Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

73 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2017

La destruction du capital est l’œuvre du capital

Jean-Marie Harribey, membre du collectif d'animation des Économistes atterrés, souligne que la logique du capitalisme mène à la sur-accumulation, logique qui provoque des comportements absurdes de la part des propriétaires des moyens de production. Exemple avec la papeterie UPM de Docelles dans les Vosges.

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au début du XIXe siècle, au moment de la révolution industrielle, quand le capitalisme prenait son essor et que se développait la misère du prolétariat, des mouvements ouvriers tout juste naissants n’avaient pas d’autres moyens de protestation contre leur sort que de briser les machines dont ils pensaient qu’elles leur prenaient leur travail. Ainsi, les luddites anglais, tisserands de leur état, avaient brisé des machines à tisser. En France, en 1831, les canuts lyonnais fabriquant de la soie, voyant leurs salaires baisser, se révoltèrent en brisant également les machines.

Plus près de nous, en 2009, les salariés de Nortel au Canada, entreprise de matériel de télécommunications, menacent de faire exploser leur usine si la liquidation judiciaire de l’entreprise est prononcée. De fait, 465 personnes sont licenciées. La même année, en France, les salariés de New Fabris, sous-traitant automobile, brandissent la même menace ; mais 366 sont cependant jetés hors de leur emploi. Au printemps dernier, les ouvriers de GM&S, équipementier automobile, parlent à leur tour de faire exploser leur usine devant le risque de liquidation.

Qui sont les saboteurs ?

Le plus souvent, les luttes ouvrières ont eu pour souci de préserver l’outil de travail, mais le désespoir a parfois conduit les travailleurs à penser au geste contraire. Et, alors, l’idéologie dominante les fustigeait en appelant à la « responsabilité ». Les travailleurs seraient-ils irresponsables ? Le papetier finlandais UPM, qui a décidé en 2013-2014 de fermer la plus ancienne papeterie d’Europe installée à Docelles (Vosges), vient de nous donner la réponse : il « a saboté les machines pour éviter qu’elles ne soient réutilisées », et « dans les Vosges, UPM casse son usine avant de partir », nous apprend Le Monde des 22 et 23 octobre 2017[1].

La direction de l’entreprise a notamment décidé de percer un cylindre de métal tout neuf valant 100 millions d’euros. Toutes les machines seront vendues aux enchères à la ferraille pour une valeur 100 fois moindre qu’en état de marche. Le directeur Jean Kubiak explique : « Bien sûr, c’est un choix difficile. Je ne l’ai pas fait de gaieté de cœur. Mais il était nécessaire de rendre cette machine à papier définitivement inopérable. Si nous fermons l’usine, c’est pour réduire les surcapacités. Pas pour la retrouver ailleurs, et que sa production revienne en France inonder le marché ! »

Le patronat donne raison à Marx

Marx avait analysé le phénomène : la logique du profit et de l’accumulation conduit à la suraccumulation et la surproduction (les surcapacités dont parle Kubiak). Les capitalistes essaient de surmontent leur crise en dévalorisant ou détruisant le capital immobilisé en machines pour faire repartir en avant la rentabilité du capital financier. En sacrifiant au passage le travail vivant.[2]

Le comble de l’affaire est que les travailleurs de Docelles avaient préservé cette machine neuve pendant trois ans et tenté de monter une coopérative de production. Mais la direction de l’entreprise a tout fait pour saboter (le sabotage est une seconde nature !) le projet. Donc l’usine aboutira chez un ferrailleur. Une première pour le capital ? Non. « Nous l’avions déjà fait avec d’autres usines, dans d’autres pays », déclare Kubiak.

[1] Denis Cosnard, « Une usine de Docelles vendue aux enchères »

[2] J.-M. Harribey, « Au-delà du Code du travail, en ligne de mire le travail vivant », http://blogs.alternatives-economiques.fr/harribey/2017/09/12/au-dela-du-code-du-travail-en-ligne-de-mire-le-travail-vivant

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette