Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 oct. 2021

Budget 2022 : le néo-libéralisme au service du capital

Le budget 2022 marque la transition entre la période de crise sanitaire, où le gouvernement a choisi la stratégie du « quoi qu’il en coûte » et le « retour à la normale » qui devrait s’enclencher en 2023. Conférence des économistes atterrés le 16 Octobre 2021 - 14h30/17h30, Université Paris Sorbonne, Amphithéâtre Richelieu.

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

14h30 -16h30 : Analyses du Budget 2022

Avec Sylvain Billot, Anaïs Henneguelle, Henri Sterdyniak

Le budget 2022 marque la transition entre la période de crise sanitaire, où le gouvernement a choisi la stratégie du « quoi qu’il en coûte » et le « retour à la normale » qui devrait s’enclencher en 2023.

Ainsi peut-on mieux cerner le néo-libéralisme : contrairement à un authentique libéralisme, il plaide pour que l’État intervienne pour soutenir les entreprises, leur garantir un taux de marge satisfaisant. En situation de dépression, deux stratégies sont possibles : soit comme en 2010-13, laisser la dépression s’installer, en espérant qu’elle permette de faire disparaître les entreprises peu productives et qu’elle renforce le rapport de force favorable au patronat, soit comme en 2020-22, recourir massivement à l’intervention publique, un keynésianisme dénaturé, au service du marché, passant essentiellement par des aides aux entreprises. Ainsi, l’État instaure une « sécurité sociale » du patronat et des actionnaires. Dans des pays démocratiques où la population est attachée à l’État social, le gouvernement ne peut attaquer celui-ci de front, de sorte que les réformes restrictives (retraites, chômage, santé) doivent n’être prises que progressivement et cohabitent avec quelques avancées réelles (Ségur de la Santé, dépendance). Ce sera particulièrement le cas en 2022, année électorale.

Au total, les gouvernements Macron auront réduit les recettes publiques de plus de 50 milliards par an (au bénéfice surtout des plus riches et des entreprises), faisant apparaître des déficits dont ils peuvent prendre prétexte pour réduire les dépenses sociales ; les baisses des impôts des entreprises se poursuivent sans contrepartie alors qu’il faudrait organiser et financer la transition écologique. En 2023 risque d’éclater la contradiction entre cette politique et les contraintes des Traités européens, qui pourraient jouer de nouveau.

La conférence présentera les mesures phares du budget 2022, replacées dans l’ensemble du quinquennat : baisse des impôts des entreprises et des plus riches ; tentatives, souvent mises en échec, de réduction des dépenses publiques et des dépenses sociales (chômage, retraite, santé...) ; transition écologique affichée, mais pas enclenchée avec l’ampleur nécessaire ; projet de réforme peu ambitieuse des règles budgétaires européennes.

16h30-17h30 : Les avatars du néo-libéralisme en 2022, vers un capitalisme technologique vert, quelles alternatives ?

Discussion ouverte avec la salle, introduction de David Cayla.

Attention inscription en ligne obligatoire pour assister à la conférence:

https://framaforms.org/inscription-pour-participer-a-la-conference-de-rentree-des-economistes-atterres-1633333819

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en EREA, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille