Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2016

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

Atterrés et mobilisés contre le projet de loi El Khomri

Depuis janvier dernier, les Economistes Atterrés sont mobilisés pour analyser les répercussions qu'aurait la mise en place du projet de loi El Khomri. Les analyses et discussions menées dans ce cadre soulignent que cette réforme ne saurait résoudre le problème du sous-emploi et que ses fondements idéologiques ne sont pas compatibles avec les enjeux économiques actuels.

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'économiste atterré Eric Berr explique le 21 mars sur son blog pourquoi il est absolument nécessaire de rester mobilisé contre le projet de réforme du marché du travail. 

Les Atterrés cherchent collectivement à démontrer les dangers de ce projet. Entre autres exemples, Michel Husson explique ici pourquoi la flexibilité du marché du travail est une arnaque, Philippe Légé martèle que l'inversion des normes contenue dans le projet et que la dérèglementation du marché du travail n'ont jamais produit de résultat sur le chômage, alors que Christophe Ramaux insiste le 8 mars sur le plateau du Grand Soir 3 sur le fait que le projet de loi vise bien à dérèglementer le marché du travail et non à simplifier son fonctionnement. Dans la même veine, Benjamin Coriat attire l'attention des jeunes sur les risques de cette réforme dans les colonnes d'AlterEco+. 

Ces discours s'inscrivent dans la lignée de l'analyse proposée fin janvier par Anne Eydoux et Anne Fretel (l'intégralité de la note est ici sur le site atterres.org) : elles démontrent que des réformes d'inspiration libérale du marché du travail sont mises en place depuis une trentaine d'années en France et que celles-ci sont inefficaces pour lutter contre le chômage. Cette note a fait l'objet d'une émission enregistrée et diffusée par Mediapart dans le cadre de son partenariat avec les Economistes Atterrés ; Laurent Mauduit y interviewe les auteures. Ce premier numéro de l'émission "L'Eco à contre-courant" est librement visionnable ici :

L'intégralité de la première émission "L'Eco à contre-courant" © Mediapart

Au-delà de cette première émission, les Atterrés ont également consacré leur conférence mensuelle du 10 mars au code du travail. Autour d'une question simple "Que penser aujourd'hui du code du travail ?", Anne Eydoux et Sabina Issehnane ont convié 3 spécialistes, Thierry Kirat, économiste et Directeur de recherche CNRS, Pascal Lokiec, juriste et Professeur à l'Université Paris Ouest et Rachel Saada, avocate, à confronter leurs points de vue. Cette passionnante conférence enregistrée dans l'amphi Lefebvre de la Sorbonne est elle aussi librement visionnable :

Conférence des Economistes Atterrés, 10 mars 2016 © Economistes Atterrés

Cette mobilisation contre le projet de loi n'empêche pas les Atterrés de proposer des alternatives : Anne Eydoux défend ardemment la baisse du temps de travail et explique pourquoi il faut appliquer les 35 heures ; Sébastien Charles, Thomas Dallery et Jonathan Marie rappellent eux l'importance de s'appuyer sur la dépense publique pour briser la spirale récessive et déflationniste actuelle.

Ces propositions s'articulent aussi avec l'appel de 82 économistes pour sortir de l'impasse économique publié en février.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn