Les convivialistes
Abonné·e de Mediapart

25 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 janv. 2022

Les salarié.es veulent du pouvoir d'agir sur leur travail

C'est la grande démission ! Soignant.es, aides à domicile, employé.es des restaurants ou ouvrier.es du nettoyage et du bâtiment, et même enseignant.es, fuient en masse un travail insoutenable.

Les convivialistes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Autant que du pouvoir d'achat, les salarié.es veulent du pouvoir d'agir sur leur travail

par Thomas Coutrot

C'est la grande démission ! Soignant.es, aides à domicile, employé.es des restaurants ou ouvrier.es du nettoyage et du bâtiment, et même enseignant.es, fuient en masse un travail insoutenable.

Le Grenelle de la santé, malgré une hausse tangible des salaires, n’a en rien enrayé l’exode qui menace d'effondrement l'hôpital public : en pleine pandémie, des milliers de lits ferment, faute non plus de crédits mais de personnel.

Les magistrat.es ne veulent plus d'une justice en lambeaux.

Des jeunes diplômé.es refusent de s'embaucher chez les majors du CAC 40 et partent en quête d'un travail qui ait du sens. Aux États-Unis aussi, les démissions flambent depuis le printemps et la presse titre sur la « Great Resignation ». 

Bien sûr, avec la hausse des prix et la flambée des profits des entreprises, les revendications salariales fleurissent. Mais ne nous y trompons pas : autant que du pouvoir d'achat, les salarié.es veulent du pouvoir d'agir sur leur travail. Ils et elles veulent avoir leur mot à dire sur l'organisation et les finalités de leur travail, afin de faire un travail qui préserve leur santé et soit utile aux autres et à l'environnement.

Bref, reprendre la main sur leur travail.

Pourtant, dans le débat électoral, la démocratie au travail est absente.

Passons sur la droite, qui ne brandit une soi-disant « valeur travail » que pour mieux stigmatiser les chômeurs. Mais à gauche ? Les candidat.es veulent augmenter le Smic et les rémunérations des travailleuses du care, reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle, renforcer la médecine et l'inspection du travail, rétablir le compte-pénibilité quasiment supprimé par Emmanuel Macron.

Les plus audacieux (Mélenchon, Poutou, Roussel) proposent une loi pour réduire le temps de travail. Mais comment éviter que la RTT, comme lors du passage aux 35 heures, ne dégrade les conditions du travail ? Plus généralement, comment redonner du pouvoir aux salarié.es sur leur travail, par exemple pour permettre aux aides à domicile de réduire l'amplitude horaire de leurs journées et de bien prendre soin des personnes dépendantes ?

Certes, les programmes de Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel annoncent un renforcement des pouvoirs des élus du personnel. Dans une récente tribune (Libération, 11/12/2021), Yannick Jadot, François Desriaux, Eva Sas et Sophie Taillé-Polian, proposent «  l’instauration d’un droit à la délibération sur la qualité du travail » et la « restauration d’une instance représentative du personnel dédiée à la santé, à la sécurité et aux conditions de travail et dotée de réels pouvoirs ».

Mais quelle délibération, pour quels pouvoirs ?

Ce « droit à la délibération sur la qualité du travail » rappelle aux plus anciens le « droit des salariés à l’expression directe et collective sur le contenu, les conditions d’exercice et l’organisation de leur travail » instauré par les lois Auroux en 1982. Les salarié.es pouvaient s'exprimer dans des groupes d'expression présidés par l'encadrement. En pratique, ces groupes se sont transformés en cercles de qualité ou réunions de service. Le droit d'expression directe est tombé en désuétude sans jamais avoir été abrogé.

Pour éviter de répéter ce coup d'épée dans l'eau, deux conditions sont nécessaires.

En premier lieu, pour que la prise de parole soit libre, elle doit être organisée par les salarié.es et leurs représentant.es de façon autonome par rapport aux managers. Il importe de construire, par la confrontation d'expériences entre pairs, un point de vue collectif sur ce qui est fait, ce qu'on ne devrait pas faire et ce qu'il faudrait faire dans le travail. Notons que cela suppose une formation préalable des élus du personnel à l'accouchement, souvent difficile, de la parole des salarié.es sur leur travail réel (au-delà du travail prescrit par l'organisation). Ensuite seulement, la confrontation avec le management peut être féconde.

En deuxième lieu, les résultats de la délibération doivent peser dans les décisions : rien n'est pire que la pseudo-participation sans conséquences. Il faut donc que le management soit tenu légalement d'apporter des réponses écrites argumentées à ces demandes. En cas de désaccord important, les instances représentatives doivent être dotées d'un pouvoir de veto suspensif, ouvrant un recours auprès de l'inspection du travail ou du juge. Dans les plus grandes entreprises, dont l'impact sur la société et l'environnement est majeur, la loi pourrait prévoir des formes de collaboration entre les instances élues du personnel et les parties-prenantes extérieures (associations, collectivités...) pour mieux asseoir leurs demandes.

Pourquoi ne pas combiner RTT et nouveaux droits démocratiques au travail ? Une heure hebdomadaire serait alors consacrée à ce travail de délibération sur le travail, rémunéré mais hors subordination hiérarchique. La RTTS (réduction du temps de travail subordonné) pourrait commencer à vraiment redonner du sens au travail et à la démocratie. A quand un vrai débat sur la démocratie au travail1 ?

1Pour en débattre, les Ateliers Travail et Démocratie organisent le samedi 15 janvier une journée « Ne lâchons pas le travail » ; renseignements https://www.billetweb.fr/ateliers-travail-et-democratie1

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart