LES TRIBULATIONS DE LA MACRONIE

De Meyer Habib, joaillier directeur général du groupe Vendôme à Paris et député UDI, à Castaner ministre de l’Intérieur, la vulgarité brille au firmament de la macronie.

Sur France Inter, l’ex-socialiste Castaner, aujourd’hui ministre de l’Intérieur de Macron, s’abandonne au plaisir de tacler Olivier Faure patron du PS sur sa vie privée : « J’ai été surpris d'entendre à votre micro, Olivier Faure, que je connais bien et que j'ai accompagné dans ses divorces, dans ses séparations. J'ai été étonné de ses leçons de morale. » Il est vrai que ce personnage si peu cultivé, coutumier des déclarations à l’emporte-pièce et adepte de la matraque et du flash-ball, vient de rajouter de la vulgarité à l’obscénité de l’affaire Griveaux. Sur France Inter, Olivier Faure ne faisait que constater la « légèreté incroyable » de l’ex-ministre, candidat à la mairie de Paris : « Il faut condamner fermement la diffusion de ces images qui n'avaient pas vocation à être publiques (...) mais qu'un ministre puisse faire ce genre d'envois, c'est d'une légèreté incroyable ».

Sur les bancs de l’Assemblée National, c’est un autre macroniste qui brille par sa vulgarité en traitant de « petites connes » les députées de la France insoumise. Meyer Habib, patron du groupe joaillier Vendôme est élu en 2013 député de la 8e circonscription des français à l’étranger avec le soutien officiel de Benyamin Netanyahou, Premier ministre israélien. Soutien de Fillon en 2016 au second tour de la primaire de la droite, il se représente aux législatives de 2017 avec l’étiquette de candidat de « la cause sioniste » et des « valeurs de la Torah », soutenu par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou et par Itshak Yossef, grand rabbin séfarade d’Israël. (En 2016, d’après des documents provenant du bureau du Premier ministre israélien, Meyer Habib aurait financé plusieurs voyages à l'étranger de Benayamin Netanyahou dans les années 2000). Ce député des français à l’étranger, qui considère Israël comme « l’État le plus moral et le plus humaniste au monde » (une insulte à la mémoire des centaines de palestiniens massacrés à Sabra et Chatila en 1982), farouche opposant à la création d’un État palestinien et militant pour un « Jérusalem, capitale indivisible de l’État d’Israël », s’illustre en 2015 dans un incident transcrit sur la main courante du commissariat du 19e arrondissement de Paris, par le policier à qui il faisait pression afin qu’il lève la garde à vue de deux individus appartenant à la communauté juive de l’arrondissement, interpellés dans la soirée après une bagarre dans le quartier faisant deux victimes de confession musulmane. Témoignage du policier : « Il finissait par chercher à obtenir ma clémence en vue d’obtenir une levée de garde à vue immédiate des deux protagonistes, car arguant selon lui qu’ils bénéficiaient de garanties de représentation et qu’ils ne pouvaient faire l’objet d’une telle mesure en cette période de jeûne de Tisha Beav ».

L'affaire Griveaux continue à intéresser la justice, puisque l’étudiante française Alexandra de Taddeo a déclaré aux enquêteurs que d’autres vidéos que celles diffusées par le réfugié politique russe Piotr Pavlenski ont été échangées avec Benjamin Griveaux. Après cet épisode « pornopolitique » agrémenté par l’indécence et la vulgarité d’un député et d’un ministre dépourvus de bienséance ; après toutes ces affaires politico-financières qui jalonnent la mandature macroniste ; après la politique violente et répressive d’un président arrogant et autoritaire ; après toutes les fourberies et impostures d’un pouvoir au service des plus puissants et des plus riches, quelles surprises nous réserve encore la macronie dans ses déambulations vers son « nouveau monde ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.