Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

76 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2017

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

La destruction du capital est l’œuvre du capital

Jean-Marie Harribey, membre du collectif d'animation des Économistes atterrés, souligne que la logique du capitalisme mène à la sur-accumulation, logique qui provoque des comportements absurdes de la part des propriétaires des moyens de production. Exemple avec la papeterie UPM de Docelles dans les Vosges.

Les Économistes Atterrés
Participation au débat citoyen. D'autres politiques économiques sont possibles !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au début du XIXe siècle, au moment de la révolution industrielle, quand le capitalisme prenait son essor et que se développait la misère du prolétariat, des mouvements ouvriers tout juste naissants n’avaient pas d’autres moyens de protestation contre leur sort que de briser les machines dont ils pensaient qu’elles leur prenaient leur travail. Ainsi, les luddites anglais, tisserands de leur état, avaient brisé des machines à tisser. En France, en 1831, les canuts lyonnais fabriquant de la soie, voyant leurs salaires baisser, se révoltèrent en brisant également les machines.

Plus près de nous, en 2009, les salariés de Nortel au Canada, entreprise de matériel de télécommunications, menacent de faire exploser leur usine si la liquidation judiciaire de l’entreprise est prononcée. De fait, 465 personnes sont licenciées. La même année, en France, les salariés de New Fabris, sous-traitant automobile, brandissent la même menace ; mais 366 sont cependant jetés hors de leur emploi. Au printemps dernier, les ouvriers de GM&S, équipementier automobile, parlent à leur tour de faire exploser leur usine devant le risque de liquidation.

Qui sont les saboteurs ?

Le plus souvent, les luttes ouvrières ont eu pour souci de préserver l’outil de travail, mais le désespoir a parfois conduit les travailleurs à penser au geste contraire. Et, alors, l’idéologie dominante les fustigeait en appelant à la « responsabilité ». Les travailleurs seraient-ils irresponsables ? Le papetier finlandais UPM, qui a décidé en 2013-2014 de fermer la plus ancienne papeterie d’Europe installée à Docelles (Vosges), vient de nous donner la réponse : il « a saboté les machines pour éviter qu’elles ne soient réutilisées », et « dans les Vosges, UPM casse son usine avant de partir », nous apprend Le Monde des 22 et 23 octobre 2017[1].

La direction de l’entreprise a notamment décidé de percer un cylindre de métal tout neuf valant 100 millions d’euros. Toutes les machines seront vendues aux enchères à la ferraille pour une valeur 100 fois moindre qu’en état de marche. Le directeur Jean Kubiak explique : « Bien sûr, c’est un choix difficile. Je ne l’ai pas fait de gaieté de cœur. Mais il était nécessaire de rendre cette machine à papier définitivement inopérable. Si nous fermons l’usine, c’est pour réduire les surcapacités. Pas pour la retrouver ailleurs, et que sa production revienne en France inonder le marché ! »

Le patronat donne raison à Marx

Marx avait analysé le phénomène : la logique du profit et de l’accumulation conduit à la suraccumulation et la surproduction (les surcapacités dont parle Kubiak). Les capitalistes essaient de surmontent leur crise en dévalorisant ou détruisant le capital immobilisé en machines pour faire repartir en avant la rentabilité du capital financier. En sacrifiant au passage le travail vivant.[2]

Le comble de l’affaire est que les travailleurs de Docelles avaient préservé cette machine neuve pendant trois ans et tenté de monter une coopérative de production. Mais la direction de l’entreprise a tout fait pour saboter (le sabotage est une seconde nature !) le projet. Donc l’usine aboutira chez un ferrailleur. Une première pour le capital ? Non. « Nous l’avions déjà fait avec d’autres usines, dans d’autres pays », déclare Kubiak.

[1] Denis Cosnard, « Une usine de Docelles vendue aux enchères »

[2] J.-M. Harribey, « Au-delà du Code du travail, en ligne de mire le travail vivant », http://blogs.alternatives-economiques.fr/harribey/2017/09/12/au-dela-du-code-du-travail-en-ligne-de-mire-le-travail-vivant

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid