Hubert-Félix Thiéfaine revient

A l'occasion de la sortie d'une nouvelle chanson de Thiéfaine.

page-noire
H-F Thiéfaine vient de sortir une nouvelle chanson (accompagnée d’un clip). Son titre : Page noire.

Cela a réveillé en lui une nostalgie musicale. Comme une envie d’écrire sur l’école en hommage à Thiéfaine, à son style, en le boursouflant affectueusement.

On a encore le temps d'affronter la beauté de ses mots.

Pastiche affectueux.

CITOYENS ÉLECTRIQUES À LA RECHERCHE D’UNE PRISE DE COURANT

Loin des Zones spectrales, Esprit marmoréen


Toujours tu flatteras l’État major parjure.


Cartes pleines de graisse de l’index arbitraire.


Les Dingu’et les Paumés défilent ou disparaissent


Dans des villes mouroirs, monstrueux gyrophares.

SAVOIRS CHÂTRÉS, CRÂNES PERCÉS, LANGUES COUPÉES


PAR LES SERIAL KILLERS DE NOS BEAUX SANCTUAIRES 


L’ESTOMAC À CRÉDIT ET LE TOUT ÉLECTRIQUE

Ils brandissent leurs poings, gutturaux pugilats.


Leurs gorges brûlent ad lib des espoirs vulcaniens.

Poches de pauvreté crevées par des gerbes


D’espoirs ortifères fallacieusement publics.


Pour modus vivendi : libido moriendi.

SAVOIRS CHÂTRÉS, CRÂNES PERCÉS, LANGUES COUPÉES


PAR LES SERIAL KILLERS DE NOS BEAUX SANCTUAIRES 


L’ESTOMAC À CRÉDIT ET LE TOUT ÉLECTRIQUE

Ils avancent cahotiques, Cassandres métalliques,


Et balancent un œil blême dans leurs rétrovirus.


Poupées masquées aux frères anxyogènes.


Cris de l’homo plebis devant l’appétit rance


Des heures fantomatiques des musiciens du drame


Mixité social’s Band, scénographie publique.

SAVOIRS CHÂTRÉS, CRÂNES PERCÉS, LANGUES COUPÉES


PAR LES SERIAL KILLERS DE NOS BEAUX SANCTUAIRES 


L’ESTOMAC À CRÉDIT ET LE TOUT ÉLECTRIQUE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.