Il tire son chapeau à ces mots à qui on retire leur chapeau

Le professeur tire son chapô à une quarantaine de mots à qui on retire leur chapeau.

Ci-git l'accent circonflexe.

Le circonflexe va, en partie, disparaitre. C’est une réforme de 1990 qui le veut. La langue française de nos ainés est abimée. On en retire les perles comme à une huitre, avec un vulgaire ouvre-boite. Ce gout qu’il a vu naitre en lui pour les mots, il a comme une envie de l’envoyer paitre. Le vol d’accents circonflexes est dument constaté.
Il pense à ses élèves, à leur français mal maitrisé, à leur orthographe trainante qui fit déjà le malheur de leur maitresse. Ce professeur se sent fiévreux, a le désir de mettre un terme au maitre qui est en lui. Il espère encore un recul. Croyant toujours en sa bonne étoile, en son Corneille « et le désir s’accroit quand l’effet se recule ». Pour le moment, ce qui l’étreint c’est une envie d’ile ou de cloitre, loin des chaines stupides de l’orthographe conforme. Ces temps-ci, ça ne traine pas. D’abord une réforme du collège qui fait du mal à l’antique. Maintenant l’application d’une réforme antique qui fait du mal aux circonflexes. Il est continument bousculé, doute de la sureté de son métier, pire, de sa langue et là… Cette réforme a un cout et c'est encore l'enseignant de français qui le paie, paye ? Il ne sait plus…les deux, non ? Allons-y gaiment !
Ça va être dur d’enchainer. Sa connaissance du métier rend sa crainte sure : des élèves vont abandonner tout circonflexe sous prétexte qu’  « ils l’ont dit à la télé ». Il ne va pas se laisser entrainer par ses élèves qui trainassent dans leurs apprentissages. Cette annonce traitresse ne le laissera pas coi. Il ne pense plus à une ile, mais, déjà, à une presqu’ile. Pour parler crument, cette mesure peut bien aller se faire naitre ailleurs ! Il n’abandonnera pas ses élèves. Une piscine sans maitre-nageur c’est dangereux quand tout le monde ne sait pas parfaitement nager. Il ne laissera pas dire que ses élèves sont trop bêtes pour apprendre ! Il doit les surentrainer, être leur maitre-à-penser à ce qu’ils écrivent, leur offrir le gite dans sa salle de cours. Leur rappeler, comme quand ils travaillaient sur la lettre, que, mieux vaut faire l’épitre que faire les pitres. Oui, il doit être mu par sa seule conviction, garder la pensée fraiche et faire travailler ses élèves assidument, à coup de piqures de rappel voire de surpiqures. Il doit faire dans le goulument, avec un peu de magie du genre Hamelin et son air de flute.
Il doit mettre en place des stratégies mures pour sauver ce qui reste. Entre la déchéance de l’accent circonflexe et la création d’une double orthographe, il peut éventuellement imaginer une double notation 2015 ou 2016 qu’il signera ambigument vôtre. Ça lui plait bien.

Il tire son chapeau à cette quarantaine de mots à qui on retire le chapeau.

Source : https://dictionerfs.wordpress.com/2016/02/04/dictionerfs-inedits-ci-git-laccent-circonflexe/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.