Pourquoi il faut justement céder aux Cassandre(s)

Le Président exhorte son gouvernement à ne jamais céder aux Cassandre(s). Près de lui, dans le regard d'un ministre, agrégé de Lettres Classiques, c’est le Cheval de Trop en marche.

Illustration extraite du Gaffiot Illustration extraite du Gaffiot
Le Président exhorte son gouvernement à ne jamais céder aux Cassandre(s). Près de lui, dans le regard d'un ministre, agrégé de Lettres Classiques, c'est le Cheval de Trop en marche.

Ouf. La guerre sémantique n'aura pas lieu en plein conseil des ministres.

Ce n’est pas la première bourde en matière de Who's who sur l’Olympe. A N-Y, en juin, le Ministre de l’économie avait déclaré que si le Président était Jupiter, lui, il était Hermès. Wrong. Mauvaise réponse. La grosse paume à New-York.

Jupiter est aussi romain qu’Hermès est grec.

La mythologie est à la va comme je te pousse, à mon gré…co-romain.

Jupiter et Hermès…

Et Mercure, alors ? C’est lui, pardi, le messager romain de Jupiter.
Ce dieu, versé dans le commerce des thermomètres, aurait-il été accaparé par les histoires d’alerte orange et de réchauffement climatique ?
Il n’y aurait plus qu’Hermès de libre ?
Ou alors c'est que ça fait plus classe à l’international. Hermès, dieu du Luxe. La scène mondiale se prête au nomdemarque-dropping masqué. Qui sait ?

En tout cas voilà que tout seul il s'écharpe Hermès au souvenir de cette Grosse Pomme de discorde new-yorkaise.

Le retour de Cassandre sur la scène médiatico-politique lui donne soudain l’envie irrésistible, à son clavier, de taper sur des douches froides. Au risque de sonner deux coups et de tomber, comme Mediapart, dans l'édition du matin et du soir. (édition du matin : https://blogs.mediapart.fr/lepistolero/blog/280817/plus-de-100-ans-apres-le-bouquin-de-kafka-le-cafard-redevient-un-etre-humain)

Le Larousse est clair au sujet de Cassandre : Fille de Priam et d'Hécube (Iliade). Aimée d'Apollon, elle obtint de lui le don de prophétie. Mais elle se refusa à lui, et le dieu se vengea en décidant qu'on ne la croirait jamais.

Le voilà qui prend son ton flingueur : "Les Cassandre(s) ont raison. Toujours. C’est même au fait qu’on ne les écoute pas qu’on les reconnaît." Devant toutes les réfutations qu'entraînent toutes ses prophéties, Cassandre fait "Si.". Et elle a raison.
Cassandre n’a pas le beau rôle. Elle ne fait pas dans le BeleuFéMismeTV, 24h/24h, avec de beaux directs. Elle est cash, Cassandre. Voilà pourquoi elle effraie les hommes. Même s'ils prétendent tous s'en moquer, à en croire la fameuse expression : Mieux vaut entendre Cassandre que d'être sourd.

On peut parler d'Affaire Cassandre et d'approximations mythologiques. Ce n’est pas la première fois. Pas la première faute. C'est une période à marquer d'une pierre noire (de Ronsard, pourquoi pas ! Pauvre poète qui aurait tant voulu que sa Cassandre cède). D’autres que le Président ont joué « aux Cassandre » et ont perdu. Une ancienne ministre de l’éducation, en son temps (avant J.-C., c-a-d avant Jupiter Capitolin), commit pareille erreur.
«Mais souvent, faute d’avoir pris la peine de lire la réforme, le ballet des Cassandre(s) a entamé son entreprise de caricature, voire de désinformation.» (Mme Vallaud-Belkacem, Le Monde, 5/5/2015). Là, la Cassandre incriminée, anti-réforme, se doublait d'une sorcière avec son ballet aux sonorités de balai et son horrible bave de crapaud.

 Le Larousse définit ainsi la Sirène : Dans la mythologie, démon marin femelle représenté […] dont les chants séducteurs provoquaient des naufrages. 

Vous l'avez compris, Cassandre est définitivement prise pour une Sirène. C'est même pour ça qu'on ne la reconnaît pas.

Ce sont des créatures qu’il est essentiel de ne pas écouter sous peine de se retrouver à se faire blanchir les os pendant qu'elles vous digèrent.

S’il y a des Cassandre(s), des vraies, il est urgent de leur tendre l’oreille. Au risque, d'ici vendredi, de céder à des chants de Sirènes peu reluisantes, à un poison nommé Wanda, comme un Bashing servi sur une chanson de Bashung :

"Aujourd’hui c'est vendredi et je voudrais bien qu'on m'aime
Je sens que je vais finir chez Wanda et ses sirènes, et ses sirènes" (Gaby oh Gaby, Bergman/Bashung)

Ta ta ta !, cessons d'être pointilleux. Seduction is the job.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.