Les convivialistes
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2022

Les convivialistes
Abonné·e de Mediapart

L’éveil de la Terre-patrie : un « nouvel imaginaire » politique

L'humanité est maintenant comme « une sorte de vaisseau spatial entraîné par des moteurs (science, économie, technique, profits) incontrôlés, offrant autant de possibilités de destruction que de manipulation » (E. Morin) ; c'est une époque d’accélération constante, de changements vertigineux ou de catastrophes imminentes que nous vivons. Quel chemin emprunter face à l'extraordinaire convergence des périls créée par une pluralité de crises sans précédent ? Par Alfredo Pena-Vega. 

Les convivialistes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’éveil de la Terre-patrie : un « nouvel imaginaire » politique

Par Alfredo Pena-Vega

 « L’ignorant affirme, le scientifique doute et le sage réfléchit ». Aristote.

Une aventure non maîtrisée

Nous ne pouvons pas rester indifférents face à la situation tumultueuse de l’humanité partout dans le monde, ni croire qu'il n'y a là qu’impression de quelques pessimistes contestée par autant d'optimistes. C'est bien une époque d’accélération constante, de changements vertigineux, de transformations ou de catastrophes imminente que nous vivons en effet. Les pessimistes voient des crises partout tandis que les optimistes insistent sur le fait que si nous sommes anxieux c'est juste parce que le monde change plus vite que nos cerveaux et que l’on n’arrive pas à comprendre ! La vérité est tout autre, nous entrons probablement dans une pluralité de crises, et ces dernières s’enchaînent, se heurtent, même si parfois elles se neutralisent les unes et les autres. L’avenir est fait d’incertitudes sans issues évidentes. Désormais, nous sommes engagés dans une aventure non maîtrisée. Et quelle meilleure illustration, que l’image que nous propose Edgar Morin de notre planète : « une sorte de vaisseau spatial entraîné par des moteurs (science, économie, technique, profits) incontrôlés, offrant autant de possibilités de destruction que de manipulation » ?

L’état actuel de la planète, avec toute sa complexité et ses incertitudes, entraîne des réactions dramatiques avec un appel fort, hystérique parfois, à la simplification. Il s'agit, face à la complexité du monde, de définir une grille de lecture avec des récits rassurants, qui indiquent clairement qui est (ou devrait être) le responsable à blâmer et ce qui doit être fait. Le tout dans un cocktail de populisme autoritaire et de néolibéralisme, où, en définitive, la quête de simplification aboutit à agiter un drapeau et à diffuser des promesses aussi vides de sens que des confettis. On promet un retour à des jours soi-disant meilleurs, des jours d’ordre, de clarté, dans lesquels personne ne se souciait de l’effondrement de la banquise au Groenland… A une époque de simplicité mythique. Les études montrent que cette situation se manifeste à l'échelle de la planète, pas seulement autour de nous (Gidley, 2016 ; Nordensvard, 2014). Souvent le désir d'un avenir différent ne va pas plus loin que cette aspiration nostalgique à un retour au passé.  Toute alternative véritable, au contraire,toute tentative de jeter les bases d’un « nouvel imaginaire » est un travail de longue haleine, qui nécessite un commencement (Pena-Vega, 2021).

Comment sortir de cette asphyxie ?

Il s’agit aujourd’hui de prendre conscience du fait que ce qui se joue est sans précèdent dans l’histoire de l’humanité et concerne le destin de l’humanité dans son ensemble : guerres, urgence climatique, crise sanitaire, atteintes à la biosphère, une vision du progrès monodimensionnelle », etc. Face à l'autre monde qui se dessine, il nous faut un esprit nouveau dans nos façons de penser, d’espérer… Autrement dit, face à cette urgence, une prise de conscience de l’espérance est nécessaire afin d’affronter les formidables défis de l’ère planétaire.

Désormais, l'avenir est pour nous un défi et non un problème. Pourquoi est-ce un défi ? Parce qu’il n’est pas pour l'instant appréhendé dans toute sa complexité. Une grande partie du discours futuriste de la Silicon Valley est implacablement « monodimentionnel », fait de de manipulation et de contrôle. Cette vision de l'avenir se réduit à des innovations technologiques (IA, métavers) ne répondant pas aux énormes défis auxquels l'humanité est actuellement confrontée. Comme l'affirme Edgar Morin, nous vivons une crise du futur : le concept de mondialisation est sous-développé, trop de rêves utopiques sont devenus des cauchemars dystopiques, et le concept de progrès est devenu régressif. La crise de l'avenir est due au fait que nous ne savons pas comment penser à l'avenir, et encore moins comment envisager un avenir "meilleur".

L'avenir est souvent considéré en termes simples et dualistes : utopie ou dystopie, le meilleur ou le pire, mais Morin nous appelle à penser à des futurs meilleurs et non à de meilleurs futurs. Un avenir meilleur n'est pas un donné, c’est avant tout une création, et la création est tout sauf un processus linéaire et prédéterminé. Comme nous l'avons appris de la théorie de l'évolution ainsi que de la recherche sur la créativité, la création est pleine d'erreurs, de fautes, de bifurcations, d'arrêts, de départs, et de surprises. Il est vrai qu’il faut tenir compte des grandes bifurcations – au sens donné à ce terme par René Thom dans sa théorie des catastrophes - lesquelles peuvent susciter ou bloquer les audaces (Delmas-Marty, 2006). En somme, il n’y a pas de recettes magiques, les erreurs, les fautes, les déviations, etc. peuvent elles-mêmes être la source de la nouveauté et de la créativité. Le concept de Terre-patrie (Pena-Vega 2022) nous aide précisément à penser cet avenir en construisant un nouvel imaginaire politique (Morin 1993, 2006).

« Réalisme impossible » : un autre avenir ?

La possibilité d'un "avenir meilleur" suscite également l'inévitable et préoccupant appel au "réalisme". Dans les conditions actuelles, il n'est tout simplement pas réaliste, nous dit-on, de perdre notre temps à rêver d'un avenir meilleur. Mieux vaut être réaliste et se concentrer sur les choses à faire que de se perdre dans des rêves impossibles, du moins c'est ce que l'on dit. Prenons l’un des chapitres du livre prémonitoire de Terre-patrie, dans lequel Morin explore le "réalisme impossible", la possibilité, et peut-être, plus important encore, la nécessité de l'impossible. Étant donné la situation désastreuse de l'humanité, il est en fait irréaliste de continuer sur notre lancée actuelle, et de ne pas tendre vers "l'impossible".

L'incertitude est souvent considérée comme un danger pour les plans les mieux conçus de l'humanité, une source de peur, mais elle est aussi un rayon de lumière sur les possibilités car elle offre une opportunité de créativité. Lorsque l'ordre est perturbé et que nous sommes confrontés au désordre, nous avons le choix entre revenir à l'ordre ancien ou créer un « nouvel imaginaire ». Beaucoup de dirigeants autoritaires du XXIe siècle veulent effacer les changements qui sont apparus dans les années 60 : la conscience écologique, les droits des femmes, les droits civils des groupes opprimés et le rejet du racisme. Ils veulent revenir à une époque dans laquelle les questions environnementales n'entravaient pas les affaires, une époque où les discriminations de toute sorte, de genre, de race, condition sociale, etc., étaient vécues quotidiennement. Mais contre ce scénario inacceptable, il y a aussi une opportunité de créer un monde plus complexe, plus génératif, basé sur un universalisme pluriel, de tourner la page de l’anthropocentrisme, du virilocentrisme, de l’occidentalo-centrime, etc., et de revenir à une lecture plus macroscopique et cosmique de notre ère planétaire. Quel chemin emprunter face à l'extraordinaire convergence des périls créée par une pluralité de crises sans précédent ? Le défi que doit relever l'humanité est de créer un « nouvel imaginaire » politique en s’appuyant sur le concept de Terre-patrie. À l’aube d’une possible métamorphose, nous espérons voir se dessiner la possibilité de nouveaux mondes. Ces derniers pourraient renouer les fils entre la Terre, le Cosmos, les Humains et les non-humains.

Les réalisations environnementales, sociales et politiques des 50 dernières années ne sont pas le fruit du hasard, mais elles peuvent être effacées d'un coup de plume par un autocrate. Edgar Morin ne nous a pas offert la vision de l'avenir, ni même une vision explicite. Soulignant la centralité de la complexité, il a permis de réfléchir sur la possibilité et sur le réalisme impossible en quoi consiste l'espoir d'un avenir meilleur. La promesse de la complexité est aussi la promesse de la créativité, la possibilité de créer une métamorphose qui permettra au papillon d'émerger de notre moment de transformation actuel. Terre-patrie, le concept d’un « nouvel imaginaire » politique pour le XXIe siècle, nous offre une vision complexe de ce que signifie être humain, et des possibilités humaines vers un monde meilleur. Il aide les individus à sortir des limites étroites de la simplification et ouvre la possibilité de créer une nouvelle ère planétaire. Une ère convivialiste ?

Bibliographie

Delmas-Marty, M., Morin, E., Passet, R. et al. (2006), « Pour un nouvel imaginaire politique ». Transversales, Fayard. Paris, 159 pages

Gidley, J. (2016). Postformal education: A philosophy for complex futures. Springer International Publishing

Morin, E., Kern, B. (1993), Terre-Patrie. Editions du Seuil. Paris, 217 pages

Morin, E. Naïr, S.(1997), Une Politique de civilisation, Arlea. Paris, 247 pages

Morin, E. (2011) La Voie. Pour l‘avenir de l’humanité. Fayard. Paris, 307 pages

Nordensvard, J. (2014). “Dystopia and disutopia: Hope and hopelessness in German pupils’ future narrative”s.,Journal of Educational Change, 15(4), 443-465

Pena-Vega, A. (2021), L’Avenir de Terre-Patrie. Cheminer avec Edgar Morin. Actes-Sud, Arles, 457 pages

Pena-Vega, A. (2022) « Pour une utopie réaliste de « Terre-Patrie » ». « L’utopie autrement » Carla Danani (dir.), a paraître, Diogène n° 273-274.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod