LéouPoldine
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juil. 2021

Volare, cantare

« Nous sommes les canaris dans la mine de charbon ». C’est par cette citation d’un habitant de Lytton (Canada) que Marie-Adélaïde Scigacz commence son bel article sur les inondations en Europe. Ça fait beaucoup de canaris et on continue de piaffer pour avoir des lendemains qui chantent parce qu’on n’aura pas trop le choix, de donner de la voix.

LéouPoldine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La journaliste se sert de cette image de l’oiseau détecteur (malgré lui) du grisou dans les mines pour poser un constat poétique, suite aux morts de la canicule au Canada, de la famine à Madagascar ou des inondations en Allemagne (liste non exhaustive…) qui font passer le réchauffement climatique de « menace pour les générations futures » à danger imminent : « ça commence à faire beaucoup de canaris. »

Ça fait beaucoup de canaris et on continue de piaffer pour avoir des lendemains qui chantent parce qu’on n’aura pas trop le choix, de donner de la voix. Non pas en mode warrior eurovision full électricité, néons et gros amplis, non non, juste des a cappella soul dans des champs de coton bio, ou de patates picardes, ou du gospel à la bougie en équeutant des haricots verts. Faut juste trouver des gens pour chanter avec nous, se rassembler dans les salles communes, commencer à apprendre quelques paroles, pour se motiver.

Ça fait beaucoup de canaris. Décidément les micros piafs sont tendance, on passe doucettement du colibri au canari, entre la goutte d’eau transportée dans le bec pour contrer l’incendie et le vieux coup de grisou qui va enfin peut-être nous faire sortir de notre torpeur confortable.

Et c’est curieux de se rendre compte qu’il y a comme une petite joie malsaine de voir enfin le sujet à la une, des articles réalistes, avec des vrais morceaux de discours scientifiques dedans, une juste exposition de l’alarme, un changement inévitable de ton quand ce sont les évènements extrêmes qui le donnent, quand c’est la population qui y passe, quand ça touche fort et de près.

Avec toute la compassion qu’on peut éprouver envers les très nombreuses victimes, malheureusement diffractée en nanoparticules selon la loi cynique du mort-kilomètre, c’est pas très beau d’être content quand y a des gens qui sont noyés. Mais cette légère satisfaction n’est peut-être pas si malsaine que ça, ça n’est jamais qu’une anticipation soulagée de la survie de davantage d’épargnés, dans la mesure où elle porte l’espoir, peut-être naïf, sûrement indispensable, d’une prise de conscience, enfin, pour limiter tout ce merdier. Une prise de conscience qu'on rêve d’envergure.

C’est quoi l’envergure d’un canari ? Il a fallu que je devienne maman pour apprendre dans un Youpi que contrairement à ce qu’on entend partout, les dinosaures n’ont pas disparu : les oiseaux sont des dinosaures. Ça devrait imposer un certain respect. On leur a pourtant fait grand mal en leur niquant les vers de terre, à l’époque où on décanillait les moucherons à coups de pare-brise témoins, quand on était obligé de fermer la bouche, au tomber de la nuit, pour faire du vélo.

Comme au reste, on leur a fait grand mal en répandant des trucs en -cide (herbicide, pesticide, insecticide, biocide, homicide, génocide), qu’on continue d’ailleurs de vendre allègrement pour nettoyer les chiottes et souiller nos fumiers. En oubliant que -cide, ça vient de caedere, qui signifie tuer, frère de cadere, qui signifie tomber.

Icare, avec sa technologie de pacotille, n’était pas un dino. Il est tombé, et il s’est tué. Mais les piafs, eux, sont toujours là. Même que là où on a un peu levé le pied sur les -cides, ils voient la vie en rose-vers. Ils volètent, ils planent, les dinos, voire même ils gloussent. Nous on est là depuis une demi-seconde à l’échelle de l’univers, on s’en carre on fait les Icares. Quitte à tomber comme un canari dans sa cage quand ça commence à faire Houille.

Mais on est beaucoup de canaris, et notre cage, on la fabrique. Alors on se relève, comme des vieux dinos ? Et comme eux on tâche de se faire discrets pour espérer traverser la météorite ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin