Macronistes, etc.

Macroniste. Le mot a sonné à ses oreilles, à l’écoute de la radio, ce matin. Rien à voir avec un inattendu Marxcron-léniniste ou avec l'inégalable Bourdivin.

Macroniste. Le mot a sonné à ses oreilles, à l’écoute de la radio, ce matin. Rien à voir avec d'inattendus marxcron-léniniste et autre macronietzschéen, encore moins avec l'inégalable Bourdivin.

Macroniste…Renseignements pris, l’adjectif et le nom ont déjà leur fiche Wiktionary (https://fr.wiktionary.org/wiki/macroniste). Avec des citations issues de la presse : Le Nouvel Observateur (10/2016) et Le Point (09/16).
La fiche a sa chute. In cauda venenum. Elle conclut sur deux anagrammes : crémations et micro-santé.

Crémations. Qui est prêt à brûler ce qu’il a adoré ?

Micro-santé. Une petite santé gêne-t-elle la marche ?

Wikipedia s'engage ou quoi ?

La consultation de cette fiche suscite un réflexe d’équité.
Le mot Filloniste fait état d’une variante avec un -n supplémentaire. Mais pourquoi tant de -n ? (et de costards ?). Hamoniste sonne musicale, harmoniciste. Sur le Titanic, l’orchestre joua jusqu’au bout. Et, parmi tous ces courants d'un fleuve électoral pas tranquille, on se demande ce que donnerait un néologisme issu du nom de M. Montebourg.

Encore 8 pour n'oublier personne…et puis onze se lasse.

Dans une campagne à la dérive, qu’il est doux de se pencher sur la simple dérivation politique de noms propres. Epicurien. Carpe Diem-iste. Le sujet s'effleure et donne le plaisir de rester en surface. Les ronds dans l'eau, c'est bien. Ça change des costards à dix plaques.

Visiblement, la règle est la suivante : d'un néologisme à l'autre, ça commence par le -iste et ça finit par un -ien. Le -iste fait tout pour gagner, le -ien est au pouvoir (le -ien rieur ?)

Et comment ferait-on avec un candidat dont le patronyme serait Iste ou Ien ?
(sans parler de tous ces suffixes de dérivation alternatifs -esque, -lâtre, -ique, -isant)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.