Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

141 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2022

Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

LES MÊMES CAUSES PRODUISENT LES MÊMES EFFETS

« Pétain a aussi été un grand soldat. » (Emmanuel Macron, le 11 novembre 2018)

Léo Mira
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans mon livre « MOI, PRÉSIDENT... L’IMPOSTURE » – publié en janvier 2022 (Librinova) –, j’écris : « Le 11 novembre 2018, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Première Guerre mondiale, le président Macron déclare : « Pétain a aussi été un grand soldat. » Cette tentative du président de la République de réhabiliter Pétain, traduirait-elle la nécessité d’effacer de l’inconscient collectif d’une certaine bourgeoisie, la mauvaise conscience d’un passé où la finance copulait avec les démons du IIIe Reich ? Un passé où l’ennemi pour les milieux d’affaires était les luttes et les conquêtes sociales, obstacles à l’accroissement exponentiel de leurs profits. Peut-être fasciné par une période de notre histoire où les puissances de l’argent tiraient leurs profits d’une économie militarisée, le président de la République cherche-t-il à réhabiliter l’alliance du sabre et de l’argent ? Ou tente-t-il, une fois encore, de créer un écran de fumée pour dissimuler le mécontentement grandissant des Français ? ».

En ce 80e anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv (les 16 et 17 juillet 1942, journées au cours desquelles la police française a arrêté et livré aux nazis allemands plus de treize mille Juifs), la Macronie s’insurge du rappel par Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale de ces déclarations faites en novembre 2018 par le président Macron. Or, l’attitude de la Macronie – flirtant avec les propositions de la FI avant le deuxième tour de la présidentielle pour récupérer les voix de gauche face à la candidate du RN –, et sa posture au second tour des législatives – favorisant l’élection de candidats de l’extrême droite –, donnent aujourd’hui à cette tentative de réhabilitation de Pétain un sens politique qui interpelle. Il ne s’agit pas de comparer Macron à Pétain, mais de mettre en parallèle des contextes politiques et socio-économiques semblables. Les trahisons électorales et les politiques antisociales menées par Hollande et Macron au profit de la mondialisation et des multinationales ont ouvert à l’extrême droite les portes du pouvoir.

Dans « MOI, PRÉSIDENT… L’IMPOSTURE » j’écris : « Dans un contexte économique et social de crise, si le profit des puissances de l’argent l’exigeait, elles financeraient l’extrême droite afin qu’elle accède au pouvoir et applique une politique conforme à leurs intérêts. […] « Plutôt Hitler que le Front populaire » disait le patronat français avant que la deuxième guerre mondiale éclate. Combien furent ces barons français de l’industrie qui contribuèrent à l’armement du Reich, au nom de l’union sacrée scellée entre les grands patrons français et allemands contre le mouvement social de 1936 ? Sous l’occupation, industriels et banquiers français collaboraient activement avec l’Allemagne hitlérienne. Faut-il rappeler que Louis Renault fournissait des camions à Hitler pour ses besoins de guerre ? Faut-il rappeler que la Banque de France avait détourné – de la Belgique vers l’Allemagne – 200 tonnes d’or ? (À lire « Industriels et banquiers français sous l’occupation » de l’historienne Annie Lacroix-Liz). IG Farben, société chimique allemande fondée en janvier 1925, s’allie en novembre 1929 avec les Britanniques ICI et Shell Oil et les Américains Standard Oil et Dupont, pour créer un cartel mondial de la pétrochimie finançant en 1932 la campagne électorale d’Adolf Hitler. IG Farben développera le gaz des chambres de la mort – le Zyklon B – et financera le pouvoir nazi durant la guerre. Franklin Roosevelt déclarait le 8 septembre 1944 : « L’histoire de l’utilisation par les nazis du trust IG Farben se lit comme un roman policier. La défaite de l’armée nazie devra être suivie de l’éradication de ces armes de guerre économique. » […] « C’est dans le contexte de crise économique des années 1930, que ces cartels de la finance internationale, basés à Wall Street et à Londres, contribuent à faire émerger les régimes fascistes en Espagne, en Italie et en Allemagne. Le développement des industries de guerre, avec pour conséquence le conflit armé de 1939-1945, est la conséquence d’une logique économique, celle du capitalisme dont Jaurès disait qu’il « porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage. »

Aujourd’hui, sous couvert de globalisation – comme dans les années qui ont précédé la grande dépression et la guerre –, les multinationales utilisent les mêmes méthodes, appliquent les mêmes mécanismes pour servir les mêmes intérêts, ceux de la grande industrie et de la finance. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, la mondialisation mène à la surexploitation des ressources de la planète, à l’exploitation sans limite du monde du travail et à la précarisation de l’emploi. Elle mène à l’appauvrissement de ceux qui créent les richesses en travaillant plus, pour enrichir toujours plus la minorité de nantis possédant le pouvoir de l’argent. Spéculation financière, déréglementation du travail, chômage, baisse du pouvoir d’achat, misère, exclusion, multiplication des lois liberticides, atteinte aux libertés syndicales, montée des nationalismes et du racisme sont les signes annonciateurs d’une crise latente. Un cycle infernal qui inéluctablement conduit à des krachs financiers, à la crise économique, puis à la guerre. Une crise conditionnée idéologiquement par la restriction de la liberté d’expression et du droit à l’information, de par le contrôle sans précédent de la presse par les grands patrons de l’industrie et de la finance (BFM et France info porte-parole du pouvoir, CNews porte-voix de l’extrême droite avec la présence régulière sur leur plateau d’un syndicaliste raciste de la police, LCI organe de propagande de guerre au service de Zelensky.) Dans ce contexte de crise du capitalisme où les conflits d’intérêts opposent les nations, l’Europe – sous la tutelle de l’OTAN – joue le rôle de chien de garde des intérêts américains. Les gouvernances médiocres de Sarkozy, Hollande et aujourd’hui Macron ont affaibli la France. Macron s’inspire du modèle américain jusqu’à parodier les présidents US (main droite portée au cœur et yeux fermés quand retentit l’hymne national). Sur France culture, Régis Debray définit le président français comme « le produit de l’américanité […] c’est le primat de la personne sur le programme, du médiatique sur l’idéologie. » Cette vision d’un monde déshumanisé, et cet attachement au modèle outre-Atlantique – où l’argent est roi et les algorithmes au service du profit – sont inscrits dans l’ADN de la Macronie.

La Macronie, expression politique de l’oligarchie financière, s’accommode au gré de ses exigences de l’ascension de l’extrême droite vers le pouvoir. Comme elle s’accommode des sacrifices humains des Ukrainiens et des conséquences économiques et sociales subies par les peuples européens engendrés par la guerre en Ukraine. Un conflit armé dicté par les intérêts supranationaux de la finance et des marchés sous la houlette des États-Unis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Gérald Darmanin fanfaronne mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza