L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (1. Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs, éd. La Ville brûle ; 2. Antigone, éd. La Ville brûle ; 3. Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses 4. Tour du monde en romans, éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

218 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 mai 2022

Voilà l’été, j’aperçois Les Négresses vertes

L’été n’est pas encore là. "Où est-il l'été ? l'été où est-il ?", comme le chantait Lapointe. L’été arrive et on va tous crever… De chaud, dans un premier temps.

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (1. Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs, éd. La Ville brûle ; 2. Antigone, éd. La Ville brûle ; 3. Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses 4. Tour du monde en romans, éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’été n’est pas encore là.  "Où est-il l'été ? l'été où est-il ?", comme le chantait Lapointe. L’été arrive et on va tous crever…de chaud, dans un premier temps.

Heureusement les chansons nous bercent de pieux mensonges. Voilà l’été chantent Les Négresses vertes, à toute heure de la journée et toute l’année. En mp3, en deezer, en radio, en cd, en vinyl, au pommeau de douche, en ce que vous voulez.

Voilà l’été, ça a débuté en 1988. On parlait alors de Mano Negra et de Soucoupes Violentes. Les Béruriers étaient noirs et les Négresses vertes. Quant aux souris, toujours déglinguées.

Avec l’ironie, l’humour comme carburants, c’était un groupe dansant et marchand de couleurs : l'espoir vert dans le désespoir noir.
Et parfois du jaune doré. "Voilà l’été !" Un titre radieux dans l’album Mlah.

Il y a du Pogues dans ce groupe français-là. Populaire, punk, festif et un chanteur qui fait penser à MacGowan, rimbaldien, avec sa Bohème gitane, son Bateau ivre aux cales pleines de textes. Le succès que Les Négresses vertes eurent en Angleterre - cult figures in Britain - prouvent le bon goût british et la filiation.

Laissons parler Paulo, le bassiste du groupe (La Presse, 7 juillet 1990) « la musique des Pogues est moins métissée, c'est de la musique irlandaise avec la patte des Pogues, précise Paulo. Nous on va plus loin, c'est de la musique française métissée, influencée par toutes sortes de musiques. Pour moi, la musique cajun est très importante, comme dans Marcelle Ratafia, mais les autres ça les gonfle : après deux chansons, ils n'en sont plus. Zobi la mouche, c'est hispanisant. Notre musique peut être arabe, il y a aussi une valse parisienne. On a moins de scrupules à mélanger les styles.» 

Avec son métissage, le groupe assume aussi d’être de la chanson française. Une chanson festive qui porte un discours rassembleur et contestataire de ces idées nauséabondes qui hantaient les années 80 (et font du revival dans les années 20).

En 1993, la mort d’Helno (de son vrai nom, Noël Rota), à 29 ans, changea la donne. Mort de ses excès. Overdose. Qu’aurait été le groupe si la vie d’Helno avait été moins courte ? (Cela dit, les Pogues se passèrent assez tôt de Shane MacGowan quand ses excès portèrent préjudice au groupe).

Helno. Un No Hell possible ? Un No Future aboli ? Ou un Hell consubstantiel ? Des ciels et des enfers, on ne discute pas depuis Baudelaire. Et puis pour le club des 27, Helno, avec ses 29 ans, c’est un vieux.

Ses textes restent. Entre autres, Zobi la mouche, Voilà l'été, Sous le soleil de Bodega, Famille nombreuse, Marcelle Ratafia. Des textes à écouter. Et à chanter. Le groupe s’est séparé en 2001. Il s’est reformé en 2015. Les Négresses vertes chantent encore avec, au micro, son membre fondateur, Stéfane Mellino, et les textes d’Helno ou d’autres.

Du vert, comme l’espoir.

Voilà l'été, j'aperçois le soleil
Les nuages filent et le ciel s'éclaircit
Et dans ma tête qui bourdonnent ?
Les abeilles !
J'entends rugir les plaisirs de la vie

Du noir, comme le désespoir.

Enfin l'été, mais y a déjà plus d'argent
Le tout Paris se transforme en phobie
Le métro sue, tout devient purulent
Dans ses souliers, le passager abruti
A dix doigts d'pied qui s'expriment
violemment

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame