, commerçants, méprisés et mal traités par un monarque président des riches, mais aussi déprisés par une classe politique hautaine, enfermée dans son confort petit bourgeois, proposant au bon peuple de résoudre les problèmes d’environnement en se chauffant moins – alors que beaucoup n’arrivent plus à se chauffer –, ou en achetant une voiture électrique –, alors que nombreux sont ceux qui n’arrivent même plus à acheter du carburant pour faire rouler leur véhicule. Ce décalage entre une classe politique hors sol et une majorité de Français appauvris renforce l’extrême droite. Une extrême droite dopée par la marginalisation de millions de Français, victimes de cette politique antisociale d’un président qui s’était engagé en 2017 à éradiquer les extrêmes, aujourd’hui président candidat caméléon empruntant – entre autres – à Jean-Luc Mélenchon « la planification écologique ». Un président candidat charlatan, promettant de faire demain ce qu’il n’a pas fait durant cinq ans.

Le slogan « tout sauf Macron », s’il exprime le désarroi et la colère de millions de Français trahis et abandonnés par ce candidat des riches, mais aussi par cette droite libérale et cette gauche dite républicaine, il ne peut justifier un vote pour une candidate qui au-delà de l’idéologie sectaire et raciste qu’elle incarne, est une alliée politique des puissances de l’argent. Comment veut-elle financer sa prétendue politique sociale qu’elle promet aux Français, si non par les prélèvements sociaux et les baisses d’impôts au profit du patronat ? Marine Le Pen est la roue de secours du pouvoir de l’argent et de nos oligarques – comme l’a été la sociale démocratie avec Hollande en 2017 –, quand la droite libérale (LR, centristes et aujourd’hui LREM) rejetée par le peuple, n’est plus en mesure de gouverner. Voter Le Pen pour ces femmes et hommes victimes des politiques néolibérales ou ultralibérales menées par Sarkozy, Hollande et Macron est un non-sens.

Si le rassemblement des écologistes, des communistes et de l’Union populaire – avec pour objectif de rompre avec le système productiviste et consumériste cause des inégalités sociales et du désastre écologique –, est indispensable pour gagner les législatives et se préparer à gouverner ensemble et autrement, cette union ne pourra pas faire l’économie d’un débat franc et loyal tirant les leçons du passé. Un accord des appareils pour sauver des élus communistes, socialistes ou écologistes à la dérive, non seulement serait une trahison des électeurs de l’Union populaire qui se sont portés sur Mélenchon au premier tour, mais reléguerait le combat mené depuis plus de dix ans par La France insoumise à un passé de compromission aujourd’hui définitivement rejeté par les Français. C’est autour du programme de l’Union populaire qui a recueilli 7,7 millions de voix que doivent se rassembler les électeurs écologistes, communistes, socialistes, et au-delà tous ceux qui souffrent et qui espèrent de pouvoir vivre dans une société plus équitable, garante de tolérance et de justice sociale dans un environnement d’équilibre entre l’homme et la nature. Qu’un compromis avec le PCF sur l’énergie nucléaire et avec EELV sur sa position pro-atlantiste puisse intervenir est compréhensible, mais pas des concessions qui puissent dénaturer le vote du premier tour, et ouvrent la voie à des trahisons futures. Quant au PS, qui depuis cinq ans fournit ministres et soutiens à la Macronie, il ne lui reste qu’à assumer définitivement ses orientations néolibérales et mondialistes, et à rejoindre LREM. Quelle infamie, que de penser que le dénigrement et les insultes proférées par Hidalgo et Delga à l’égard de Mélenchon et La France insoumise puissent être oubliés le temps d’une union de circonstance.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
Boris Vallaud : « Je ne crois pas aux privilégiés d’en bas »
Soucieux de parler aux « classes populaires laborieuses », le chef de file du groupe socialiste à l’Assemblée nationale estime que leurs intérêts sont conciliables avec la transition écologique. Et met en garde contre la banalisation de l’extrême droite.
par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome