Je me recommande

Par un réflexe pavlovo-matutinal (prolongé jusqu'en fin de journée), je vais sur Mediapart.

mccartney
Par un réflexe pavlovo-matutinal (prolongé jusqu'en fin de journée), je vais sur Mediapart. Un peu la flemme d'écrire un dimanche, je consulte la liste des billets les plus frais et j’aperçois un titre qui me plaît bien. Je m’dis tiens sympa. Un titre bien trouvé, du qui-claque alors je clique.

Et là, je me découvre.

J’aime aussitôt l’hombre masqué - un Mitchum qui me veut du bien - et puis le pseudo est bien trouvé. Les mots-valises ça me plaît. Cela me rappelle quelque chose et assez vite, en fait, je suis jaloux. Mais y’a pas que ça, je réalise que je partage les mêmes thèmes que moi. Recoins du net et coïncidences. Là, j’m’dis Ah pas mal ! J’ai du goût.  Sur ce blog, les billets sont fréquents. À une fréquence de plusieurs textes par semaine, je m’étonne de ne pas m’être rencontré avant, mais bon…il y a tant d'abonnés, tant de blogs.

Ma lecture commence. De ligne en ligne, je me dis que les idées, les formules auraient pu être miennes. C’est assez drôle, c’est émouvant parfois, c’est plutôt bien écrit. Enfin, ça mérite pas le Prix Nobel, non plus, hein. Cela donne l’impression que j’ai l’habitude d’écrire, une vivacité dans une forme courte qui pourrait se prolonger. Bon, la tendance jeu de mots est un peu lourde, mais ça passe, on sent que c'est sincère. Et puis avec le temps, elle semble s’amenuiser.

J’ai l’air cultivé. Pas trop-trop, genre poids et haltères, juste ce qu’il faut, du genre qui a écouté quand il était à l'école et du genre qui a lu (voire relu). Pas une somme qui assomme. En tout cas, ouvert d’esprit, pas fêlé du crâne. Non, j’ai du recul, de la distance, j’suis pas collé à mon nombril et à mon clavier espace-et-s'pâme. Je ne recompte pas les choux que je me suis pris. Bon, quand même j’ai des idées et des principes, sur lesquels s'appuyer quand ça tangue.

Je me lis jusqu’au bout. En plus, c’est pas trop long, comme j’aime. Du coup, je me dis que je vais réagir, envoyer mon petit commentaire. Mais là, je reçois un message dans ma boîte de déception : c’est pas possible ! Un bug sur le site ou quelqu'un commente en même temps que moi. Tant pis, je ferai ça plus tard. Toujours enthousiaste de m'être repéré sur Mediapart, je me dis que je vais m’ajouter à mes contacts. Pas possible, non plus… Étrange. Ça me met comme une puce à l’oreille.

Au premier abord, c'est incontestable, je me suis plu. Plus, si affinités ? Dans le doute, je me contente de me recommander, mais j’espère que je suis pas un gros con-tact, quelqu'un de peu recommandable. Je vais me suivre discrètement et je me ferai ma petite idée.

Aussi bien, je m'envoie un mail en message privé pour voir de quoi je retourne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.