DELANOE ET LA FALSIFICATION DE L’HISTOIRE

Macron, l’homme de paille de la finance, sur TF1 ce jeudi, accuse le parti de Marine Le Pen d’avoir organisé l’attentat contre le général De Gaulle. Or, cet attentat avait été perpétré par l’OAS le 22 août 1962. Le Front national n’a été fondé qu’en 1972, soit dix ans après. À son tour, interviewé sur RTL, Delanoë falsifie l’histoire.

En déclarant :« Dans les années 30 en Allemagne, l'extrême gauche n'a pas voulu choisir entre les sociaux-démocrates et les nazis. » l’ancien maire de Paris ment et prend certaines libertés avec l’histoire. Tout d’abord monsieur Delanoë, je me dois de contredire votre mauvaise foi. La France insoumise n’est pas l’extrême gauche. Cette vérité rétablie, il convient de rappeler qu’en janvier 1933, le président allemand Hindenburg nommait Premier ministre Adolf Hitler, chef du parti nazi. Le Parti socialiste allemand avait refusé alors de proposer un candidat commun avec le Parti communiste allemand, et soutenait Hindenburg sous le mot d’ordre : « Battez Hitler, votez Hindenburg ». Le parti communiste allemand lui menait campagne sous le mot d’ordre : « Voter Hindenburg, c’est voter Hitler. Voter Hitler, c’est voter pour la guerre ». Et 9 ans après la guerre éclatait. Ainsi, le Parti socialiste allemand avait soutenu Hindenburg, et donc contribué à la montée du fascisme en Allemagne et à l’accession d’Hitler au pouvoir. Aussi, un peu de décence monsieur Delanoë, quand vous prenez l’histoire à témoin pour faire du chantage à Jean-Luc Mélenchon.

Piètre campagne que celle du candidat illusionniste et de ses partisans, qui n’ont d’argument à opposer à la candidate du Front national, que la falsification de l’histoire. Si le Front national est aujourd’hui aux portes du pouvoir, c’est parce que les amis de monsieur Delanoë : Hollande, Valls, Macron, de par leurs trahisons, et la politique antisociale menée durant ce quinquennat, lui ont ouvert la voie. Si ce deuxième tour de la présidentielle offre aux électeurs deux candidats indésirables, c’est parce que le Parti socialiste et son candidat Hamon, ont eu pour objectif d’affaiblir la France insoumise et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon. Aussi, assumez messieurs les socialistes et politiciens si peu vertueux, vos trahisons et vos turpitudes. Mais de grâce, laissez les électeurs voter selon leur conscience. Les électeurs de gauche n’ont nul besoin de vos conseils hypocrites, encore moins de votre chantage à la peur pour être résolument antifascistes. L’histoire, hélas, témoigne de vos trahisons et des conséquences néfastes qu’elles ont eu, pour le malheur des peuples.

Les électeurs de la France insoumise voteront selon leur conscience, sans avoir à obéir à des chefs qui leur dicteraient ce qui est bien ou ce qui est mal. La démocratie c’est aussi cela : considérer les électeurs comme des femmes et des hommes conscients et intelligents, capables de juger une situation et de se déterminer en toute liberté. Les insoumis ne sont ni des sbires, ni des moutons. Ils savent que, quel que soit le résultat du deuxième tour, unis, ils devront lutter pour défendre la démocratie, et imposer les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Aussi, sachez messieurs les donneurs de leçons que la république ne vous appartient pas, vous qui l’avez parfois trahie et salie. La république est le bien commun du peuple, et lui sait, que vos discours moralisateurs et vos combines politiciennes n’ont qu’une finalité : préserver vos privilèges de notables et d’apparatchiks de parti, afin de continuer à servir les intérêts des pouvoirs de l’argent. Aussi, dans ce contexte, l’abstention, pour ne cautionner ni l’un, ni l’autre de ces deux candidats indésirables, peut aussi signifier le refus d’avoir à choisir entre la peste et le choléra.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.