Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2019

La réduction du temps de travail, une histoire à continuer

Il est urgent de relancer le projet de « travailler moins pour travailler tou.te.s », en créant des emplois autrement que par les réformes néolibérales qui précarisent. Par Anne Eydoux, Cnam, Lise et CEET, membre des Économistes atterrés

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les lois Aubry vont sur leurs vingt ans. Elles ont mis en place une réduction de la durée légale du travail à 35 heures par semaine, assortie d’une baisse des cotisations sociales employeurs et de mesures de flexibilité temporelle dans les entreprises (annualisation, etc.). Elles s’inscrivaient dans l’histoire longue de la baisse des durées légales de travail et dans celle, plus récente, de politiques d’emploi misant sur la flexibilisation des temps et des contrats de travail ainsi que sur la réduction du coût du travail. Cette histoire bégaye depuis la loi Fillon de 2003 qui a amorcé un détricotage des lois Aubry en généralisant les baisses de cotisations employeurs et en facilitant le recours aux heures supplémentaires. Les 35 heures sont toujours là, bien sûr, mais le mot d’ordre des politiques d’emploi est devenu « travailler plus pour gagner plus », au mépris des objectifs d’emploi, d’égalité et de bien-être.

La réduction du temps de travail est pourtant une compagne séculaire de la hausse de la productivité, à même de libérer un peu les salariés de leur travail. Son actualité est sans cesse renouvelée. Dans un contexte de croissance ralentie, de chômage de masse et de montée des inégalités, elle peut contribuer à l’emploi et à un meilleur partage du travail et des richesses. Les changements des modèles d’activité et d’emploi (des parents qui travaillent plus souvent, des trajectoires plus discontinues, un recul de l’âge de la retraite) suscitent des demande de congés (parentaux, de formation, etc.) rémunérés plus longs et plus égalitaires (entre femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, qualifié.e.s et moins qualifié.e.s). Enfin, la nécessité d’une transition écologique interroge la course à ce qui est devenu un « travailler plus pour produire plus », au risque de perdre sa vie à la gagner.

Reposer la question de la réduction du temps de travail suppose de tirer les leçons de l’expérience des 35 heures. Les discours idéologiques selon lesquels cette politique aurait « dévalorisé » le travail, voire détruit des emplois, ont souvent occulté les résultats honorables des évaluations. Au moins 350 000 emplois ont été créés, à un coût raisonnable pour les finances publiques et sans peser sur la compétitivité́ des entreprises. Pour les moins qualifié.e.s surtout, le bilan a été terni par un cocktail de ralentissement des salaires, d’intensification du travail et de variabilité des horaires. Mais les 35 heures ont aussi mis un coup d’arrêt à une réduction inégalitaire du temps de travail, celle du temps partiel dont le développement a durablement alimenté le sous-emploi féminin.

Il est urgent de relancer le projet de « travailler moins pour travailler tou.te.s », en créant des emplois autrement que par les réformes néolibérales qui précarisent, et en s’assurant de libérer du (sinon le) travail. La réduction du temps de travail pourrait ainsi participer d’un modèle économique plus soutenable et désirable.

Note : Dans le cadre du Printemps de l’économie, Les Economistes atterrés organisent un débat sur l’actualité de la réduction du temps de travail jeudi 21 mars 2019, 9h-10h15, salle Odile Picpoul, Mairie du 3ème arrondissement (Paris 3e). Inscription en ligne : http://www.printempsdeleco.fr/jeudi-21-mars-mairie-du-3e

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay