"Va te purifier dans l'air supérieur", est-ce une insulte ?

Juron chic

cvt-crenom-baudelaire-9003
"Va te purifier dans l'air supérieur", est-ce une insulte ?

Ça peut.

« Va te purifier dans l’air supérieur ! », c’est mieux que « Vas-y, eh !, avance ! » balancé à coup de klaxon.
Là, ça claque, ça sonne. Il a l’insulte chic, élégante, lettrée.

« Va te purifier dans l’air supérieur », c’est pas du Braudel ni du Debord mais du Baudelaire, bordel !


L’alexandrin se trouve dans « Élévation « (Les Fleurs du mal).
 La formule est tirée d’un poème intitulé « Élévation » ? Pas étonnant que ce soit de l’insulte bien élevée.

Le vers appartient à cette strophe :


« Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides,


Va te purifier dans l’air supérieur, 


Et bois, comme une pure et divine liqueur,


Le feu clair qui remplit les espaces limpides. »


Le vers compte deux diérèses. On prononce en deux syllabes les deux voyelles qui se suivent : pu-ri-fi-er/su-pé-ri-eur (et non -fier- et -rieur-)


« Va te purifier dans l’air supérieur », c’est de l’insulte relevée d’un super rieur qui rit sous cape classe.


Pas pour faire ami-ami, mais pour lutter contre l’air irrespirable généré par l’épaisseur, par l’asthme (voire le mi-asthme), pour souffler un peu.


Ces auteurs passés à la postérité offrent de quoi alimenter des posts irrités. Tout en restant chic, sans débordement, irréprochable, limite crypté.


Allez, autant emprunter aux auteurs, à coup sûr, un vrai Baudelaire…euh Bodler…euh bolder***


*** bol d’air

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.