La Covid au temps de La Disparition de Perec (v. 4.0)

[Écrire sans -e comme Georges Perec en s’aidant de quelques chevilles puisées dans La Disparition. Version 4.0. 922 mots (la précédente en comptait 645)]

avoid-1
[Écrire sans -e comme Georges Perec en s’aidant de quelques chevilles puisées dans La Disparition]

version 4.0. 919 mots (la précédente en comptait 645)]

Il attrapa un truc cochon. Pas un coryza à virus (staphylococcus viridans) mais un coronavirus qui mit l’individu au plus mal. On l’alita. Quasi à l’hosto. Ouf, sans bistouri mais, manquant d’air, l’asphyxiation montant pas à pas.

Dans un journal du soir, un rapport alarma fort la population.

Un fatum obscur plana alors sur tous.
« S'il doit partir, il partira. Sinon, tant pis, nous mourrons tous ! » sous l’action du fatum, ça buguait fort au fond du ciboulot. Fatalitas.

COVID, ça faisait anglais : a void. Abyssal. Trou noir troublant.
« Avoid Covid 19 » fut un slogan mondial, conçu pour la propagation va sano. On instaura plus tard l’appli SOS, #TousAntiCovid.

Huit jours. Vingt jours. Trois mois. Plus. Tôt ou tard, un an. La procrastination rythmait tout discours public circulant dans l’air pourri. 

Il garda son latin. Combattant l’air pourri : Rosa, Rosa, Rosam

Qui causa la mort à un point mondial ? On inculpa un pangolin, un labo chinois, jusqu’à Bat (sans man)…

À huis-clos, L’Institution donna un LA au Covid masculin.

Il craignait tant un coup fatal qu'il s'isola dans sa maison, n'ouvrant jamais, gardant toujours un fusil à la main, louchant d'un air craintif sur tout quidam qui paraissait à l'horizon, sursautant quand passait son voisin. Pas un chat. Sauf trois chats à lui. Amusant : un loup passa pas loin, dit-on.

Aux confins, dans sa maison. Portant pyjama ou pas. Accomplissant sa mission, blotti dans son proto-sous-marin. Un vrai cocon sans fin. Bouquins, Playlist, tant d'occupations. Tout autour aucun bruit, aucun conflit. Il s’agaça du sachant à la tv, du chassant au fond du bois, à 1 km autour du logis familial.

Bouquins non vitaux ? Amazon trusta l’achat aux rayons Fictions, Romans, Bios, Autobios, …

Dans l'actu, un prof vainquit la Covid. La raison s’assoupit. Via Fb, un fou surgit à Conflans. Huit jours durant, un trauma, un choc. On fit d’un prof un martyr. Patty (2020). Hypathia ou Ὑπατία (415). Morts au combat.

Puis l’anar, Ray of lights, nous quitta, nous laissant quasi coi. Son bouquin ? Un colossal A,B,C d’un dico. Soudain, orphan d’un homo donnant son nom à tant d’ani-mots.

Puis bis ! on confina. Ni Bill, ni Murray, mais Un jour sans fin (Groundhog Day). Ou, dans l’actu, Russian Doll, saison 1.

Un vif plaisir fut la disparition du Potus n°45. Trump vaincu. Pas favori, mais toujours rôdant, toujours partant pour un mauvais coup. Guignant un duck avant la fin. Amazing ! un matin, il avait disparu. Il n’avait plus aucun pouvoir. Fini pour Arturo Ui. S’inaugura alors sa Damnation. Son oubli. Sa damnatio, al modo romano.

Trump battu, un commando d’ahuris partisans s’attaqua à Washington. On vit surgir à la tv, parmi moult fans, un assaillant qui faisait son Jamiroquai. Portnawak !

Un jour, on trouva un produit prototypal puis on trouva un vaccin.

On l’apprit à la radio, dont la voix rayonnait toujours. Il lui souvint…La radio s’installant jadis à London. « Ici, London ». Carolus Magnus moustachu dixit.

Ainsi donc, murmura-t-on assumant un mauvais latin, voici sonnant l'instant du Finis Coronavirus Opus. Voici la fin du virus ? Voici son point final ? »

On apprit qu’il y avait du variant dans un virus. On constata la mutation. Moult variants.

Par sa divulgation, un variant anglais tourna sans fin dans la discussion, ainsi qu’un sud-africain puis un do Brasil.

Ça continua ainsi. La contamination angoissa. 

Un pouvoir fit savoir aux postillonants, aux rugissant d’admiration pour un bouquin qu’il fallait du soin. Sans voix dans un bus. Parcourir un bouquin dans un magasin ? Non. Puis à la maison, tôt.

Ici ou là, HK joint aux Saltimbanks, ou flashmob, toujours dansant.  « Auto-boulot-conso, Oh, non non non non non non »

Un vaccin apparut. Un suivant. Qui prios ? Crins blancs, chibanis, papy, mamy d’abord. Puis prios par millions.

On douta pour un oui, pour un non. « Moi j’ suis sûr sûr qu’on… » R.I.P. Tonton David.

Covid-19 vibra dans l'air ambiant durant moult mois.

Puis on toussa moins. On toussota. Puis, rapport à la toux, tout fut aboli. Tout avait l’air sain.

On scruta son voisin. Chacun montra moult traits dormant avant sous un tissu FFP2. Jolis minois qui font l’humain.

On acclama, à grands cris ou par SMS, C.R.O à l’hôpital, Hourra aux stars !

À l'occasion d'un hosanna triomphal, Potus 46 ou l'anti-Trump, Macron, Vladimir Vladimirovich Putin, Boris Johnson, Bolsonaro aussi, tous unis, jusqu’aux plus honnis. L’antidictatorial ? Du hors-saison. Union du chant du coq à la fin du jour.

Grands pays saisis par la paix. On allait pouvoir sortir.

On dansa partout.

On chanta Louis Armstrong, Bob Dylan, Frank Sinatra, Tom Waits, Moustaki, Alpha Blondy, Crosby, Stills & Nash, Bashung, Souchon, McGowan, IAM, Jacno, Dutronc, Rita Mitsouko, Daho, Nougaro, Arno, Gainsbourg, Birkin, Patti Smith, Loco Locass, Anis, Paul Simon, Arthur H, Mano Solo, Talk Talk, Clapton, Tracy Chapman, Macy Gray, Ridan, Sarclo, Batlik, Cowboys Fringants, Sting, Oxmo Puccino, Ana Popovic, HK. On chanta parfois mal mais on adora ça.

On but.

Un grand raout (jouant sur un mot n.c / n.p à l’instar d’un doc connu)

Ni hydro. Ni flacon. L’alcool coula à flots. Un gros baril pour ragaillardir tout un chacun.

Yo - ho - ho ! du rhum ! Du houblon. Du doublon. Jusqu’à la corona qu’on honnissait tant, avant.

On but.

On rit.

L’air pur !

Bisous. Bis. Bisous.

On allait alors pouvoir sortir du statu quo social. Anti-covid aboli, patrons nantis à abolir.

On visa à la transformation du climat, à l'abolition du Capital, à la disparition du Profit.

Hip, hip, hip, hourra !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.