Intermittence et handicap

Il serait intéressant d'étudier l'équité entre un salarié dit valide et un autre en situation de handicap dans le régime de l'intermittence du spectacle.

En matière de handicap, la loi du 11 février 2005 apporte des évolutions pour répondre aux attentes des personnes handicapées dans cinq grands domaines : la compensation, la scolarité, l’emploi, l’accessibilité, les Maisons départementales des personnes handicapées. (source cairn.info)

L’intermittent du spectacle est un statut précaire. Il est sous contrat de travail à durée déterminée dit d’usage. Le CDD d’usage permet de s’adapter au caractère temporaire des tournées ou des spectacles avec différents employeurs. Pour s’ouvrir des droits aux allocations chômage, l’intermittent du spectacle doit avoir effectué 507 heures de travail dans une entreprise au cours des 365 derniers jours (12 mois et non plus 10 mois ou 10 mois et demi).

Il serait intéressant d’étudier l’équité entre un salarié dit valide et un autre en situation de handicap dans le régime de l’intermittence du spectacle.

Ainsi, la reconnaissance du statut de travailleur handicapé permet aux personnes concernées de bénéficier, notamment, d’un aménagement du temps de travail, d’un poste de travail adapté, de mesures de reconversion, d’aides techniques et humaines… Mais qu’en est-il de l’intermittence ?

Alors que les intermittents du spectacle, comédiens, techniciens dits valides peuvent compléter leur intermittence avec de la figuration. Une personne en situation de handicap, dont la mobilité est limitée, aura une perte de chance dans l’obtention de ses heures.

Par exemple, une personne handicapée à qui l’on proposera plusieurs jours de figuration debout ne pourra pas dans certains cas les accepter, alors qu’une personne valide ne se posera pas de questions.

Cette perte de chance n’est pas prise en compte dans l’intermittence. Ne pourrait-on pas repenser le calcul de l’indemnisation pour une meilleure équité du système en réduisant par exemple le nombre de cachets imposés pour ouvrir ou renouveler les droits à l’intermittence pour les artistes ayant une RQTH (Reconnaissance Qualité Travailleur Handicapé) ?

Une vidéo humoristique pour illustrer cette problématique :

Episode 405 - WonderLady veut renouveler son intermittence © Sonia Derory

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.