L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (1. Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs, éd. La Ville brûle ; 2. Antigone, éd. La Ville brûle ; 3. Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses 4. Tour du monde en romans, éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

218 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 avr. 2022

La petite phrase sera ou le débat ne sera pas ?

Je suis la petite phrase des débats. Celle qu’on attend. Celle qu’on reprendra en soirée. T'as vu quand il/elle a dit ? La phrase des titres du lendemain. Celle qu’on n’oubliera pas. Celle dont on gardera le souvenir. Celle qui résumera le débat.

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (1. Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (dite) nationale, de la mixité sociale et scolaire, des élèves, des parents et des profs, éd. La Ville brûle ; 2. Antigone, éd. La Ville brûle ; 3. Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses 4. Tour du monde en romans, éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis la petite phrase des débats. Celle qu’on attend. Celle qu’on reprendra en soirée. T'as vu quand il/elle a dit ? La phrase des titres du lendemain. Celle qu’on n’oubliera pas. Celle dont on gardera le souvenir. Celle qui résumera le débat. Voire celle qui sera citée dans un débat futur, une petite phrase devenue citation.

On me voue un culte.
Le moment marquant du débat.
Le moment.
Mais…
Le mot ment…l'autre ment aussi.
Les mots manquent…

Parmi tous ces mots, l’embarras. Et si on ne m'entendait pas ? Non, je disais : vous n'avez pas le monopole du cœur !! Je suis celle qui n’existe pas encore. Je suis celle qui ne sera pas ?

Un jour, j'ai demandé à la mère des petites phrases : "Will I be pretty ? Will I be rich ?" Elle m'a répondu : "Que sera, sera / What will be, will be"

La petite phrase sera ou le débat ne sera pas ?
Pas sûr. 

Les Grands Débattent, la petite phrase écoute et elle oublie de prendre sa place. Esprit sentencieux es-tu là ? En phrase. Emphase.

Les dictionnaires frémissent. Ils aimeraient savoir qui de leurs enfants participera à la phrase choc, à la phrase show. Celle qui servira plus tard peut-être de phrase-exemple. À l’article « Monopole ». À l’article « Passif ». À l’article « Anaphore ».

Depuis le débat Chirac-Jospin j’avais senti le vent passer, le vide s’installer. La petite phrase ne tenait plus qu’à un grand mystère. La langue de bois avait pris ses quartiers. Depuis, c’est pire. La langue s’est relâché, sur fond de mediatraining. Casse-toi pauvre phrase ! L’heure est à l’invective, aux gestes, aux mots (adjectifs, expression) plus qu’aux phrases. Une phrase, c’est long. Cela demande quelques secondes pour exister. Cliquez sur la petite phrase pour prouver que vous n'êtes pas un robot.

Bon, il y avait eu l’anaphore d’un ancien président. Mais ce n’était pas une phrase, plutôt une succession, une matrice de phrases.

À l’heure des tweets en escadrille, difficile de marquer les esprits. La petite phrase tue la petite phrase. La figure de style défigure les discours. On court l’anaphore, l’antithèse, l’énumération, la gradation,…
La rhétorique, ça se prépare. "Vous ne me faites pas peur avec votre petite phrase."

Allez, on se claque une petite phrase sur la joute et on en reste là.

Viser, marquer, c’est courir le risque de rater, de manquer sa cible. Les débats ont perdu en spontanéité. Le sparring-partner laisse peu de place à la surprise. On veut abolir le hasard. La petite phrase que je suis a laissé place à la punchline. Tiens, pourrais-je être anglaise ? Winter is coming ? Du latin ? Non, déjà fait.

Le réseau social veille. Il arbitre. Il peut faire ou défaire la petite phrase en temps réel.
Belles et Buzz.
On calibre, on teste en soufflerie. La phrase est reprise, retweetée ? Très bon, coco, on la garde.Tiens, ils pourraient arrêter le débat, lorsque la phrase du soir aura été trouvée, labellisée. Coupez ! C’est bon, on l’a !

Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura des phrases.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin