Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

1027 Billets

15 Éditions

Billet de blog 1 mars 2022

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Pour combattre le changement climatique, c'est du pouvoir populaire dont nous avons besoin

Si les conclusions du rapport du GIEC publié hier sont sombres, pour un collectif international d'activistes, dont Disha A. Ravi, Vanessa Nakate, Greta Thunberg de Fridays for Future, ou encore Naomi Klein, « la voie sur laquelle nous sommes inscrit·es n’est pas une fatalité. » Pour elles et eux, l'heure est venue « d’entreprendre enfin ce changement de système d'une ampleur sans précédent que nous appelons de nos vœux depuis si longtemps [...] Nous sommes l’impact dont le monde a besoin. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le rapport du GIEC sur les conséquences du réchauffement climatique, publié hier, confirme ce que nous savions déjà : la crise climatique requiert toute notre attention.

Le rapport montre que, dans un monde où le réchauffement atteint d’ores et déjà +1,2°c, les systèmes naturels sont sur le point d'atteindre 12 points de basculement irréversibles. L'Organisation mondiale de la santé estime à ce jour, que jusqu’à 150 000 vies sont perdues chaque année en raison du changement climatique - et, à l’évidence, ce chiffre ne représente qu’une infime portion de l’ensemble des vies durablement et tragiquement affectées par le dérèglement climatique. Au demeurant, nous ne sommes pas toutes et tous touché.e.s de la même manière.

Celles et ceux dont la contribution aux émissions de gaz à effet de serre est négligeable sont les mêmes qui doivent se battre pour satisfaire leurs besoins fondamentaux et maintenir leurs moyens de subsistance. Ce sont ces mêmes communautés qui ont historiquement été confrontées à d'autres systèmes d'oppression : les personnes racisées, les peuples indigènes, les femmes, les personnes économiquement marginalisées et celles du Sud paient le plus lourd tribut.

Pour autant, les personnes les plus directement affectées ne sont pas des victimes passives. Ce mois-ci, en préparation de la publication du rapport du GIEC, les « Guerriers climatiques du Pacifique » (dont le mot d’ordre est « nous ne nous noyons pas, nous nous battons ») ont collaboré avec l'Institute for Climate and Sustainable Cities aux Philippines pour organiser une formation de trois jours afin d'apprendre aux communautés affectées par le climat à Fidji à assembler et à entretenir des systèmes d'énergie solaire.

C'est vers ces communautés que nous devons nous tourner pour trouver des solutions concrètes afin de lutter contre le réchauffement climatique : l’espoir ne réside pas dans des solutions basées sur des technologies incertaines et excluantes, mais dans des solutions ancrées dans la préservation des écosystèmes ; contrôlées et organisées au niveau communautaire ; décentralisées, durables, accessibles, abordables ; qui permettent de vivre dignement et en harmonie avec le vivant.

Pour que des initiatives de ce type soient déployées à grande échelle, il faudra un effort collectif sans précédent de la part des principaux pollueurs. Cela implique des investissements adéquats, une volonté politique, des fonds pour l'adaptation et l'atténuation, et des réparations pour les pertes et les dommages.

Il est tentant de céder à la colère de savoir que ces appels ont été si longtemps ignorés par l'industrie fossile et ceux qui la soutiennent, qui nous ont montré à maintes reprises que leurs profits importaient plus que la vie et que leur vision du monde est fondée sur la destruction.

Au cours des dernières décennies, le mouvement pour la justice climatique a remporté d'énormes succès. Nous avons contribué à bloquer un nombre incalculable de centrales à charbon ou d'oléoducs ; bloqué des lois permettant l'exploration et à l'exploitation de nouveaux gisements ; et détourné des milliers de milliards de dollars investis dans les fossiles.

Comme l’affirme le GIEC, la "fenêtre d’opportunité" est en train de se refermer. Nous ne pouvons donc en rester là et entendons poursuivre nos mobilisations. Nous lancerons prochainement une sorte de GIEC alternatif et citoyen pour la justice climatique, composé de militant·es, de chercheur·es, d’expert·es, etc. pour compléter les travaux du GIEC. Nous souhaitons par là contribuer à faire basculer notre regard des impacts du réchauffement sur nos vie vers nos propres impacts sur le réchauffement climatique.

Les conclusions du rapport du GIEC sont sombres, mais la voie sur laquelle nous sommes inscrit·es n’est pas une fatalité. L'heure est venue pour nous d’entreprendre enfin ce changement de système, d'une ampleur sans précédent, que nous appelons de nos vœux depuis si longtemps. Ensemble, nous avons la capacité de choisir une autre voie. Nous sommes l’impact dont le monde a besoin.

Signataires :

Mitzi Jonelle Tan (Fridays for Future, Philippines)
Disha A. Ravi (Fridays for Future, Inde)
Vanessa Nakate (Fridays for Future, Uganda)
Luisa Neubauer (Fridays for Future, Allemagne)
Patsy Islam-Parsons (Fridays for Future, Australie)
Amanda Costa (Fridays for Future, Brésil)
Francisco Javier Vera Manzanares (Fridays for Future, Colombie)
Greta Thunberg (Fridays for Future, Suède)
Nnimmo Bassey (Fondation Home of Mother Earth, Nigeria)
Chibeze Ezekiel (Strategic Youth Network for Development, Ghana)
Amitav Ghosh (écrivain et essayiste, Inde)
Lidy Nacpil, (Asian Peoples' Movement on Debt and Development, Philippines)
Asad Rehman (War on Want, Royaume-Uni)
Luam Kidane (Thousand Currents, Erythrée)
May Boeve (350.org, USA)
Kathy Jetn̄il-Kijiner (poétesse, Iles Marshall)
Naomi Klein (professeure à l'université de Colombie Britannique, Canada)
Wolfgang Cramer (climatologue, France)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Moyen-Orient
« Les foules iraniennes exigent de séparer le gouvernement de la religion »
Pour le philosophe Anoush Ganjipour, les manifestations en Iran exigent que le pouvoir des mollahs abandonne sa mainmise sur l’espace public. Une telle revendication d’une sécularisation, moderne, procède des injustices commises par la République islamique.
par Antoine Perraud
Journal — Extrême droite
« Le RN veut se distinguer du FN, mais il garde le même fond xénophobe »
Le parti lepéniste s’en tient à un colloque à l’Assemblée nationale pour fêter ses 50 ans. Un anniversaire qui sied mal à la dédiabolisation affichée, quand bien même, rappelle l’historienne Valérie Igounet, ses fondamentaux restent inchangés : « immigration, insécurité, priorité nationale ».
par Christophe Gueugneau
Journal — Livres
Dans les bibliothèques de Marseille, le patrimoine est « en grand danger »
Marsactu a consulté le rapport provisoire de l’Inspection générale de la culture, du sport et de la recherche sur les bibliothèques de la cité phocéenne. Celui-ci revient sur la faiblesse de l’offre, le mal-être des agents et souligne la situation de « grand danger » de certains fonds patrimoniaux.
par Benoît Gilles (Marsactu)

La sélection du Club

Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada