Homards, la littérature et la vraie vie

Pour parler de la vraie vie et sortir de sa bulle de champagne, rien de tel qu’un bon livre, ouvert à la bonne page.

Pour parler de la vraie vie et sortir de sa bulle de champagne, rien de tel qu’un bon livre, ouvert à la bonne page.

L’affaire fait bouillir. Il est temps de mettre les livres sur la table, après un petit filtrage relationnel et une petite série de marque-pages.

 

  • Cas de conscience.

"Le bruit des pinces de homard en train de gratter me poursuivit toute la nuit"

Une vie de homard d'Erik Fosnes Hansen (2019)

 

  • Le vertige du pouvoir.

"Un homard avec un haut niveau de sérotonine et peu d'octopamine devient trop sûr de lui. Il aime à plastronner, et il est peu probable qu'il se retrouve sur le dos lorsqu'on le défie."

12 règles pour une vie de Jordan b. Peterson (2018)

 

  • Ni gauche, ni droite, bien au contraire.

"Sa pince gauche est bien plus développée que sa pince droite. A moins, toutefois, qu'il n'ait l'esprit de contradiction, et, dans ce cas, sa pince droite est de beaucoup la plus forte."

Vialatte à la Montagne d'Alexandre Vialatte (2011)

 

  • Rouge signe extérieur de non-gilet jaune.

"De nos jours, bien entendu, le homard est un mets chic, délicat, talonnant de près le caviar."

Considérations sur le homard de David Foster Wallace (2018)

 

  • Madame Bovary, c'est lui.

"Emma se sentit, en entrant, enveloppée par un air chaud, mélange du parfum des fleurs et du beau linge, du fumet des viandes et de l’odeur des truffes. Les bougies des candélabres allongeaient des flammes sur les cloches d’argent ; les cristaux à facettes, couverts d’une buée mate, se renvoyaient des rayons pâles ; des bouquets étaient en ligne sur toute la longueur de la table, et, dans les assiettes à large bordure, les serviettes, arrangées en manière de bonnet d’évêque, tenaient entre le bâillement de leurs deux plis chacune un petit pain de forme ovale. Les pattes rouges des homards dépassaient les plats […]"

Madame Bovary de Gustave Flaubert (1857) 

 

  • Perte d'appétit.

"Romanèche - Quoi, le homard ? J'en raffolais.

Montacabère - Et maintenant ?

Romanèche - Maintenant, je le trouve exécrable."

Le homard : comédie en un acte de Edmond Gondinet (1874)

 

  • J'assume

"C'est tout moi, ça. Agacé, mais inquiet. Et puis, sur ce coup-là, je suis peut-être un peu responsable…alors, il faut que j'assume."

La délicatesse du homard de Laure Manel (2017)

 

  • Vous avez dit En Marche ?

"Le homard, Homarus vulgaris ou encore Homarus gammarus est un crustacé décapode marcheur."

La pêche à pied de Georges Fleury (2014)

 

  • Faire corps avec la Nature.

"Je me lève à neuf heures, je m'empiffre de homard, je fais la sieste sur mon lit, je me promène au bord de la mer, et je me couche à dix heures. Je ne lis rien. Je vis comme une huître."

Gustave Flaubert à Ivan Tourguéniev, à Concarneau, le 3 octobre 1875

 

Source : https://lirepeuouproust.wordpress.com/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.