Un NaaNaaNaaNaaNaaNaaNaa n'air

"NA interj., attesté pour la première fois en 1826, est une onomatopée du langage enfantin. Répétée plusieurs fois, elle remplace les paroles de l'air qu'on fredonne (1923). Elle semble avoir quelque peu vieilli dans l'usage moderne." (Dictionnaire historique de la langue française, dir. d'Alain Rey)

NaaNaaNaa (Live) © Cory Henry - Topic
"NA interj., attesté pour la première fois en 1826, est une onomatopée du langage enfantin. Répétée plusieurs fois, elle remplace les paroles de l'air qu'on fredonne (1923). Elle semble avoir quelque peu vieilli dans l'usage moderne." (Dictionnaire historique de la langue française, sous la direction d'Alain Rey)

Vieilli dans l'usage moderne ?

Voici un NaaNaaNaaNaaNaaNaaNaa n'air.

Be a little kid !

Les vents mauvais et le cimetière marine pèsent comme un couvercle. Il a besoin de souffler. Besoin de bulles dans la peau, de bulles d’air, de bulles de jazz. De touches magiques. Quand il sent qu’il va plier, vite un clavier ! Il a envie d’une chanson dans le droit fil du Don’t worry, be happy de Bobby McFerrin.

Un droit fil comme une main tendue pour avoir maintes mains tendues. Comme une Extension du domaine d’un posse, sûr de son je-nous.

Il aime cette musique, quitte à ce qu’elle frise le gospel et lui fasse oublier pour qui sonnent les églises.

Il refuse à son cerveau la servitude que lui imposent l’ambiance générale et des sondages qui ne sont plus de son âge. Il assure de son libre arbitre bien niché entre ses deux oreilles et bien à l’abri du front.

Il ne sait pas jouer, mais il a des oreilles. Il les tend et l’autre joue, c’est ce que lui enseigne sa petite religion personnelle.
Je joue pas mais j’ouïs, aime-t-il à rappeler comme bien d’autres avant lui.

Il envoie valser tous les mots pour une interjection redoublée de deux lettres, une scie musicale qui fait du bois qui fait du bien.

Cet air-là vient de Brooklyn, d’un de ses quartiers d’une big Apple, où beaucoup étaient convaincus que Trump nuisait gravement à la santé. Et si c’était simple ? Dans ce quartier a day keeps the Dr. Folamour away !

Cory Henry, qui joua un temps avec The Boss, fait sortir un son d’une autre teneur. Il en oublie le bruit grave et sourd du bulletin de vote qui tombe dans l’urne pour celui vif et pétillant d’une mutine note jaillissant du clavier de Cory Henry.

Merci pour ce piège à son !

Plaisir d'un NaaNaaNaaNaaNaaNaaNaa n'air

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.